Deux livres dans ma valise

 

Martial nous a demandé de choisir deux livres que nous emporterions dans notre valise. C’est un exercice extrêmement difficile car, comment choisir deux livres seulement parmi tous ceux que j’ai aimé, qui ont compté pour moi ou que j’aurais simplement envie de partager? La difficulté est double car je ne change pas mes habitudes de lecture en vacances, et me contente simplement de fourrer dans ma valise les livres qui sont arrivés au sommet de ma PAL (j’ai la fâcheuse manie de procéder par ordre chronologique : premier entré, premier sorti!) sans me poser de questions.

La seule entorse à mes habitudes que je fais quand je pars en vacances, c’est que je profite de ce que j’ai l’esprit plus disponible et pas de contraintes pratiques pour essayer d’avancer dans les livres que je laisse d’ordinaire un peu de côté, car trop compliqués, trop volumineux, ou qui appellent à la prise de notes, ce qui n’est pas toujours évident. Donc, si je pouvais partir ne serait-ce que 2 semaines sans bestiole et sans rien d’autre à faire que lire, j’essaierais d’avancer dans ces pavés que je me traîne depuis une éternité :

 

Si j’avais encore plus de temps, j’aimerais emporter A la recherche du temps perdu, et le relire petit à petit. Je garde un souvenir ravi de la plume merveilleuse et des dons d’observateur de Proust, et j’aimerais le redécouvrir et le déguster à petites touches.

 

Mais, bien souvent, l’on entend par lectures de vacances des lectures de détente qui permettent de s’évader et sont des vacances en elles-mêmes parce qu’elles nous transportent dans un autre univers. J’aurais alors envie de proposer Les trois mousquetaires qui m’ont, le mois dernier, fait oublier la plage sur laquelle je me trouvais pour me faire voyager sur les routes de France, 400 ans en arrière, ou la saga Harry Potter, dont la parution de chacun des derniers tomes m’a fait complètement déconnecter du monde réel le temps d’un week-end.

 

 

 

 

 

 

 

 

Trop longs? Bon, essayons autre chose…

Parmi les deux livres à proposer, j’avais très envie de citer ce recueil de nouvelles de Léa Silhol qui est, pour moi, bien plus qu’un auteur de fantasy. J’ai rarement été autant éblouie par la plume d’un auteur contemporain. Il y a une grâce infinie dans ce qu’elle écrit. Ses textes sont d’une beauté étonnante. Les nouvelles de ce recueil peuvent se lire de façon indépendante, mais elles sont toutes liées entre elles et suivent une progression qui permet d’appréhender petit à petit cet univers qu’elle a bâti des fays, rejetés par les humains en raison de leurs pouvoirs surnaturels. Je ne l’ai finalement pas retenu car, comme la plupart des oeuvres de Léa Silhol, il n’est pas évident de le trouver. Je ne saurais cependant trop vous conseiller, si vous tombez par hasard sur un livre de cet auteur en librairie, de vous jeter dessus!

 

J’ai donc retenu :

Le fils du dieu de l’orage

Parce que j’ai envie de lire du Aarto Paasilinna en ce moment, et que ce petit roman m’avait beaucoup amusée.

Les dieux finlandais, désireux de sortir de l’oubli dans lequel ils sont tombés, se font la réflexion qu’un de leur concurrents, en envoyant son fils Jésus sur terre, a réalisé une excellente opération de communication. Le fils du dieu de l’orage descend donc à son tour sur terre afin de ramener la population à la foi de ses ancêtres. Pour ne pas effrayer les gens, il change de corps avec un antiquaire, mais la découverte de notre société moderne lui réserve bien des surprises.

 

L’insigne du chancelier

Je lis peu de fantasy, n’y connaissant rien et ne sachant trop par quel bout l’aborder, mais je ne sais pas résister aux romans de cape et d’épée et j’ai littéralement dévoré cette courte série en 3 tomes, qui mêle les ingrédients de ce genre classique à la magie.

Comme mes souvenirs se sont un peu estompés, je vais me contenter pour une fois de copier le quatrième de couverture :

« Il est un fort, sur la lande, où l’on envoie les enfants rebelles : le Hall de Fer. Quand ils en sortent, des années plus tard, ils sont devenus les meilleurs épéistes du royaume. Un rituel magique les a assignés à la protection d’un pupille : le roi lui-même ou une personnalité de son choix. Ils le serviront jusqu’à la mort, qu’ils le veuillent ou non. Ces combattants d’exception sont les Lames du Roi. Le plus grand d’entre eux fut messire Durendal. Et voici l’histoire de sa vie. Sa carrière commence fort mai : son rêve, protéger son seigneur des ennemis, des traîtres et des monstres, est mis en pièces lorsque Durendal est assigné à un bellâtre noble et veule. Pourtant le destin a prévu bien des péripéties étranges et inattendues pour la jeune Lame. Car une mission, une joute et peut-être un fabuleux trésor l’attendent dans un pays lointain. Pour servir son souverain, Durendal devra sacrifier son amour et ses amis, et affronter la trahison et les intrigues infâmes. Or, les conjureurs ont prédit qu’il finirait lui-même par trahir le roi… Mais les Lames ne sont jamais seules devant le danger : la loyauté qu’ils doivent à leur pupille, ils la dédient aussi à leurs compagnons. Pris entre le devoir et l’honneur, Durendal fera tout pour rester fidèle à l’amitié. Car la mort et la folie hantent le chemin des Lames du Roi… et peu reviennent indemnes. « 

Cet article, publié dans Lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Deux livres dans ma valise

  1. Martial dit :

    Très bon choix.. Suis aussi fan d’Aarto.. j’ai acheté son dernier roman: « Le potager des malfaiteurs ayant échappée à la pendaison ».. Pas évident de ne choisir que deux livres!! :-)

    A très bientot!!

  2. Estellecalim dit :

    Moi aussi, j’avais penser à Proust, mais ne l’ayant jamais lu, je ne l’ai pas mis dans mon billet :)
    Et c’est rigolo que tu ai parlé des trois mousquetaires. J’ai moi même cité le comte de Monte Cristo ! Dumas… une valeur sure ! :D

    • Marie dit :

      Quoi de mieux pour s’évader qu’un Dumas?
      J’aurais pu aussi choisir comme toi Barbey d’Aurevilly car c’est un autre de mes auteurs favoris et j’aimerais bien trouver le temps de le relire.
      Est-ce que tu serais éventuellement intéressée par une LC de Du côté de chez Swann dans le courant de l’automne ou de l’hiver?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s