Il était une fois…

J’ai rarement l’occasion de parler de jeux de société, la bestiole y étant généralement assez peu réceptif… à mon grand désespoir, car moi j’aimerais bien m’y initier et il pourrait constituer pour cela une victime un partenaire idéal. J’avais à peu près laissé tomber, mais deux jeux ont su trouver grâce à ses yeux cet été, ce qui a fait renaître mes espoirs de le convertir.

L’un de ces deux jeux est donc Il était une fois… . Il y a déjà bien longtemps que je l’avais repéré, me disant qu’il semblait avoir été créé pour la bestiole, mais j’ai attendu qu’il sache à peu près lire, et ne l’ai donc acheté que cet été.

Il était une fois… est un jeu qui consiste à raconter des histoires. Il est constitué de 160 jolies cartes :
– 50 cartes dénouements
– 110 cartes contes qui représentent des personnages, des lieux, des événements, des objets…
Chaque joueur reçoit une carte dénouement et de 5 à 10 cartes contes, en fonction du nombre de joueurs. L’objectif du jeu est, à partir de ces cartes, de bâtir une histoire qui se tienne et qui permette d’arriver de façon cohérente à la conclusion indiquée sur la carte dénouement. Chaque fois qu’un joueur mentionne, en racontant son histoire, un élément figurant sur une carte qu’il a en main, il pose la carte correspondante sur la table, à la suite de celles déjà posées précédemment. Le gagnant est celui qui réussit à poser toutes ses cartes et à jouer sa carte dénouement.

 

Un joueur en mal d’inspiration peut passer la parole à son voisin. Il défausse alors une de ses cartes et en pioche une nouvelle. Mais un joueur peut également perdre la parole : s’il reste muet pendant plus de 5 secondes, ne sachant comment continuer, c’est le joueur suivant qui prend la suite et, à tout moment, chacun des joueur peut prendre la parole s’il joue une carte interruption. Le joueur qui reprend la parole doit repartir de là où le précédent joueur a arrêté son histoire et doit poursuivre celle-ci de façon cohérente. Ce qui n’est pas nécessairement évident, l’histoire des autres ne nous arrangeant pas forcément.

Pour rendre les choses plus faciles pour le petit, j’ai assoupli les règles. Nous utilisons les cartes interruption comme des cartes contes normales et procédons de façon plus ou moins collaborative : quand l’un sèche, il laisse la parole à l’autre. Je devrais néanmoins songer à me rapprocher petit à petit des vraies règles, car c’est souvent lui qui gagne!

La première fois que nous y avons joué, ça a été le grand n’importe quoi, mais, à ma grande surprise, il s’est mis très vite à raconter des histoires cohérentes. Il n’y a que ses dénouements qui continuent à relativement tomber comme des cheveux sur la soupe.

Au final, je trouve que le jeu est très intéressant pour lui parce que, d’une part, ça l’oblige à structurer sa pensée et à tenir compte de contraintes (les cartes qu’il a en main) et, d’autre part, ça l’oblige à écouter ce que disent les autres, pour pouvoir, quand il prend la parole, reprendre l’histoire là où elle s’est arrêtée.

Les cartes peuvent également être utiles en dehors du contexte du jeu, pour l’histoire du soir par exemple. Ainsi, quand le petit me demande de lui inventer une histoire, je reste chaque fois muette, sans le début d’une idée. Je pensais donc avoir beaucoup de mal avec le jeu et j’ai été toute étonnée de voir que, quand j’ai les cartes en main, il y a souvent au moins une partie d’entre elles qui s’articule logiquement dans ma tête pour former au moins un début d’histoire. Si bien que je pense que, avec quelques cartes, je serai en mesure de lui improviser une histoire s’il lui prend encore la fantaisie de me le demander.

Il existe une extension à ce jeu. Elle s’appelle Sombres contes, et permet d’enrichir Il était une fois en lui ajoutant une soixantaine de cartes supplémentaires. Comme je suis sûre que mon loustic, qui est actuellement dans une période zombies – ô joie! – serait ravi de pimenter ses histoires avec des éléments qui font un peu peur, ça me semble une bonne idée d’investissement pour les prochaines vacances ou pour Noël!

Cet article, publié dans Jeux, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour Il était une fois…

  1. Il a l’air sympa ce jeu. En CM1, Antoine justement apprend comment bâtir une histoire selon quelques règles de narration (ex. l »incipit : qui? quand? où? quoi?). J’aime bien aussi l’idée de l’aider à structurer ses idées et à développer son imagination. Je me le note.

    • Marie dit :

      Ils ont travaillé sur ce thème aussi dans l’école du mien l’année dernière. Les plus grands ont inventé et écrit un conte fantastique dans ce cadre. Je trouve ça intéressant.

  2. estellecalim dit :

    J’utilise ce jeu en classe de français langue étrangère en assouplissant aussi les règles (le but est de parler) et ça marche toujours très bien. En plus, les cartes sont magnifiques :)

    • Marie dit :

      Oui, les cartes sont magnifiques. Je peux comptrendre que ça marche bien : c’est ludique et c’est plus facile de se lancer avec les cartes que si on part de rien.

  3. irreguliere dit :

    Il est génial ce jeu ! Je m’en suis servi en cours avec des 6e pour travailler le conte !

  4. Aaliz dit :

    Je ne connaissais pas du tout. J’ai vu qu’il existait en version « Sombres contes » aussi. Tu m’as donné une idée de cadeau, merci beaucoup !

    • Marie dit :

      Attention : Sombres contes est une extension et pas une version différente. Elle ajoute d’autres possibilités à la version de base mais ne peut pas s’y substituer car elle comprend beaucoup moins de cartes.

  5. jerome dit :

    Jamais entendu parler de ce jeu qui m’a pourtant l’air rès intéressant. Une référence qui pourrait me servir professionnellement ou alors pour faire un beau cadeau.

  6. Mo' dit :

    Et pourquoi pas ! Très bonne idée en tout cas, j’irais voir ça de plus près ;)

  7. Yuko dit :

    J’adore ce jeu, il est génial ! J’aime le fait qu’il fasse appel à l’imaginaire ^^

  8. blue dit :

    Tu m’as convaincu, et ce jeu s’est retrouvé parmi les cadeaux de l’anniversaire de ma grande. On a hâte d’y jouer !

  9. Ping : Zooloretto | Et puis…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s