Les trois mousquetaires

D’Artagnan, jeune gascon, a quitté sa province natale pour aller chercher fortune à Paris. Il espère démarrer une carrière qui sera forcément brillante en se faisant engager dans le prestigieux corps des mousquetaires du roi, dirigés par M. de Tréville, un ancien ami de M. d’Artagnan père. Seulement tout ne se passe pas aussi bien qu’il l’avait souhaité. Sa monture, un vieux cheval couleur bouton d’or, déclenche l’hilarité partout où il passe. D’Artagnan apprend de M. de Tréville qu’on ne peut rentrer chez les mousquetaires sans s’être auparavant distingué dans un autre corps. Pis, d’Artagnan s’étant fait voler en chemin la lettre de recommandation que son père avait écrite pour M. de Tréville, ce dernier, méfiant, refuse de l’aider. Et notre héros trouve de surcroît le moyen de s’attirer  en moins de cinq minutes trois duels avec trois valeureux mousquetaires. Il croit sa dernière heure arrivée, mais ce n’est au contraire que le début de ses aventures…

Que dire de ce roman mythique qui n’ait déjà été dit cent fois beaucoup mieux que je ne saurais le faire? Si je me risque à écrire un billet à son sujet, c’est uniquement parce que je ne pouvais pas concevoir de participer à un challenge Dumas sans évoquer ce roman qui a tant compté et compte encore tant pour moi. Mais, contrairement à mon habitude, je vais faire court!

Je l’ai lu pour la première fois il y a près de 30 ans. J’ai dû le relire 2 ou 3 fois depuis, chose extraordinaire pour moi qui ne relis que très peu, et, chaque fois, je me laisse à nouveau emporter par l’ouvrage, et la magie opère comme lorsque j’étais enfant. J’ai beau connaître l’histoire par coeur, j’ai eu, cette fois encore, l’impression de la découvrir, et c’est formidable. Mieux encore, ce roman arrive à endormir ma fibre historienne, d’ordinaire pourtant assez chatouilleuse. J’ai eu l’impression de déconnecter complètement le roman de la réalité historique, et de redevenir simplement une enfant charmée par une belle histoire qu’on lui raconte. Et puis, même si Richelieu, personnage que j’admire beaucoup, a le rôle du méchant dans le roman, Dumas (et Maquet) l’a tout de même présenté comme un génie politique qui oeuvre pour le bien de la France et il l’a doté d’une telle grandeur et d’une telle prestance que je ne peux pas lui en vouloir.

Certes le roman est très épais, mais c’est un tel régal de le lire qu’il se dévore à toute vitesse. On y retrouve la verve de Dumas, qui entraîne son lecteur dans des rebondissements multiples sans lui laisser le temps de souffler. Les dialogues croustillants sont un véritable bonheur. Et j’aime l’atmosphère qui se dégage du roman. Il me fait rêver de disposer d’une machine à remonter le temps ou, du moins, me donne l’envie de courir m’inscrire à un cours d’escrime.

J’ai passé des heures tellement délicieuses à le redécouvrir que je sais que je le relirai encore, dans quelques années. Et je ne peux que vous inviter en toute subjectivité à faire de même!

Ce roman, constitue ma deuxième participation au challenge Alexandre Dumas d’Ankya.

Avant de me lancer dans une autre oeuvre de Dumas, je vais m’attarder un peu dans l’univers des Trois mousquetaires en m’intéressant à trois adaptations qui en ont été faites, deux en BD :  

et une en manga :

Publicités
Cet article, publié dans Lectures, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Les trois mousquetaires

  1. leslivresdegeorgesandetmoi dit :

    Honte à moi je ne l’ai encore jamais lu !!!! mais quel bonheur aussi du plaisir en attente !

    • Marie dit :

      J’espère que tu auras autant de plaisir que moi à le lire!… Tu en as beaucoup, du plaisir en attente, avec ta PAL faramineuse! :-)

  2. Asphodèle dit :

    Lu il y a trèèès longtemps et pas envie de m’y replonger pour l’instant !! Trop de lectures en attente qui me font plus envie !! Mais qui sait ? Ca viendra sûrement…

  3. Ping : Deux livres dans ma valise | Et puis…

  4. Ping : D’Artagnan – Journal d’un cadet | Et puis…

  5. Ping : Point sur mes challenges en cours | Et puis…

  6. Ping : L’heure du bilan | Et puis…

  7. Ping : Synthèse de mes lectures autour des Trois mousquetaires | Et puis…

  8. Ping : Les dix livres qui m’ont le plus marquée « La lubriothèque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s