Les lectures de la bestiole : Geoffroy de Pennart 2/2 (livres lus à 5-6 ans)

Je poursuis ici le billet commencé hier.

Balthazar!

Balthazar est l’un des sept chevreaux et c’est lui le narrateur de cette histoire. On retrouve ici Igor, le grand méchant loup déjà croisé dans plusieurs des albums que j’ai chroniqués hier, ainsi que la chèvre, accompagnée cette fois d’un seul de ses chevreaux, et de nouveaux personnages.

Alors qu’il roule à motocyclette avec sa maman, Balthazar est projeté dans les airs et atterrit dans les bras d’Igor. Bientôt un autre loup apparaît. Pour Balthazar, les deux loups sont amis, et, s’ils se battent pour attraper Balthazar, c’est forcément pour jouer…

Vous l’aurez compris, l’humour dans cet album repose sur le décalage entre ce que nous montrent les dessins et le texte : le pauvre chevreau n’a rien compris et est complètement à côté de la plaque. Faut-il aussi y voir le message qu’il ne faut pas se fier aux apparences et ne pas faire confiance aux inconnus même s’ils paraissent gentils? Toujours est-il que, si j’ai acheté cet album en même temps que ceux dont j’ai parlé hier, je l’ai gardé longtemps en stock car je ne pensais pas que la bestiole serait capable d’en saisir et apprécier l’humour à 3-4 ans.

Je l’ai donc sorti il y a seulement quelques mois, et il semblerait que ce soit encore un peu juste. En effet, le petit a quelques fois souri, mais j’ai eu l’impression qu’il se demandait si c’était du lard ou du cochon, bien que j’aie agrémenté la narration de quelques commentaires explicatifs. Cet album n’a remporté qu’un succès très mitigé. Moi, en revanche, il m’a fait bien rire, mais ce n’était pas le principal objectif!

Il existe une autre histoire mettant en scène Balthazar :

 

Vèzmô la sorcière

Vèzmô est très moche et très méchante. Elle a un chien affreux et teigneux et transforme sur son passage les fleurs en détritus et les animaux en crapauds et en serpents. Un jour, sa route croise celle d’un beau prince et Vèzmô se met aussitôt à s’interroger sur le sort le plus horrible qu’elle peut lui réserver.

Cette histoire a été acquise et lue lorsque le jeune homme avait 5 ans 1/2 et ça me semble un bon âge, car l’album comporte un vocabulaire assez soutenu et, de ce fait, compliqué et, plus jeune, il n’aurait pas tout saisi. Il y a d’ailleurs encore un passage dont il n’a pas bien apprécié le sel. Néanmoins, cette histoire très drôle qui comprend toutes sortes d’horreurs susceptibles de réjouir les petits, ainsi qu’un bisou, l’a beaucoup réjoui et lui a énormément plu. C’est encore un succès!… Et moi je me suis bien amusée aussi.

 

Sophie la vache musicienne

Sophie, une pianiste très douée, décide de partir en ville. Elle espère pouvoir se faire engager dans un orchestre et participer ainsi à un grand concours de musique qui est organisé dans le pays. Elle se présente donc auprès des orchestres qui ont passé une petite annonce dans le journal pour recruter des musiciens mais, à chaque fois, elle est éconduite : elle n’est pas carnivore, n’a pas un long cou, n’a pas les cornes de la bonne taille, le pelage de la bonne couleur…

Le message est clair : il ne faut pas juger les gens d’après leur apparence mais d’après ce qu’ils valent vraiment. Sophie montre aussi que, lorsqu’on veut vraiment quelque chose, il ne faut pas se décourager mais savoir persévérer.

Néanmoins, on a là typiquement un livre dont je serais bien incapable de dire à quelle tranche d’âge il s’adresse. Pour la bestiole, en tout cas, je n’ai pas trouvé! C’est encore un livre que j’ai acquis pendant l’année de petite section et que j’ai longuement gardé en stock parce que je pensais que, tant au niveau du vocabulaire que de la compréhension de l’histoire, ça ne passerait pas. Je l’ai finalement sorti récemment, pour les 6 ans du jeune homme à peu près. Evidemment il a compris de quoi il retournait, mais je ne suis pas sûre qu’il ait tout percuté et, en tout cas, ça l’a laissé complètement indifférent. Seule l’image dans laquelle on voit le « Grand Orchestre des Vaches Folles » l’a intéressé et amusé. Je ne crois pas que ce soit la peine d’insister. Pour ma part, c’est également celui que j’aime le moins parmi tous les albums de Geoffroy de Pennart que j’ai eu entre les mains, car je le trouve plat et n’y ai pas retrouvé l’humour habituel.

 

La princesse, le dragon et le chevalier intrépide

La princesse Marie fait la classe dans une école, assistée de son fidèle dragon Georges. Un jour un chevalier vient à passer. Croyant que Georges attaque l’école, le chevalier intervient et estourbit quelque peu le malheureux dragon. La princesse est furieuse. Le chevalier, qui vient de tomber amoureux, tente de se racheter et propose d’aller dans la montagne cueillir de l’arnica pour soigner le grand blessé. La princesse lui indique le bon chemin, mais le chevalier prend la mauvaise direction, celle du chemin sur lequel on croise plein de monstres. Pendant ce temps, Georges est allé se chercher une compresse d’arnica dans sa réserve et ne se souvient qu’il est censé souffrir que lorsque la princesse, inquiète pour le chevalier, l’enjoint de partir l’aider.

Voilà un album que j’adore! Ce dragon qui joue si bien la comédie est très drôle et les noms des différents monstres que croise le chevalier sont un régal. J’ai dû l’offrir à la bestiole vers ses 4 ans comme il commençait à être très branché dragons (j’aurai l’occasion d’y revenir!). On l’a lu une fois. J’ai vu qu’il n’y avait rien compris, si bien que je l’ai rangé. Comme Balthazar, je l’ai ressorti cette année, donc vers les 5 ans 1/2 du petit, et le livre est cette fois mieux passé : les monstres l’ont fait beaucoup rire lui aussi. Cependant, je vois bien que l’album ne l’amuse pas encore autant qu’il devrait parce qu’il a du mal à capter que Georges joue la comédie. Encore un album qui est malheureusement passé à côté : quand il sera mûr pour le comprendre, il considérera que c’est un livre pour bébés et ne voudra plus en entendre parler. C’est dommage.

Je signale aux adeptes de Georges que la suite des aventures du dragon, toujours jaloux du prince, sortira le 20 octobre prochain. J’ai bien envie d’essayer quand même…

Et voilà un deuxième challenge de terminé, et bien avant la date limite cette fois!

 

 Challenge Je lis aussi des albums 2011 22/20

Je ne compte pourtant pas m’arrêter là pour autant pour cette année. La prochaine fois, nous attaquerons les choses sérieuses et parlerons de dinosaures!

Cet article, publié dans Littérature jeunesse, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Les lectures de la bestiole : Geoffroy de Pennart 2/2 (livres lus à 5-6 ans)

  1. argali2 dit :

    « Sophie, la vache musicienne » c’était le livre chouchou de mon fils vers ses 5-6 ans. Je le connaissais par coeur. Un très bel album !!

    • Marie dit :

      Les enfants ont tous une sensibilité différente, tout comme nous. C’est ce qui rend parfois le choix des livres à leur proposer difficile!

  2. Mo' dit :

    Je t’avais laissé l’information en répondant à un de tes commentaires mais je préfère te redonner le lien ici, pour que tu l’ais sous la main
    Il y a un partenariat jeunesse en cours, tu devrais y jeter un oeil : http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/blog_petits_lecteurs/?p=2975

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s