America au Casino de Paris

Il semblerait que les concerts auxquels j’ai envie d’assister cette année suivent une thématique particulière : les dinosaures du rock… à l’exception de Within Temptation que j’irai peut-être voir en fin d’année et du grandiose concert de Skunk Anansie il y a deux mois. Après Thin Lizzy, c’est un autre groupe des années 70s que j’ai vu avant-hier soir : America.

Mais si, vous les connaissez! L’un de leurs tubes, A horse with no name, passe encore régulièrement sur les radios de vieux (là, je m’inclus dans les vieux). Je n’ai jamais tellement aimé cette chanson et c’est en découvrant les autres titres du groupe, il y a plus de 20 ans que je suis devenue fan.

Quelques mots sur ce groupe de folk rock : Gerry Beckley, Dewey Bunnel et Dan Peek, tous trois anglo-américains, se sont rencontrés au lycée en Angleterre. Ils ont commencé à jouer ensemble en 1970 et démarré leur carrière en Angleterre. Leur premier album, America, sortit l’année suivante. L’album et le titre A horse with no name, qui y figure, furent tous deux n°1 aux Etats-Unis. Le trio enchaîna les succès durant les années suivantes. Le départ de Dan Peek en 1977 mit un frein à la carrière du groupe mais celui-ci, désormais sous la forme d’un duo, renoua avec le succès grâce à l’album View from the ground sorti en 1982.

Ils étaient donc à Paris cette semaine, les 19 et 20. Je n’avais jamais mis les pieds au Casino de Paris. C’est une petite salle, ce qui fait que j’avais rarement aussi bien vu les musiciens à un concert (pas facile de voir grand chose à Bercy!) et j’ai été étonnée de la qualité du son.

Bien que tous deux puissent couvrir à eux seuls pas mal d’instruments (tous deux chantent et jouent de la guitare, et Gerry Beckley troque de temps à autre la guitare contre un clavier ou un harmonica), ils sont accompagnés sur scène de trois musiciens qui jouent avec eux depuis des années.

Pendant les 90 minutes qu’ont duré le concert, ils ont enchaîné pas moins de 25 titres : leurs succès, bien évidemment, mais aussi quelques titres moins connus. Ils ont ainsi joué une bonne partie des titres de leur premier album, partageant parfois entre les titres quelques souvenirs des débuts du groupe avec le public. L’ambiance était simple, chaleureuse et décontractée… un peu trop décontractée, peut-être, car j’aurais bien aimé que ça bouge un peu plus et que ce soit un peu plus pêchu. L’autre petit point que j’ai regretté, c’est que la voix de Gerry Beckley, que j’adore d’ordinaire, se soit faite un peu nasillarde sur certains titres, comme Daisy Jane.

C’était néanmoins génial de pouvoir enfin voir et entendre jouer en live ces morceaux qui m’accompagnent depuis tant d’années, d’autant plus que l’occasion ne se représentera peu-être pas de sitôt.

 

Cet article, publié dans Musique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour America au Casino de Paris

  1. lechatmasque dit :

    Cool !! Moi aussi, cette année, c’est spéciale « Papis du rock » : je vais voir Ringo Starr et son All Starr Band à Lyon le 2 juillet ! :)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s