Enola Holmes

Enola Holmes mène avec sa mère dans leur manoir à la campagne une existence heureuse de sauvageonne, occupant ses journées à vagabonder dans la nature et à dessiner. Lorsque Mme Holmes disparaît le jour du quatorzième anniversaire d’Enola, celle-ci se voit contrainte de prévenir ses deux frères beaucoup plus âgés, qu’elle n’a pas vus depuis des années. A leur arrivée, Mycroft et le célèbre Sherlock sont atterrés en découvrant la vie si peu conventionnelle que mène leur jeune soeur. Soucieux de son avenir et les recherches pour retrouver leur mère restant vaines, ils décident d’envoyer Enola dans une pension à Londres où elle pourra recevoir une éducation convenable qui lui permettra de trouver un homme susceptible de vouloir l’épouser. Mais Enola ne veut pas perdre sa liberté ni se retrouver contrainte à porter des corsets. Elle décide donc de s’enfuir et de mener sa propre enquête pour retrouver sa mère. Au cours de sa fuite, elle entend parler de la disparition d’un jeune marquis et ne peut s’empêcher d’aller fourrer son nez dans l’affaire.

Voilà pour le premier tome. Je ne dirai rien des deux suivants, si ce n’est que la jeune Enola, douée des mêmes talents que son frère, le célèbre détective, va se spécialiser dans les disparitions et enquêter, dans le deuxième tome, sur celle d’une jeune fille et, dans le troisième, sur celle du docteur Watson lui-même! Les différents volumes de la série peuvent se lire de façon indépendante, mais l’histoire d’Enola et de ses relations familiales suivant une progression chronologique, il est préférable pour qui se souhaite se lancer dans la série de les prendre dans l’ordre.

Cette série ne correspond pas du tout à une lecture que j’avais prévu de faire! D’ordinaire, je suis une discipline militaire et prend les livres dans ma PAL par ordre strictement chronologique, à l’exception des challenges et LC, bien entendu. Mais les billets de George et de Martial m’ont fait craquer : je me suis donc jetée sur ce que j’ai pu trouver de la série qui soit disponible en poche et j’ai dévoré les 3 romans en 2 jours pendant mes vacances du mois dernier.

J’ai adoré l’atmosphère de la série. Je raffole de ces enquêtes qui ont pour cadre une Angleterre surannée et guindée. J’ai eu également plaisir à retrouver les héros d’Arthur Conan Doyle. Je ne connais pas très bien Sherlock Holmes, n’ayant lu que quelques-unes de ses aventures, il y a déjà quelques années, mais il m’a semblé que les personnages de Nancy Springer, qui se dit grande lectrice de Conan Doyle, étaient assez bien dans l’esprit de leurs modèles. J’ai beaucoup aimé ce personnage de jeune fille rebelle, intelligente et entêtée ainsi que la fraîcheur et l’humour de la série.

Pour ce qui est des intrigues policières, je n’ai pas trouvé celle du premier tome formidable, car elle est un peu trop tirée par les cheveux. Il me semble utile de rappeler qu’il s’agit d’une série pour la jeunesse. De ce fait, les énigmes et enquêtes sont assez simples. Néanmoins, les histoires, surtout celles des deuxième et troisième tomes, sont tout de même bien ficelées et la série ne se résume pas aux intrigues policières : il y a aussi le contexte de l’Angleterre victorienne et les efforts menés par Enola pour échapper à ses frères et rester maîtresse de son destin, si bien que la série constitue une lecture de détente plus que sympathique! Je conseillerais de plus de ne pas s’arrêter aux faiblesses de l’intrigue du premier tome (qui n’occupe d’ailleurs qu’une partie du roman, la mise en place des personnages et de la situation s’étendant sur pas mal de pages) car les deux suivants sont bien meilleurs.

Depuis, j’ai convaincu une collègue de les prendre pour sa fille qui a l’âge d’Enola et qui a beaucoup aimé, et mon père les a piqués sur mon bureau. Peu bavard, il ne s’est livré, à son habitude, à aucun commentaire, mais il a enchaîné les trois et m’a demandé si je n’avais pas la suite. C’est plutôt bon signe! De mon côté, sitôt rentrée de vacances, je me suis ruée sur internet pour voir s’il n’y avait pas moyen de continuer la série en poche en anglais. Pour le moment, seul le quatrième tome est disponible en poche, mais les deux suivants doivent paraître à l’automne. Je pense donc me refaire une cure d’Enola Holmes, en version originale cette fois, à l’automne prochain! Et ce chouette moment de lecture m’a donné envie de faire d’autres entorses à mon habituelle gestion rigoureuse de ma PAL.

Avec ce billet je termine enfin les compte-rendus de lectures de mes vacances d’il y a un mois, je vais donc pouvoir me refaire une boulimie de lecture pour mes prochaines vacances… et attaquer les autres billets en retard. Et je ne désespère pas, un jour, de trouver le temps de m’attaquer à un index des livres que j’ai chroniqués mais c’est un projet ambitieux!

Cet article, publié dans Lectures, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Enola Holmes

  1. Ping : Panne de lecture | Et puis…

  2. Ping : Percy Jackson | Et puis…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s