La bibliothèque d’un petit lecteur – d’autres histoires de dragons

… parce que, les dragons, ça ne manque pas chez nous! Les albums dont je vais parler aujourd’hui ont en commun de me replonger dans nos souvenirs, car ils ont tous été lus quand la bestiole était en maternelle, et leur orientation féminine, voire féministe.

Le dragon de la princesse Tagada

La princesse Tagada rêve d’avoir un dragon et en réclame un chaque année au Père Noël et, chaque fois, elle reçoit pour Noël un dragon en peluche. Alors elle passe son temps à dessiner des dragons… jusqu’au jour où elle découvre dans son jardin un vrai bébé dragon. Mais ses parents n’en veulent pas, un dragon dans une maison est trop dangereux.

Idéal pour l’histoire du soir, ce joli album a été lu, relu et rerelu à maintes reprises quand le petit avait à peu près 4 ans. Je l’aime beaucoup aussi, car l’histoire et les images sont douces et mignonnes et la petite princesse volontaire et courageuse.

Le dragon de la princesse Tagada
Pénélope Jossen
Lutin Poche

La chasse au dragon

Le prince et son fidèle écuyer ont décidé de partir à la chasse au dragon, mais ils refusent que leur soeur les accompagne, car ce n’est pas « l’affaire des filles ». Qu’à cela ne tienne. La princesse sait où trouver le dragon et court le prévenir du danger qui le menace.

Celui-ci a dû être lu un peu plus tard que le précédent, en moyenne section, ce qui me semble le bon âge pour en apprécier le vocabulaire et l’écriture, ainsi que le sel et le message féministe!

Le livre, qui allie histoire d’amitié mignonne, humour et un poil de suspense, a bien plu. Quant à moi, comme je le sentais parti dans un trip un peu machiste (qui a, heureusement, été de courte durée), j’étais contente que la petite fille ait le bon rôle dans l’histoire. Et j’aime bien la façon dont il est écrit, avec des tournures soutenues un peu désuètes.

La chasse au dragon
Andréa Nève – Jean-Luc Englebert
Lutin Poche

La princesse et le dragon

Elisabeth était une belle princesse qui portait de beaux vêtements de princesse et devait épouser le prince Ronald. Mais, un jour, un dragon détruisit son château, brûla ses vêtements et enleva le prince. Elisabeth revêtit un sac en papier, seul objet que le dragon avait épargné, et partit délivrer son prince.

Si d’aventure vous ne connaissez pas encore les éditions Talents hauts, qui ont à coeur de combattre le sexisme et de respecter l’égalité des sexes, je ne peux que vous conseiller de jeter un oeil à leur catalogue.  

Acquis et lu à peu près à la même époque que La chasse au dragon, cet album, qui prend le contrepied des histoires traditionnelles, est très réussi. On y voit un dragon impressionnant mais pas très malin, une princesse futée et débrouillarde, c’est enlevé et drôle, et j’aime beaucoup le dénouement. Je me demandais comment il serait reçu de la bestiole, mais il a bien apprécié. Et, les fois où nous l’avons relu quand il était un peu plus grand, il soutenait à fond la princesse et trouvait le prince très bête!

La princesse et le dragon
Robert Munsch – Michael Martchenko
Editions Talents hauts

Zébulon le dragon

Zébulon travaille dur à l’école pour devenir un dragon redoutable. Malheureusement, ses efforts se terminent à chaque fois en catastrophe. Mais, à chaque fois également, une petite fille le soigne et lui redonne du courage. Lorsque la maîtresse charge ses élèves d’enlever une princesse, la petite fille vient encore en aide à Zébulon : elle lui apprend qu’elle est une princesse et lui propose de la capturer. A partir de ce moment-là, les événements prennent une tournure de moins en moins conventionnelle!

Je l’ai acheté à sa sortie il y a 2 ans parce que c’était un album des auteurs du Gruffalo qui avait été sa lecture favorite l’année précédente et parce que, l’ayant repéré lors d’un passage en librairie, il s’était installé par terre avec pour le regarder. Malheureusement je me demande s’il n’était pas un poil trop vieux, car, si l’histoire l’a amusé, il n’a pas plus accroché que ça. Pour ma part, j’aime bien ces dragons sympathiques et, surtout, cette princesse peu conventionnelle et qui sait ce qu’elle veut.

Zébulon le dragon
Julia Donaldson – Axel Scheffler
Gallimard Jeunesse

Cet article, publié dans Littérature jeunesse, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour La bibliothèque d’un petit lecteur – d’autres histoires de dragons

  1. Mo' dit :

    On a lu Zébulon, c’est tout
    Par contre, de Jean-Luc Englebert, on avait fait la connaissance du Prince dans « Le château du petit prince ». Très bel ouvrage aussi… avec un dragon ^^

  2. jerome dit :

    Après, la difficulté quand ils grandissent c’est de trouver une alternative entre l’abum pour les petits et le pavé de fantasy pour les plus grands. Les éditeurs commencent à s’y mettre et on trouve des petits romans plutôt sympa avec des dragons. La série des Dragons de Nalsara chez Bayard est idéale pour un lecteur de 7 à 9 ans qui se lance dans les petits romans. Il doit y avoir une quinzaine de volumes et ça marche très fort (on a testé à grande échelle avec le tome 1, plus de 400 élèves, et une majorité a demandé à découvrir la suite). C’est une lecture vraiment facile qui convient parfaitement pour les enfants ayant quelques difficultés ou peu d’appétit pour la lecture.
    Après il y a aussi la dragonne de minuit qui fonctionne bien et la série d’Athur Ténor L’elfe au dragon (les deux à partir de 10 ans mais toujours moins de 200 pages). Sinon je devrais recevoir en SP cette semaine L’enfant Dragon d’Eric Sanvoisin publié chez Auzou. 60 pages, et l’éditeur précise à partir de 7 ans. A voir, je vais peut-être en parler bientôt^^

    • Marie dit :

      Exactement!
      J’adore Les dragons de Nalsara… lui beaucoup moins! Je pense qu’il a trouvé le premier tome trop long (lu l’année dernière, je pense que c’était trop tôt) et que le deuxième était trop triste et manquait d’action. Il me semble que le troisième tome pourrait lui plaire, mais il faut que j’arrive à le lui vendre, maintenant. Si ça ne marche pas avec celui-là, je lâcherai l’affaire… quitte à continuer la série moi-même!
      La dragonne de minuit est depuis belle lurette dans ma LAL pour lui. Je ne connaissais pas du tout L’elfe au dragon et je m’empresse de noter. Je pense que ça devrait pouvoir l’amener vers des histoires pour plus grands d’une façon qui devrait lui plaire.
      Je n’ai pas du tout été convaincue par les histoires du Buveur d’encre, que j’ai parcourues en librairie. J’attendrai donc de lire ton billet pour me prononcer sur L’enfant dragon.

  3. Nadael dit :

    Connais- tu Une vie de dragon : Attention dragon d’appartement de Joanna Olech (père castor)… mon fils l’a trouvé marrant (je ne l’ai pas encore lu…)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s