L’Atlantide retrouvée?

Alors que je fouinais en librairie pour trouver des lectures pour le challenge Mythes et légendes de Céline, je suis tombée par hasard sur ce livre dont je n’avais jamais entendu parler et je me suis jetée dessus. Je n’ai pas résisté bien longtemps à la tentation de me plonger dedans et je me suis régalée à le lire.

Le mythe de l’Atlantide est né de deux dialogues de Platon, le Timée et le Critias. C’est l’unique source dont nous disposons qui y fasse allusion. Dans ces deux dialogues, l’Atlantide est évoquée par un même personnage, Critias, qui assure que le récit qu’il tient de son grand-père est vrai. Solon, le célèbre homme d’Etat athénien, aurait raconté à Critias l’Ancien que, lorsqu’il voyageait en Egypte, des prêtes égyptiens de la ville de Saïs lui auraient dit qu’ils « auraient conservé dans leurs écrits la trace d’événements situés 9 000 ans en arrière ». Une île qui se trouvait au-delà des colonnes d’Héraclès (le détroit de Gibraltar) et qui était le siège d’un vaste empire, à la civilisation avancée, aurait en une journée été engloutie par les flots et aurait disparu.

Ces quelques lignes de l’oeuvre de Platon ont été une source d’inspiration considérable : romans, bandes dessinées, films, ouvrages pseudo-scientifiques… dont Jacques Collina-Girard recense en quelques pages les plus célèbres. Ce géologue et préhistorien a voulu aborder le sujet d’une façon radicalement différente : nos connaissances scientifiques actuelles nous permettent-elles de déterminer si le mythe de l’Atlantide possède un fond de véracité historique ou s’il est un pur produit de fiction littéraire?

Profitant de sa double casquette, il a utilisé une approche transverse. D’une part, il fait le point sur les découvertes des dernières décennies en matière de géologie : ainsi, les couloirs que certains auteurs imaginaient lier l’Atlantide au continent sont incompatibles avec la tectonique des plaques, dont la connaissance s’est répandue dans les années 70s (j’aurais cru que c’était plus vieux). Nous avons également énormément progressé en matière de connaissance de l’histoire du climat, notamment grâce au carottage. Il est ainsi possible de reconstituer une carte de la région du détroit de Gibraltar il y a 20 000 ans, au dernier maximum glaciaire, alors que le niveau de la Méditerranée était 135m plus bas que le niveau actuel, et une autre carte il y 11 600 ans, au moment de la disparition supposée de l’Atlantide et de la fin de l’ère glaciaire, où le niveau de la Méditerranée était 40m plus bas que le niveau actuel. Et on constate que le détroit avait un aspect bien différent de celui que nous connaissons, et que plusieurs îles étaient émergées.

D’autre part, il fait également le point sur nos connaissances archéologiques. Le moment de la disparition de l’Atlantide se situe à peu près au passage du paléolithique au néolithique. Si de nombreuses grottes habitées par l’homme sont sous l’eau et si nous avons peu de traces des hommes vivant à l’époque dans la péninsule ibérique, de nombreuses grottes au Maroc et à l’ouest de l’Algérie ont pu nous renseigner sur les humains qui les occupaient, les ibéromaurisiens.

Il s’est également intéressé dans un chapitre aux cultures orales, et à la transmission des mythes et récits, l’idée étant de savoir si le souvenir de l’Atlantide aurait pu se transmettre pendant 6 000 ans, jusqu’à l’apparition de l’écriture ches les égyptiens. Dans ce chapitre fascinant, il montre que, si certaines légendes ne sont que des légendes, d’autres récits mythiques découlent du souvenir déformé d’événements historiques ou de cataclysmes naturels.

Evidemment, une part du mythe de l’Atlantide relève purement de la création littéraire : impossible d’imaginer une ville antique à la fin du paléolithique! Néanmoins, le petit peu, dans les dialogues de Platon, qui pourrait être compatible avec la réalité, s’il prête moins à rêver, est bien suffisant pour donner envie d’en savoir plus et que les recherches scientifiques progressent encore!

L’Atlantide retrouvée? est un petit livre peu épais (à peine 200 pages), qui se lit très vite et qui est facilement accessible : il est né de la remarque que plusieurs personnes ont faite à l’auteur, après qu’il a fait une communication à l’Académie des sciences sur le sujet, qu’il serait utile de faire un ouvrage de vulgarisation abordant l’histoire de la région selon différentes disciplines scientifiques. Par ailleurs, si le livre ne tranche pas la question de l’Atlantide, bien que l’auteur émette une hypothèse, il est très instructif. Bref, vous l’aurez compris, je suis emballée!

Et ça me fait une première participation pour l’option « A la découverte des mythologies », du fait que les mythes de plusieurs civilisations y sont évoqués.

Cet article, publié dans Lectures, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour L’Atlantide retrouvée?

  1. jerome dit :

    Quand j’étais ado, je dévorais la collection « Enigmes de l’univers » que possédait mon père. C’était assez ésotérique, il y avait plein de choses sur les OVNIS, le triangle des Bermudes et aussi quelques titres sur l’Atlantide. C’est un sujet qui me passionnait, même si en terme de contenu, ce n’était pas d’une grande rigueur scientifique. Du coup, le titre que tu présentes me fait bien envie, il me permettrait de mettre à jour mes maigres connaissances.

    • Marie dit :

      Mon père en avait aussi quelques-uns de cette collection, que j’ai dévorés avec avidité, même si j’ aurais préféré aussi une approche plus sérieuse.

  2. Céline dit :

    C’est un livre qui doit être passionnant !!
    C’est étonnant que le mythe de l’Atlandide soit aussi répandu dans les mythologies. En Bretagne, par exemple, nous avons la légende de la ville d’Ys qui y ressemble beaucoup.
    En ce qui concerne l’argument archéologiques, j’avais lu aussi des hypothèses qui rapprochaient ce cataclysme de l’effondrement tectonique de l’île de Santorin, qui avait provoqué un tsunami monumental dont les vagues avaient ravagé les villes de la côte nord de la Crête. Ce qui est peut-être à,l’origine de la disparition de la civilisation minoenne … J’ai énormément cette théorie aussi.

    • Marie dit :

      J’ avais aussi entendu parler de cette théorie. Lui dit que ce n’ est pas du tout la bonne époque et que les traces du cataclysme de Santorin seraient plutôt a chercher dans la Bible, avec la fuite d’Egypte et les plaies.

  3. Ping : Journal de lecture – octobre 2012 | Et puis…

  4. Ping : Journal de lecture – 1ère quinzaine de novembre 2012 | Et puis…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s