Planètes

2074. L’espace est encombré de débris de satellites. Ceux-ci représentent un danger, car ils peuvent causer de gros dégâts s’ils heurtent des vaisseaux ou stations. Il circule donc dans l’espace des navettes chargées de récupérer les débris. Le manga est centré autour de l’équipage de l’une de ces navettes d’éboueurs de l’espace, le DS12.

Il y a Fi ou Fee (selon les tomes!), la capitaine, dont on ignore tout si ce n’est qu’elle est fumeuse, détail d’une importance considérable pour le premier tome! Tandis qu’elle pilote la navette, Yuri et Hachimaki sortent dans l’espace pour récupérer les débris.

Yuri a perdu sa jeune épouse 6 ans auparavant, dans l’explosion d’un vaisseau heurté par un débris. Depuis, il ne fait rien d’autre que ramasser ces déchets spatiaux et scruter l’espace, espérant retrouver le corps de sa femme ou, au moins, la boussole qu’elle avait en main quand elle est morte.

Et puis il y a Hachimaki, un petit jeune qui débute dans le métier. Il a de grandes ambitions : dès le début, on apprend qu’il économise dans le but de s’acheter un jour sa propre navette. Un peu après, dans l’espoir d’y parvenir plus facilement, il décide de postuler à un concours pour faire partie de l’équipage d’une mission à destination de Jupiter.

Ce manga en 4 tomes (dans mon édition) ne se limite pas à raconter diverses aventures se passant à bord du DS12. Dès le deuxième tome, le champ est considérablement élargi, notamment parce qu’on suit Hachimaki dans sa préparation de son fameux concours, mais pas seulement : on découvre les familles d’Hachimaki et de Fee, de nouveaux personnages apparaissent, on découvre un peu à quoi ressemble le monde en 2074, à la fois si loin et si proche du nôtre.

Disons-le tout net, ce manga de Makoto Yukimura, qui est également l’auteur, dans un genre totalement différent, de Vinland saga, fait partie des tout meilleurs que j’ai lus. Voilà longtemps que j’avais envie de le relire, et d’en profiter pour le faire découvrir, et le fait qu’il ait été réédité, en version Deluxe en 3 tomes, l’année dernière, m’en a fourni une bonne occasion.

Le seul défaut que je peux relever, c’est le manque de soin de la traduction. Des trucs comme  » Qu’elle enquiquineuse! » ou « Je veux allez », ça me hérisse! J’ignore si le texte a été revu pour la nouvelle édition, je l’espère en tout cas!

Pour le reste, Planètes est un manga de grande qualité, qui comporte nombre de passages humoristiques et est même par moments assez loufoque, mais qui soulève énormément de questions et invite le lecteur à réfléchir sur des thèmes très variés.

La question soulevée la plus évidente concerne notre futur : quel va-t-il être, quelle sera la présence de l’homme dans l’espace dans 60 ans, la vie sur Terre aura-t-elle beaucoup changé d’ici là?  A mesure que la conquête spatiale va progresser, nous allons sans doute être confrontés aux mêmes questions que les héros : qu’est-ce que l’espace, où commence-t-il, quelle est la limite? Et la question de la place de l’homme dans l’univers risque de se poser avec plus d’acuité.

Ce thème central de l’implantation de l’homme dans l’espace est l’occasion d’aborder des thèmes annexes que nous connaissons bien : la gestion des ressources, la gestion des déchets, mais aussi le terrorisme, l’évolution des rapports nord-sud dans le futur en fonction de l’évolution des sources d’énergie utilisées. Et puis il y a également la guerre, que le mangaka aborde avec un oeil très critique.

Au delà de toutes ces questions sur notre monde, les personnages s’interrogent également beaucoup sur eux-même, sur leur identité, sur ce qui fait le sens de la vie, sur la difficulté et l’importance d’être fidèle à ses valeurs et aux idéaux qu’on avait quand on était enfants. Quel est le moteur d’une existence? A quoi sert de vivre? Peut-on être heureux sans amour? Qu’est-ce que la réalisation d’un rêve vaut qu’on lui sacrifie? Est-ce que ça vaut la peine de continuer à se battre quand un combat est perdu d’avance? L’important n’est, à mon sens, pas tant les débuts de réponse que fournit le mangaka, même si j’aurais relativement tendance à partager sa vision, que le fait de soulever toutes ces questions.

Bien qu’il soit souvent drôle et toujours plaisant à lire, Planètes est un manga très intéressant car d’une grande richesse. Si vous ne l’avez pas encore lu, je ne saurais trop vous conseiller de vous précipiter dessus!

Planètes
Makoto Yukimura
Editions Panini
4 tomes (édition simple de 2005) ou
3 tomes (édition deluxe de 2011)
Série terminée

Cet article, publié dans BD / Mangas, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Planètes

  1. emmynemmyne dit :

    Oh, cela fait longtemps qu’il me tente celui-ci ( et en plus tu cites Vinland saga qui est passionnant ! )

    • Marie dit :

      Je me suis arrêtée au 5ème tome de Vinland saga parce que c’était un peu sanglant à mon goût mais, d’après ce que j’ai entendu dire des tomes suivants, il semble que ça vaudrait la peine que je reprenne la série.

  2. Jérôme dit :

    Un manga de grande qualité en seulement 4 tomes, c’est tout ce que j’aime !

  3. Ping : Un été de lecture – point au 6 juillet | Et puis…

  4. Jess dit :

    Salut,la version deluxe ne comporte que 3 tomes et pas 4?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s