Genèse et management de ma PAL

Tant le titre que le sujet de ce billet sont inspirés d’un article de Daniel dans lequel il présente ses piles, hautes et nombreuses, et qu’il conclut en proposant aux autres lecteurs de parler du monstre qu’ils abritent chez eux. Il a également repris le questionnaire proposé par Reka  à propos de la bonne et de la mauvaise littérature et y a répondu lui-même de façon fort intéressante ici et ici  mais, n’ayant ni le temps ni l’humeur nécessaire pour me plonger dans des réflexions intenses, je ne me lancerai pas dans ce débat passionnant et je vais simplement me contenter de vous raconter l’histoire de ma PAL!

C’est une histoire qui remonte à loin. Dès l’entrée au collège, j’ai commencé à avoir des PAL ponctuelles pendant les vacances d’été. Deux mois de liberté, ça représente beaucoup de livres! Je n’ai commencé à avoir une PAL permanente qu’au lycée, à cause, je vous le donne en mille, de ce cher Honoré! En effet, France Loisirs (Eh oui… Un jour, je me rachèterai ses oeuvres complètes dans la Pléiade. J’en ai déjà 3 volumes.) a alors commencé à commercialiser une édition de La comédie humaine, et, comme ma mère aimait m’acheter de jolies éditions d’auteurs classiques et que j’avais envie de mieux connaître Balzac, mes parents m’en ont progressivement acheté les 28 tomes. Pour ne pas faire d’indigestion, j’ai entrecoupé cette découverte d’autres lectures. Les tomes ont donc commencé à s’accumuler. Et bientôt des livres d’autres auteurs sont venus s’ajouter à la pile naissante.

J’ai commencé par stocker ma PAL sur la planche qui se trouve sous mon bureau.

 

Je me suis répandue ensuite dans un petit placard dans une autre pièce.

 

Une fois que celui-ci a aussi été rempli, il ne m’est plus resté comme ressource que d’empiler au pied de mon bureau.

 

Néanmoins, chose étonnante, ma PAL a continué à grossir. Aussi, quand je suis partie de chez mes parents, j’ai laissé ma bibliothèque chez eux mais j’ai investi dans de nouveaux rayonnages pour stocker les quelques livres que j’aime garder près de moi, mes livres de cuisine et guides de voyage, et, surtout, les livres que je n’avais pas lus (ça surprend souvent les invités).

Et encore tous ceux-là…

 

Enfin, quand j’ai déménagé ici, j’ai également colonisé une de mes tables de nuit.

 

J’ai repris pour ce billet des photos que j’avais déjà postées il y a un an, et je suis très fière de pouvoir dire que ma PAL n’a pas grossi d’un iota depuis février 2011 (je m’empresse de le signaler avant qu’ait lieu le Salon du livre!) et occupe toujours exactement le même espace. Je me refuse toujours à compter de combien d’ouvrages elle se compose, pour ne pas me déprimer, mais j’estime que je dois dépasser les 300 livres, en comptant tout…

Pour ce qui est du dépilage, pour toutes les oeuvres littéraires, à l’exception des lectures communes et des livres lus pour les challenges, que je fais passer en priorité, j’opère d’une façon très simple… et très maniaque : en bonne comptable, j’applique strictement la règle du « premier entré premier sorti ». J’ai un taux de rotation qui me paraît honnête mais, compte tenu de l’importance de la PAL, je lis les livres avec énormément de retard : je suis seulement en train de terminer de lire les livres que j’ai achetés lorsque j’étais encore dans mon ancien travail, soit en 2006! Ce délai me laisse largement le temps d’oublier et de rédécouvrir les livres, voire d’en acheter en double, parce que je ne me souvenais plus que je les avais déjà.

Il y en a quelques-uns toutefois que j’ai commencés et que je traîne à finir parce que trop compliqués et que j’ai l’impression de passer complètement à côté d’eux (Le jeu des perles de verre d’Hermann Hesse) ou parce qu’ils sont tellement gros et que j’ai si peu de temps qu’il faudrait que je ne lise rien d’autre pendant des mois pour en venir à bout (Sainte-Beuve, le Journal des frères Goncourt).

Beaucoup plus problématique est le cas des essais historiques qui stagnent misérablement sur leurs planches parce que je n’arrive pas à me résoudre à les lire sans prendre de notes et que je n’arrive plus à trouver le temps de lire en prenant des notes. Ca me désole et j’espère m’y remettre doucement quand j’aurai un peu de temps cet été. Les plus vieux d’entre eux croupissent dans ma PAL depuis maintenant une douzaine d’années. Il y a notamment :

 Francesco Guicciardini (1483-1540) fit carrière au service des Médicis et finit sa vie en écrivant cette Histoire d’Italie dont j’ai tout oublié du premier tome, si ce n’est qu’il était costaud!

Je ne suis même pas sûre de me souvenir encore de suffisamment d’allemand pour pouvoir lire celui-là!

C’est typiquement le genre de sujet que je trouvais exotique et amusant quand j’étais plus jeune. Je précise, à toutes fins utiles, qu’Henri le Navigateur était un prince portugais de la première moitié du 15ème siècle qui organisa et finança beaucoup de campagnes d’exploration sur les côtes africaines.

