Les émotifs anonymes

Tout d’abord, je vous souhaite un joyeux Noël. J’espère que vous avez passé des moments agréables en famille et que le père Noël vous a gâtés.

Pour ma part, j’ai profité d’une pause entre les festivités d’hier et celles de demain, ma pile électrique montée sur ressorts m’ayant été empruntée pour quelques heures par son papa, pour aller au cinéma. C’était de plus l’occasion de faire une bonne action car, en ce jour de Noël, toutes les salles de cinéma de France reversaient une partie du prix des billets à l’association Les toiles enchantées.

Mon choix s’est porté sur Les émotifs anonymes, parce que j’aime beaucoup Isabelle Carré et Benoît Poelvoorde, et que j’étais curieuse de les voir rejouer ensemble, dans un contexte bien différent de celui d’Entre ses mains.

Angélique est une chocolatière de génie. Jean-René dirige une fabrique de chocolats au bord de la faillite. Tous deux ont en commun une timidité maladive qui leur pourrit la vie et qu’ils essaient de soigner, lui en consultant un psy, elle en participant aux réunions des Emotifs anonymes. Jean-René engage Angélique dans sa société et tous deux sont très vite attirés l’un par l’autre, ce qui leur cause d’énormes angoisses et beaucoup de problèmes.

Bon… Autant commencer par là : le scénario n’est pas d’une grande originalité. Il n’y a pas un poil de suspense et on sait dès le départ comment le film va se terminer. Je crois que ce n’est pas un scoop, je l’avais suffisamment lu avant d’aller voir le film. Cependant, moi qui suis d’ordinaire très à cheval sur le scénario, là ça ne m’a pas vraiment dérangée. L’intérêt du film résidait ailleurs.

J’ai beaucoup aimé l’atmosphère désuète du film, les couleurs, la décoration des lieux, l’absence de références à notre époque, qui feraient presque apparaître comme anachronique la webcam utilisée à un moment par Isabelle Carré. Cette atmosphère assez sucrée colle bien au sujet du film.

J’ai regretté qu’il ne soit pas plus question de chocolat, et que le destin de la fabrique passe au second plan par rapport aux liens entre les deux acteurs principaux. En fait, j’aurais aimé que le film soit plus long et que certains aspects soient plus développés. Ainsi, j’ai lu dans un certain nombre de critiques que les personnages secondaires étaient caricaturaux, mais moi je les ai bien aimés, notamment les employés de la fabrique, et j’aurais bien aimé que leurs rôles soient un peu étoffés.

Le gros point fort du film, ce sont les deux acteurs principaux qui jouent très bien. C’est frais et touchant. Certaines situations sont poussées un peu à la caricature, mais ça passe plutôt pas mal. Et puis j’aurais mauvaise grâce à critiquer, étant donné que j’ai beaucoup ri.

Ce n’est pas un grand film qui restera dans les annales, mais sa légèreté et sa bonne humeur convenaient bien à ce jour de Noël. Ce film sympathique se regarde avec plaisir et est tout à fait approprié pour passer un moment de détente.

La bande annonce :

Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Les émotifs anonymes

  1. blue dit :

    Marii, j’ai eu le plaisir de voir ce film, et j’ai beaucoup aimé. Je me retrouve très bien dans ton commentaire. Je dirais donc : « tout pareil » !!!

  2. blue dit :

    ben, non…
    Quoique, maintenant que tu me le demandes : je trouve choquant que tu avoues : « j’ai bien ri ».
    Pour ma part je trouve insupportable ces personnes qui rient en gâchant le plaisir que j’ai d’entendre résonner dans une salle silencieuse, le bruit que je fais en mastiquant mon popcorn !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s