Sept personnages

Comme je vous l’avais alors raconté, mon passage aux Rendez-vous de l’histoire de l’automne dernier a été, comme à chaque fois, accompagné d’une razzia visite au salon du livre. Cette fois, je ne me suis pas seulement arrêtée à l’espace jeunesse, j’ai également dévalisé je me suis également longuement attardée à l’espace BD. Sept personnages est le premier parmi les albums que j’ai achetés à cette occasion auquel je m’attaque (c’est dire si, dans ce domaine aussi, je commence à accumuler du retard!). C’est purement un achat d’impulsion : je ne connaissais pas du tout cette BD et j’ai simplement été attirée par le thème et par les premières pages que j’ai feuilletées et qui m’ont donné envie de savoir la suite.

Ce que j’ai appris ensuite, c’est que cet album s’inscrit dans une série : 7. Se voulant un hommage aux Sept mercenaires et aux Sept samouraïs, elle se compose de 7 albums réalisés par 7 scénaristes et dessinateurs différents, chacun des 7 récits mettant en scène 7 personnages qui partagent une aventure. Cette série a été prolongée par une deuxième saison, dont Sept personnages fait partie. L’album a pour auteurs Fred Duval au scénario et Florent Calvez au dessin, qui ont l’air d’être loin d’être des débutants, mais que la néophyte que je suis ne connaît pas du tout.

L’histoire se déroule en 1673 et débute lors de l’enterrement de Molière. Parmi les personnes qui y assistent, une jeune femme, Agnès (L’école des femmes) est abordée par un homme à l’air roué. C’est Scapin (Les fourberies de Scapin). Argan (Le malade imaginaire) et Alceste (Le misanthrope) se tiennent un peu plus loin. Scapin annonce à Agnès que Molière a en fait été assassiné, réclame son aide et l’invite à les rejoindre le lendemain chez Harpagon (L’avare). Tous les cinq se rendent compte qu’ils sont pratiquement les seuls survivants parmi les personnages des pièces de Molière, les autres étant morts dans des accidents suspects. Ils décident de mener une enquête pour découvrir qui est derrière ces assassinats et parviennent à se faire rejoindre par un sixième personnage du dramaturge, qui doit les conduire à un septième. Mais la maison d’Harpagon est attaquée par de mystérieux hommes vêtus de noir.

Ce début d’intrigue est alléchant (moi, tout du moins, j’ai été alléchée), mais il ne tient malheureusement pas ses promesses. Le scénario, qui mêle donc personnages historiques ayant réellement existé et personnages de fiction, est assez complexe. En même temps, comme on arrive assez vite au dénouement, c’est très rapide, si bien que c’est tiré par les cheveux et pas forcément très cohérent. Le motif du commanditaire des hommes en noir m’a laissée relativement perplexe. Et puis la trame est assez classique. Pour moi qui suis amatrice de romans historiques, tout cela avait un certain air de déjà vu.

Pour autant, il me semble assez difficile de faire grief de ces défauts au scénariste : la BD ne fait qu’une cinquantaine de pages et c’est bien trop court à mon sens pour mettre en place un univers et développer, en plus de cela, une intrigue riche et bien construite. Je pense en fait que la BD aurait mérité de faire l’objet d’une série à elle seule. Parce qu’elle est malgré tout loin d’être dépourvue d’intérêt.

J’ai bien aimé les dessins, assez fins. J’ai été fascinée par la maison d’Harpagon et je regrette qu’on ne la voit pas plus. D’une façon générale, j’ai beaucoup aimé ce mélange entre réalité et fiction, les nombreuses allusions littéraires et ces personnages qui prennent vie. C’est amusant de les voir se rencontrer, interagir et faire connaissance, d’apprendre comment leur vie s’est poursuivie après le dénouement de la pièce grâce à laquelle ils sont connus. L’auteur connaît visiblement très bien la vie et l’oeuvre de Molière et propose certaines interprétations que j’ai trouvées intéressantes.

Je reste donc sur une certaine impression de « c’est dommage », d’une lecture sympathique mais malheureusement pas indispensable. Cet album, qui donne envie de relire les pièces dont sont issus les personnages, constitue néanmoins une motivation idéale pour le challenge Molière de Sharon!

Sept personnages
Fred Duval et Florent Calvez
Delcourt

Cet article, publié dans BD / Mangas, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Sept personnages

  1. Effectivement ce pouvait être un bon titre pour le challenge sous influences !
    Je pense que cette BD m’aurait aussi beaucoup alléchée si j’étais tombée dessus ! dommage qu’elle ne réponde pas aux espérances !
    Sinon j’ai demandé pour le bar-restau à côté de la Griffe ! il le rénove mais n’est pas racheté par la librairie, dommage ;)

    • Marie dit :

      J’ai subitement pensé à ce challenge en finissant de rédiger mon billet hier. Je m’attendais plus ou moins à ce que ça ne marche pas, mais ça collait bien. Mais c’est pas grave, j’ai un Jasper Fforde en stock, en VO qui plus est, ce qui me permettra de faire d’une pierre deux challenges!
      C’est bien dommage pour la Griffe, ç’aurait été chouette. J’espère que ma curiosité ne t’aura pas encore coûté quelques achats! :-)

  2. jerome dit :

    J’ai lu 7 missionnaires dans la même série. Je pense que le cahier des charges de la collection limite la liberté des auteurs. Si on rajoute le faible nombre de page imposé par le format « franco-belge classique », on se rend compte que ça manque forcément d’épaisseur. Dommage…

    • Marie dit :

      Et c’était bien?
      Je n’ai pris conscience de l’existence du cahier des charges qu’après coup. J’aurais peut-être hésité sinon.
      Effectivement, c’est dommage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s