Pour être totalement exhaustive, il faut que je dise également un mot des PAL annexes, qui ont, elles, une facheuse tendance à grossir!

Il y a la PAL BDs-mangas, stockée dans la salle de bains parce que je lis principalement les mangas dans mon bain. Les mangas sont, en général, rapidement dévorés, à l’exception des one shot « d’auteurs » que j’aime prendre le temps de lire. Pour les BDs, en revanche, je commence à prendre pas mal de retard! Là aussi, j’applique à peu près la règle du premier entré premier sorti. La photo qui suit est, elle, d’hier… et la totalité du stock de mangas en souffrance n’y figure pas!

 

Et il y a enfin la PAL des « lectures douteuses », que je ne vous montrerai pas parce qu’elle est sous clé et qu’elle commence à devenir trop grosse pour que j’aie le courage de la sortir de son armoire. Pour celle-ci, le choix des lectures est beaucoup plus aléatoire, car dicté par mon « planning » (que je n’arrive jamais à tenir) de publication sur la lubriothèque. D’une part, comme ici, j’essaye de varier les thèmes et les supports. D’autre part, par goût, j’aurais envie de privilégier les essais historiques, sociologiques ou littéraires, mais, comme j’en suis venue à prendre quasi systématiquement des notes quand je lis un essai, j’avance à une allure d’escargot. J’ai donc toujours un petit stock de romans, et, surtout, des BDs, qui se lisent vite et sont donc bien pratiques pour meubler sur le blog quand je n’ai rien le temps de lire de plus substantiel!

A titre d’exemple, voici un livre passionnant d’un historien que j’aime beaucoup dans lequel je progresse à pas de fourmi depuis l’automne dernier :

 

Mais j’ai aussi en stock des choses comme :

Et vous comment gérez-vous votre PAL?

Cet article, publié dans Bavardage, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Genèse et management de ma PAL

  1. J’aime beaucoup Alain corbin dont j’avais « le miasme et la jonquille » un essai sur la prostitution, passionnant !
    Sinon bravo ! pour ce billet pour ta rigueur, ma PAL est exponentielle, débordant de partout et dans tous les sens, c’est une horreur mais c’est palpitant aussi !

    • Marie dit :

      Le miasme et la jonquille est dans ma LAL et j’ai le premier tome de l’Histoire de la virilité dans ma PAL.
      A ce propos, si ma PAL est à peu près sous contrôle, ce n’est absolument pas le cas de ma LAL qui est gigantesque et en croissance perpétuelle. C’est totalement déraisonnable, je n’aurai sans doute jamais le temps de tout lire, mais c’est en même temps palpitant, comme tu dis.

      • Je n’ai pas de LAL, sauf ces derniers temps en prévision du salon du livre ;) ! tu vois je ne suis pas si folle que cela ! en fait si je n’ai pas de LAL c’est parce que je veux éviter de tout acheter, et ne compter que sur ma mémoire me permet de limiter la casse ;)

        • Marie dit :

          Argh! Comment tu fais? Moi qui ne me rappelle jamais de rien, je passerais à côté de tas de trucs sans LAL! Et puis, ça me sert de pense-bête pour savoir où le petit et moi en sommes dans les diverses séries que nous avons en cours.

  2. jerome dit :

    Quelle organisation ! Je ne dois pas avoir plus de 100 romans dans ma PAL. Malheureusement et contrairement à toi j’applique la règle du dernier arrivé 1er lu du coup certains titre prennent la poussière depuis presque 15 ans. Par contre nivreau BD je dois avoir 300 à 400 titres sous le coude. Heureusement, ça se lit beaucoup plu vite !

    • Marie dit :

      J’aurais peur avec la technique du dernier arrivé premier lu de ne jamais lire certains livres. Des fois certains romans que je dépile me sont totalement inconnus et je n’ai pas la moindre idée de ce qui m’a poussée à les acheter, ce n’est pas forcément très motivant!
      Impressionnante, ta PAL! Et je n’ose pas imaginer comment tu gères le stockage et des non lus et des lus!

  3. Sharon dit :

    Gérer ma PAL ? Euh… J’ai abandonné l’idée il y a un an et trois jours.

  4. Sharon dit :

    Comme je ne compte plus, je ne sais plus. Disons, au moins 200.

  5. DF dit :

    Joli et varié! Je m’en vais guigner à présent ta lubriothèque.

    Chez moi, les doublons sont exceptionnels; j’ai pu les troquer dans le cadre de dîners livres échanges ces dernières années. Question essais, j’ai en revanche un souci aussi: certains sont très liés à l’actualité et, si on les laisse traîner trop longtemps, ils perdent de leur intérêt…

    • Marie dit :

      C’est pas mal, l’idée du troc! Je me suis contentée de revendre mes quelques doublons.
      Je lis assez peu d’essais liés à l’actualité mais il m’est arrivé de me reprocher d’avoir trop tardé et d’avoir le sentiment de lire quelque chose d’obsolète. Dans certains cas aussi, je trouve ça intéressant de lire avec le recul et de voir un peu en quoi un auteur a été visionnaire et ce qu’il n’avait pas prévu ou pas pris en compte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s