Dieu en personne

Que se passerait-il si Dieu descendait sur Terre de nos jours? C’est ce qu’a imaginé Marc-Antoine Mathieu dans cet album. Le lecteur y suit, principalement par le biais d’un reportage télévisé, les réactions successives provoquées par cet événement inattendu : à l’incrédulité succèdent la stupéfaction et l’admiration. Puis très vite, la société reprend son cours : Dieu fait l’objet d’innombrables attaques en justice, car on lui reproche tout ce qui ne tourne pas rond sur terre,  ainsi que d’une récupération médiatique.

Il s’agit d’un cadeau qu’on m’a fait et je ne connaissais ni cette BD, qui a obtenu le Grand prix 2010 de la critique BD, ni son auteur. Je ne savais absolument pas à quoi m’attendre en l’ouvrant.

J’aime bien, quand je suis fatiguée après une rude journée, me détendre dans un bon bain chaud avec des BDs ou des mangas. J’ai donc naïvement attaqué celle-ci un soir où je n’étais pas très fraîche. Je me suis vite rendu compte que ce n’était pas du tout une bonne idée! Après une trentaine de pages (la BD en compte 120), je l’ai reposée, parce que j’avais le sentiment d’être en train de passer complètement à côté, et j’ai remis la suite de ma lecture à un moment où j’étais en capacité de mobiliser un nombre de neurones plus important! Il m’est plusieurs fois arrivé de lire des BDs ou mangas au contenu assez ambitieux, mais c’était la première fois que j’abandonnais une BD parce que j’avais le sentiment de ne rien y comprendre et c’est assez déroutant!

Je ne peux pas franchement dire que j’aime le style de dessin dont Marc-Antoine Mathieu fait usage. Néanmoins les dessins m’ont amusée et intriguée, je dirais donc qu’ils m’ont plu. La BD est tout en noir et blanc, avec quelques tons de gris. La plupart des fonds sont simplement noirs. Les quelques autres qui ne le sont pas donnent le vertige : bâtiments immenses, piles ou rangées de livres, foule énorme. En dépit de leur simplicité, j’y ai souvent relevé des petits détails qui m’ont amusée ou que j’ai trouvé chargés de signification.

Autre point qui m’a amusée, mais qui m’a paru pertinent : Dieu n’est jamais représenté de face. A aucun moment de la BD on ne voit son visage. En revanche, l’image de Dieu est exploitée par les hommes à travers tous les supports possibles et imaginables : films, reportages, BDs, pièce de théâtre, publicités…

En ce qui concerne la narration, la forme choisie du reportage télévisé m’a semblé une très bonne idée. Outre son originalité, elle permet de donner la parole à toutes sortes de personnages, d’horizons et de professions très différents. J’ai été amusée par les petits clins d’oeil que j’ai relevés, dans le nom, le look, le physique, ou le langage de ces différents personnages. Mais ce choix permet aussi d’approcher la problématique de la présence de Dieu sur Terre sous des angles très différents et donc de façon plus complexe et plus complète.

Par ailleurs, tant cette approche que les rouages de l’énorme machine judiciaire chargée de traiter les procès contre Dieu et les techniques mises en oeuvre en vue de faire de Dieu un objet de marketing sont des moyens pour dresser une satire de notre société. En effet, si l’on ne trouve dans l’album aucune indication de lieu ou de temps, la société de consommation dépeinte ressemble furieusement à la nôtre.

La réflexion suscitée par cet album est donc double : il nous invite à la fois à nous interroger sur la spiritualité et le rôle et la place qu’elle occupe dans notre société, mais aussi sur notre société elle-même et son fonctionnement.

Le contenu extrêmement riche de cet album mériterait de faire l’objet d’une analyse approfondie mais, d’une part, j’en suis bien incapable, et d’autre part je préfère en dire le moins possible pour ne pas gâcher aux futurs lecteurs le plaisir de la découverte.

Il y a cependant un dernier point que je voudrais relever : l’histoire est suffisamment ouverte pour que chacun puisse l’interpréter comme il veut, en fonction de ses propres croyances. J’ai apprécié cette ouverture et ce respect du lecteur.

