Les lectures de la bestiole : Moko et le grand sorcier

Pour une fois, je vais faire une entorse à ma progression chronologique pour vous parler de ce livre que nous avons reçu dans le cadre d’un partenariat. Je remercie chaleureusement les éditions  A contresens et Livraddict pour cette découverte.

Moko et le grand sorcier est le deuxième livre d’une série qui a pour héros le petit singe Moko. Le but de son auteur, le Dr Martine Cotinat, gastro-entérologue, est pédagogique. D’après les informations que j’ai pu glaner, le premier livre, Moko et le secret de la betterave, vise à donner quelques notions rudimentaires de diététique et à inciter les enfants à consommer fruits et légumes. Cette deuxième histoire a pour thème les microbes.

Les amis de Moko, sa soeur et sa grand-mère ont attrapé un microbe et sont tombés malades. Moko, qui a peur d’attraper un microbe lui aussi, s’enfuit et part se cacher dans une grotte. Le grand sorcier part à sa recherche et le retrouve grâce à sa magie. Il lui parle alors des microbes qui défendent notre corps et de ceux qui l’attaquent, et lui explique comment aider les bons microbes et comment essayer d’éviter ceux qui rendent malade.

Sur la forme, le livre nous a bien plu : les dessins de Maxime Métron sont jolis, colorés, et souvent amusants, bref très agréables à regarder. Et j’ai eu la chance de recevoir le livre avec un joli marque-page. A chaque double-page, on trouve une grande illustration sur la page de droite et, sur la page de gauche, le texte de l’histoire, avec une petite photo d’un fruit ou d’un légume, accompagnée d’une petite phrase de commentaire. L’idée, c’est que les fruits et légumes sont bons pour la santé et contribuent à rendre notre corps plus fort. Le problème, c’est que ces photos sont déconnectées de l’histoire, durant la majeure partie du livre, et qu’il est donc difficile de trouver un lien afin d’attirer l’attention de l’enfant dessus.

Le contenu pédagogique, est présenté de façon ludique et bien amené. J’ai bien aimé le petit dossier à la fin, agrémenté d’illustrations reprenant les personnages de l’histoire, mais qui s’adresse aux parents. Ce petit dossier aéré et plaisant à lire m’a intéressée car j’y ai appris des choses.

Sur l’histoire en elle-même, la galerie de personnage est riche et attrayante : les animaux sont sympathiques et mignons, le grand sorcier amène une touche de fantastique dans l’histoire. Le personnage favori de la bestiole est l’inspecteur Croco, qui n’a malheureusement qu’un tout petit rôle dans l’affaire. L’histoire se veut drôle et réunit pas mal d’ingrédients qui plaisent aux petits. Toutefois, si la bestiole et moi avons bien aimé, le livre n’a pas soulevé chez nous l’enthousiasme que j’aurais voulu. Ce que j’ai trouvé (et la bestiole a visiblement eu le même ressenti), d’une part, c’est que le but pédagogique est un poil trop visible et le scénario un peu léger. C’est, de notre part, un goût tout personnel et beaucoup d’enfants auront sans doute une opinion différente, mais nous aurions aimé quelque chose de plus fouillé et élaboré, avec plus de rebondissements. La bestiole a déclaré qu’il a bien aimé mais que l’histoire manque de méchants. Par ailleurs, lorsque le partenariat a été lancé, j’avais tout de suite repéré ce livre car la bestiole s’intéresse beaucoup aux microbes en ce moment. Et là, je sens qu’il aurait aimé que le livre aille plus loin et donne plus d’informations et qu’il est resté un peu sur sa faim. Le signe qui ne trompe pas, c’est qu’il ne m’a pas demandé de le relire.

Lors du partenariat, le livre était recommandé pour des enfants de 3 à 7 ans. Personnellement, je pense que la bestiole l’aurait idéalement apprécié autour de 4 ans. Cependant, d’un autre côté, le livre me semble bien adapté à des enfants qui démarrent la lecture du fait que le texte est en gros caractères et bien aéré. Chaque enfant étant différent, je ne peux que vous inciter à découvrir les aventures de Moko afin de vous faire une opinion par vous-mêmes, car, en dépit des quelques réserves que j’ai pu émettre, c’est un petit livre bien fait et intéressant. Et 7,5% des recettes tirées des ventes de l’ouvrage sont reversées à l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque. Raison de plus pour y jeter un oeil!

Moko et le grand sorcier
Dr Martine Cotinat – Maxime Métron
Editions A contresens

Cet article, publié dans Littérature jeunesse, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s