Le couperet

Suite au rachat de l’entreprise dans laquelle il travaillait, Burke Devore a été licencié dans le cadre d’un plan social. Il dispose d’un CV solide : il a fait toute sa carrière dans l’industrie du papier et était un responsable de produit comptétent. Seulement il a plus de 50 ans et, de ce fait, peine à retrouver un travail. Voilà maintenant 2 ans qu’il est au chômage, la situation financière de sa famille se complique de plus en plus et il a l’impression de ne pas pouvoir remplir son rôle de chef de famille.

Burke a trouvé, en lisant une interview dans un magazine professionnel, le travail qui lui conviendrait idéalement et pour lequel il serait parfaitement qualifié. Il est persuadé qu’il serait meilleur que l’homme qui occupe le poste. Il suffirait que celui-ci disparaisse… et que la candidature de Burke soit retenue. Comme il a, par ailleurs, passé une offre d’emploi bidon dans la presse, il a pu, en épluchant les CVs reçus, identifier ses concurrents potentiels. Une poignée d’hommes… Il suffirait de quelques meurtres pour résoudre tous les problèmes de Burke.

Mais Burke est-il capable de commettre un meurtre? Surtout si, alors qu’il semble avoir tout calculé, l’imprévu s’en mêle.

J’avais eu envie de voir le film au cinéma et je l’avais raté. Je me suis donc rabattue sur le roman dont il était extrait et j’ai été séduite. C’est noir, drôle et complètement jouissif.

Le contexte est assez sombre. Sur fond de crise économique, l’auteur montre la détresse des chômeurs de longue durée et soulève la problématique compliquée de l’emploi des seniors. Cependant, si le roman peut inviter à la réflexion, il est en même temps très divertissant. Les nombreuses mésaventures qui arrivent à Burke, aussi cruelles soient-elles, sont très drôles et j’ai été étonnée de la façon dont l’auteur réussit à intéresser le lecteur (ou, tout du moins, moi) au sort de son héros… qui est pourtant loin d’être sympathique à la base avec son côté rigide et macho! Peut-être le fait que je sois moi-même en train de quitter mon travail à cause d’une fusion qui ne me plait pas m’a-t-il poussée à me sentir concernée.

Mais je pense que ça tient plutôt à la façon dont le roman est rédigé. Burke étant le narrateur, le lecteur peut suivre le cheminement de ses pensées. On sent bien qu’il y a une faille quelque part, que ce type doit être un peu dérangé et qu’il y aurait forcément eu des solutions beaucoup plus pacifiques qui ne l’ont même pas effleuré. Mais il est tellement posé, tellement méthodique, tellement logique dans son raisonnement et en même temps tellement humain, tellement compatissant à l’égard de ses futures victimes, tellement lucide quant à la gravité des actes qu’il projette, qu’il en est très convaincant et donnerait presque envie de lui souhaiter de réussir dans son projet. Ce qui fait que j’en suis arrivée à me rendre compte, à mon grand désarroi, que je ne savais plus si je devais souhaiter qu’il puisse accomplir les meurtres projetés ou au contraire espérer qu’il échoue. J’ai bien évidemment tourné les pages à toute allure pour savoir comment tout cela allait se terminer. Voilà encore un auteur que je suis bien contente de découvrir!

Cet article, publié dans Lectures, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Le couperet

  1. D. dit :

    J’ai également adoré ce livre, une vraie surprise. Quelques scènes me restent bien en mémoire même si je l’ai lu il y a quelques années déjà. Tu en parles très bien. Je n’ai pas vu le film en entier mais le peu que j’ai vu il m’a semblé assez fidèle au roman et Garcia est un choix étonnant mais convaincant pour ce rôle. J’aurais presque envie de le relire tiens…

    • Marie dit :

      Je regrette de ne pas avoir vu le film. Je serais curieuse de voir comment le roman a été adapté. Si le film lui est fidèle, ça doit être pas mal. J’ai bien envie de lire d’autres histoires du même auteur en tout cas.

  2. jerome dit :

    Jamais lu Westlake. Pourtant il correspond bien au genre d’auteurs que j’apprécie. Je crois qu’il y en a trop en fait, je n’aurais pas assez d’une vie pour lire tout ce qui me fait envie^^

  3. Yspaddaden dit :

    Voilà un bout de temps que je me promets de lire ce livre et de voir l’adaptation, cet humour-là devrait me plaire.

  4. Ping : Panne de lecture | Et puis…

  5. Ping : Bilan de lecture au 31 mai | Et puis…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s