Blue

La mer immense et le ciel au-dessus, nos uniformes, notre enthousiasme malhabile d’adolescentes…
Si je devais donner une couleur à toutes ces choses du passé, je choisirais un bleu profond.

Blue est une histoire d’amour entre deux jeunes filles en dernière année de lycée. Kirishima est une élève ordinaire et bien intégrée, qui rêve d’aller étudier à Tokyo dans une école de dessin. Endô est isolée parce qu’elle a été renvoyée du lycée l’année précédente pour une raison que ses camarades ignorent. Mauvaise élève, elle n’a pas de projets particuliers et cherche sa voie. Kirishima, attirée par Endô, lui propose un jour de déjeuner avec elle et ses amies. Petit à petit, des liens vont se tisser entre les deux filles. Endô reste cependant mystérieuse et ne se dévoile que peu à peu, aussi bien pour Kirishima que pour le lecteur, qui vit l’histoire à travers le point de vue de cette dernière.

J’ai un peu traîné à rédiger ce billet car j’ai l’impression de ne pouvoir que répéter ce que j’ai dit à propos des deux autres mangas de Kiriko Nananan que j’avais lus auparavant, Everyday et Rouge bonbon. Bien que Blue soit bien antérieur aux deux autres (il a été publié en 1997), j’y ai retrouvé, en effet, les mêmes caractéristiques, et surtout la même simplicité, la même économie. Cette simplicité se manifeste autant dans le texte que dans le dessin, les décors aussi bien que les personnages étant réduits à l’essentiel. Pour la première fois, j’en ai été un peu gênée, car les deux héroïnes se ressemblent beaucoup et j’ai eu du mal à les distinguer l’une de l’autre. Pour autant, j’ai également retrouvé dans Blue tout ce que j’avais aimé dans les deux autres. Kiriko Nananan va à l’essentiel et le peu qu’elle montre exprime beaucoup. Ses récits sont à la fois plein de force et d’une grande sensibilité. J’apprécie la délicatesse de la forme et la finesse du fond.

Le thème de Blue est assez classique : c’est la découverte du sentiment amoureux par une adolescente. Si l’objet de ce sentiment n’était pas une autre fille, ce ne serait pas d’une grande originalité. Néanmoins, c’est très joliment raconté et ce n’est pas le seul thème du manga. Kiriko Nananan aborde en effet d’autres problématiques, que je ne détaillerai pas pour ne pas spoiler. Mais ce que j’y ai vu surtout, et ce que j’ai trouvé le plus intéressant, ce sont des jeunes filles en train de construire leur identité, à un moment phare de leur vie où elles doivent décider de leur avenir et faire des choix difficiles. Malgré tout, le ton du manga est assez léger et positif et les personnages vont de l’avant, ce qui fait que je le préfère de loin à Everyday. Kiriko Nananan s’impose décidément comme l’un de mes mangakas préférés.

Blue
Kiriko Nananan
Casterman écritures

Publicités
Cet article, publié dans BD / Mangas, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Blue

  1. jerome dit :

    On m’a conseillé ce titre il y a peu. Et comme il va être réédité dans une édition de luxe au mois de mars, il y a de fortes chances que je me laisse tenter…

  2. Kaeru dit :

    J’adore cette auteur *__* Un bien joli billet !!!

  3. Mo' dit :

    Je le préfère également à « Everyday ». La référence « Rouge Bonbon » me manque encore mais j’appréhende de me confronter à cette impression de « déjà-vu » dont tu parles

  4. Ping : Blue | La lubriothèque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s