Mythes de la Mésopotamie

51K3ZWT1N5L__SL500_AA300_J’ai voulu profiter du challenge Mythes et légendes pour découvrir des mythologies que je ne connaissais pas,  et la Mésopotamie m’a semblé être une civilisation très « exotique », car je pensais ne rien en connaître, si ce n’est qu’on lui doit l’invention de l’écriture. Or, comme je l’indiquais dans mon journal de lecture d’il y a une quinzaine de jours, alors que je pensais partir sur un espace vierge, je me suis rendu compte en lisant que j’avais dans les mains quelques pièces de puzzle, dont je ne pensais pas savoir quoi faire, qui s’avèrent être quelques-uns des éléments constitutifs d’un tableau de la Mésopotamie.

Le livre s’ouvre sur une carte, qui indique que la Mésopotamie se compose de l’Assyrie et de la Babylonie. Ces deux noms ainsi que quelques-uns de ceux des principales villes m’ont aussitôt rappelé certains passages de la Bible dans lesquels ces villes et régions, leurs habitants et souverains sont évoqués : la Palestine a fait partie de l’empire assyrien. Ma deuxième surprise a été de trouver parmi les mythes en question l’épopée de Gilgamesh. J’avais souvent croisé ce nom mais j’aurais été bien incapable de situer ce personnage dans le temps et dans l’espace, et je suis bien contente d’avoir pu y remédier.

J’ai repéré grosso modo 3 parties dans le livre. La première expose brièvement les différentes étapes du déchiffrement de l’écriture cunéiforme, au 19e siècle. Un grand nombre de tablettes en argile nous sont parvenues, dont une petite partie contient des récits littéraires, et donc des mythes. Ces textes, lorsqu’ils furent déchiffrés, firent du bruit, notamment en Allemagne : l’histoire de Gilgamesh, qui évoque le déluge, est bien antérieure à la Bible. Certains y virent donc la remise en cause du fait que la Bible est due à une inspiration divine.

La seconde partie présente la civilisation mésopotamienne (des cités de marchands), le panthéon des dieux mésopotamiens et les textes des mythes, qui ont été rédigés pour certains au cours du deuxième millénaire avant JC, et qui sont issus d’une tradition orale, donc encore plus anciens.

La troisième partie, enfin, consiste en un résumé des principaux mythes. J’ai déjà cité l’histoire du roi Gilgamesh, un roi d’Ourouk qui a sans doute réellement existé, et à qui on prête des hauts faits, des voyages périlleux et la construction de remparts autour de sa ville. Il y a un récit de création du monde et d’autres récits d’aventures arrivées aux dieux, dont le voyage que fit la déesse Ishtar, déesse de l’amour et de la guerre, aux enfers. Et là encore, ça m’a fait tilt, car je suis sûre d’avoir croisé dans la Bible cette déesse, qui a également été assimilée à la déesse Isis des Egyptiens.

Maintenant que j’ai ces quelques pièces de puzzle devant moi, j’ai très envie d’en ajouter d’autres et d’approfondir ma connaissance de cette civilisation fascinante. Le petit livre d’Henriette McCall est très court. Très clair, il est idéal pour qui ne connaît rien à la Mésopotamie et cherche une courte introduction au sujet. Pour ma part, il m’a donné très envie d’aller plus loin, et de m’attaquer notamment aux livres de Jean Bottéro, que j’ai repérés depuis déjà des années!

J’en suis donc à deux participations en catégorie « A la découverte des mythologies ». Il me manque deux lectures, une dans chaque catégorie, pour finir le challenge de Céline. D’ici la fin de l’année ça va être chaud!

mythologiedecouverte

Cet article, publié dans Lectures, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Mythes de la Mésopotamie

  1. jerome dit :

    J’ai redécouvert l’épopée de Gilgamesh en BD il y a quelques temps déjà et j’avoue que ce fut très agréable. C’est d’une telle richesse !

  2. L'Irreguliere dit :

    Je me demande si je ne l’ai pas quelque part, ce livre…

  3. Céline dit :

    Je trouve la civilisation mésopotamienne fascinante : elle est extrêmement exotique, et en même temps, le fait que beaucoup des mythes aient été repris dans la Bible ou dans d’autres mythologies du Proche-Orient, nous la rend très familière.
    Je te conseille L’Histoire commence à Sumer, de Samuel Noah Kramer (collection Champs Flammarion) pour explorer plus avant cette civilisation. Il est clair et très bien fait.

    • Marie dit :

      L’histoire commence à Sumer fait partie des libres sur lesquels je louche depuis des années. Je finirai bien par le lire! Effectivement, il y a un mélange d’exotisme et de côté familier assez fascinant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s