 Vous l’aurez, je l’espère, compris, il s’agit d’un album extrêmement riche, qui est drôle mais qui soulève énormément de questions complexes et qui a une approche assez philosophique, et qui nécessite beaucoup de concentration et d’attention pour repérer tous les petits détails et savoir les interpréter. Comme je ne suis jamais contente, j’ai été autant séduite par cette richesse et cette complexité que frustrée, parce que c’est dur de maintenir une attention soutenue du début à la fin et parce que, en dépit de mes efforts, j’ai l’impression d’être tout de même passée à côté de pas mal de choses par manque du bagage nécessaire. Ca me fournit toutefois un prétexte idéal pour le relire d’ici quelque temps!

Dieu en personne
Marc-Antoine Mathieu
Delcourt

Publicités
Cet article, publié dans BD / Mangas, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Dieu en personne

  1. J’aime beaucoup l’idée de départ en tout cas !

  2. Je ne lis jamais de BD, je n’en ai pas lu depuis plusieurs années, et tous ces billets sur la blogosphère me donne envie d’essayer. Je mets cet article en favoris (ranger mes favoris… trier mes favoris… organiser mes favoris… bientôt… un jour), pour ne pas perdre le titre de la BD. Merci de cette découverte.

    • Marie dit :

      L’un des principaux avantages de la blogosphère est qu’elle permet de faire de belles découvertes! Je lis beaucoup de mangas mais très – trop – peu de BDs.Pourtant il y en a plein qui ont l’air super intéressantes, alors j’essaie de m’y mettre un peu!

  3. Mo' dit :

    il y a énormément de références faites à d’autres auteurs, d’autres courants de pensées, d’autres… Je pense qu’il faut une grosse culture générale pour profiter pleinement de cet album. Je n’ai pas toutes ces connaissances mais cela ne m’a pas non plus empêché de l’apprécié. Comme toi, j’ai été frustrée par moment, l’impression de passer à coté de quelque chose ou de ne pas pouvoir profiter pleinement de la portée/la touche métaphysique/la satire… d’un passage puis d’un autre.
    En tout cas, bel album, qui est réellement atypique comparé à ses autres productions.

  4. Mo' dit :

    je le connais assez peu au final ! ^^
    J’ai tenté la lectures des « Sous-sols du Révolu » (collection Musée du Louvre chez Futuro) mais l’album m’est tombé des mains. Par contre, on en a fait une synthèse sur kbd (http://k.bd.over-blog.com/article-les-sous-sols-du-revolu-mathieu-75045764.html mais je n’ai pas souhaité rédiger de chronique individuelle, mes copinautes ont donc proposé une synthèse de quatre avis). Dans l’ensemble, j’adhère assez mal à la collection Musée du Louvre mais si tu as aimé les autres œuvres de ce projet (« Période glaciaire » de De Crécy, « Aux heures impaires » de Liberge, « Le ciel au-dessus du Louvre » d’Yslaire et ?…), les « sous-sols te plairont certainement)
    J’ai également lu le dernier collectif qu’il a fait (avec Rabaté, Davodeau, Prudhomme…) et cela ne m’a pas convaincu. Je suis donc assez frileuse quant à la découverte de l’auteur… je le lis avec parcimonie ! ^^ Je ne suis pas de grand conseil le concernant ;)

    • Marie dit :

      Je ne connaissais pas cette collection Musée du Louvre mais ça pourrait me tenter. Bon, on verra bien!
      En revanche, dans un tout autre domaine, tu as été de bon conseil pour Toto l’ornithorynque : je me suis décidée à prendre le premier tome à la bestiole après avoir lu ton avis, et il est complètement accro!

  5. Ping : Roaarrr challenge | Et puis…

  6. Ping : Roaarrr : BD Boum « Bar à Bd

  7. Ping : Roaarrr : Grand Prix de la critique ACBD « Bar à Bd

  8. Ping : Point sur mes challenges en cours | Et puis…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s