Les Runaways, ce n’était pas seulement Cherie Currie et Joan Jett…

Je pense que tout le monde maintenant a entendu parler des Runaways, grâce à la médiatisation importante qui a été accordée au film. The Runaways, qui a sorti 4 albums en 4 années d’existence (de 1975 à 1979) était l’un des tout premiers groupes entièrement féminin et a, depuis, ouvert la voie à pas mal d’autres groupes de filles. Je n’aurais pourtant jamais imaginé qu’elles bénéficieraient un jour d’une telle célébrité en France. Les effets provoqués par le phénomène Twilight sont parfois surprenants.

Le film présente un résumé – forcément – de l’histoire du groupe. On y voit essentiellement des adolescentes accomplir leur rêve, faire face à un producteur tyrannique, gérer plus ou moins mal le succès et sombrer dans l’alcool et les substances illicites. Le personnage central est Cherie Currie, adolescente attendrissante dépassée par les événements, et qui fait plus pitié qu’envie. C’est pas mal, mieux joué que ce à quoi je m’attendais (je ne connaissais de Kristen Stewart que les blagues qui ont circulé sur le net sur son inexpressivité), mais pas excessivement original, et je me suis un peu ennuyée, par moments.

Et, ce que j’ai vraiment regretté, c’est que le film ne s’intéresse qu’à Cherie Currie et Joan Jett. Mais il y a plusieurs bonnes raisons à cela. Le film est basé sur l’autobiographie de Cherrie Currie (Neon angel : a memoir of a Runaway) dans laquelle elle évoque notamment ses problèmes familiaux et ses démêlés avec la drogue et l’alcool. Par ailleurs, Joan Jett,  qui a co-produit le film, a été pas mal présente sur le tournage. Et puis il a fallu prendre en compte certains impératifs : ainsi Jackie Fox, qui a été la bassiste du groupe de 1975 à 1977, avant de reprendre ses études et de devenir avocate, a refusé d’être figurée et que son nom apparaisse. Robin, la bassiste que l’on aperçoit dans le film (je ne me souviens pas l’avoir entendu à aucun moment ouvrir la bouche), est donc un personnage fictif et ne correspond à aucune des 5 bassistes qui se sont succédées dans le groupe. C’est pour la même raison que le personnage de Lita Ford est également quasi-inexistant.

Pour la petite histoire, le groupe avait en fait commencé sous la forme d’un trio avec Joan Jett, la batteuse Sandy West (morte d’un cancer en 2006) et, à la basse et au chant, Micki Steele. Cette dernière affirme avoir été virée du groupe après avoir refusé les avances du producteur Kim Fowley. Cherie Currie a été recrutée après son départ. Micki Steele, quant à elle, joua ensuite dans divers groupes, en tant que bassiste, avant de connaître un succès international en tant que bassiste et chanteuse au sein des Bangles.

Le film The Runaways se termine sur quelques lignes qui expliquent ce que devinrent ensuite Cherie Currie, Joan Jett et Kim Fowley. Je vais compléter un peu… Lita Ford, auteur-compositeur, a poursuivi une carrière solo en tant que chanteuse et guitariste. Elle remporta un grand succès à la fin des années 80s et au début des années 90s, s’arrêta pas mal d’années pour élever ses deux fils et a repris la musique et sorti un nouvel album en 2009.

Close my eyes forever (1989 – album Lita)) en duo avec Ozzy Osbourne :

Lisa (1990 – album Stiletto), en hommage à sa mère :

Shot of poison (1992 – album Dangerous curves) :

 

Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s