Les druides

41dMWNJIOjL__SL500_AA300_Lors de ma descente en librairie pour trouver des lectures pour l’option « A la découverte des mythologies » du challenge de Céline, j’ai été attirée par celui-ci, cette fois encore, pour son côté « exotique » : les druides avaient pour moi quelque chose de mystérieux et d’un peu fantastique, et je ne connais rien ni aux druides, ni à la mythologie celte, et je pensais donc faire d’une pierre deux coups. J’avais tout faux!

J’y ai appris que le fameux dieu Toutatis d’Astérix s’appelait en fait plutôt Toutatès, que le rapprochement effectué par les romains entre leur panthéon et celui des gaulois était un peu hasardeux – ce qui ne m’a pas démesurément surprise – et qu’on retrouvait dans la mythologie des gaulois d’avant la conquête de la Gaule des légendes et des rites centrés autour de dieux ou de héros grecs – ce qui m’a beaucoup plus étonnée. Ces quelques passages vont me servir de prétexte à rattacher le livre au challenge malgré tout, mais force est de reconnaître qu’il y est très peu question de mythologie. Pour la bonne raison que Jean-Louis Brunaux s’emploie dans son essai à déconstruire tout le folklore populaire.

Les druides, contrairement à l’idée que j’en avais, n’étaient ni des prêtres, ni des sortes de magiciens. Ils étaient en fait des philosophes et la traduction adéquate du nom de druide serait « très savant ». Leurs fonctions religieuses se seraient limitées à servir d’intermédiaire entre les hommes et les dieux, décidant des conditions dans lesquelles devaient se dérouler les sacrifices et de qui pouvait y participer. Avides de connaissances dans tous les domaines scientifiques étudiés dans l’antiquité, ils devaient leur position éminentes à leurs connaissances. Ils faisaient office de juges et s’occupaient d’éducation.

Jean-Louis Brunaux réfute l’essentiel des ouvrages écrits sur le sujet, dont très peu trouvent grâce à ses yeux. D’une part, il choisit de se limiter à la Gaule. Pour lui, l’influence des druides s’est limitée à la Gaule centrale et septentrionale. Il fait l’impasse, de ce fait, sur tout ce qui touche aux îles britanniques et, en particulier, à l’Irlande. La raison en est que les seules sources dont nous disposons pour l’Irlande proviennent de moines du Moyen Age, qui ont redécouvert des textes plus anciens. Il estime ces sources biaisées et doute qu’on puisse supposer que la culture et les modes de vie dans l’Antiquité étaient identiques dans deux endroits qui entretenaient aussi peu de contact. L’ignorante que je suis trouve que ça fait sens.

D’autre part, la plupart des livres se rapportant aux druides gaulois se basent sur quelques sources romaines, qui ne sont pas non plus totalement fiables. Même moi je sais que La guerre des Gaules de Jules César est bien plus une déformation à l’avantage de son auteur qu’un essai historique. Je suis donc étonnée que l’on considère sans sourciller certains passages de celle-ci comme une source majeure d’information en ce qui concerne les druides.

Par ailleurs, il explique que nos connaissances relatives aux gaulois et à la civilisation celte ont progressé grâce au travail des philologues, qui, depuis le 19e siècle, décortiquent les textes antiques, et tâchent de retrouver quels textes plus anciens leurs auteurs ont recopiés/résumés/déformés et grâce à celui des archéologues. Les découvertes archéologiques de ces 2-3 dernières décennies ont été très nombreuses et ont permis d’obtenir beaucoup d’informations nouvelles. Alors qu’on pourrait penser que tout a été dit sur l’Antiquité, il semble que l’histoire de la Gaule soit, au contraire, à reconstruire et à repenser, à la lumière des découvertes récentes.

Et c’est ce que Jean-Louis Brunaux s’emploie à faire. Son livre, qui peut cependant sembler parfois un peu aride, s’apparente beaucoup, comme il le dit lui-même dans l’introduction, à une enquête policière. Il s’agit de reprendre tous les indices, et de voir ce qu’on peut en déduire. J’ai trouvé cette méthode d’exposé, qui permet un peu de se rendre compte de la façon dont travaillent les chercheurs, passionnante. La limite, c’est que les informations sont malgré tout peu nombreuses, et que l’auteur en est souvent réduit aux conjectures. C’est là que j’ai parfois eu du mal à le suivre. A plusieurs reprises il émet des hypothèses qui, là encore, dans la mesure où mon ignorance me permet d’en juger, assez audacieuses. Je ne sais pas donc trop quelles connaissances sur les druides retenir du livre, même si j’ai beaucoup appris et que je me fais maintenant une meilleure idée à leur sujet.

Ce qu’il manque, me semble-t-il, c’est du recul, cet ouvrage datant de 2006. Je suppose que les déductions et hypothèses de Jean-Louis Brunaux auront été discutées par ses pairs, approuvées ou contredites, et que d’autres chercheurs ont émis ou émettront d’autres idées qui permettront d’aller plus loin. J’aimerais voir ce qu’il ressortira de tout ça et de l’exploitation des nouvelles données archéologiques. Je pense donc que je vais garder le sujet dans un coin de mon esprit, et essayer de trouver des ouvrages d’autres auteurs ayant le même CV et la même démarche scientifiques. Et j’envisage aussi de lire d’autres ouvrages de Jean-Louis Brunaux, celui-ci m’ayant bien plu. Et surtout je pense y avoir enfin trouvé de quoi me motiver pour venir à bout de La guerre des Gaules. J’ai retenu quelques passages du livres et je compte bien relire quand je serai plongé dans le récit de Jules César, qui devrait donc quitter ma PES en 2013, si tout va bien!

Je parviens ainsi in extremis à terminer l’option « A la découverte des mythologies » du challenge Mythes et légendes de Céline. Reste celle sur la mythologie grecque…

mythologiedecouverte

Cet article, publié dans Lectures, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Les druides

  1. jerome dit :

    Intéressant. J’ai moi aussi une image totalement déformée du druide et de son rôle (et je ne parle pas seulement de celui d’Astérix^^). Je trouve le point de vue de l’auteur original. Pour autant, je ne suis pas prêt à me lancer dans une telle lecture.

  2. Céline dit :

    Félicitations ! Tu as été plus efficace que moi pour le coup, cette année.
    J’avais lu le livre de Brunaux quand il est sorti et je l’avais plutôt apprécié. Il est extrêmement documenté et fouillé.
    Si tu veux explorer plus profondément le sujet, je te conseille les livres de Christian Guyonvarc’h et Françoise Leroux (Les Druides, par exemple). Ils ont une démarche légèrement différente, car ce sont des spécialistes des textes gallois et irlandais du Haut Moyen-Âge. Évidemment, c’est à eux que Brunaux fait référence quand il critique les apports venus de Grande Bretagne et d’Irlande. Mais ces textes sont très riches, et certaines des légendes sont magnifiques.
    Brunaux a aussi écrit Les religions gauloises aux éditions Errance, un livre aussi très intéressant.
    (oui, je me suis beaucoup intéressée à la mythologie celte, il y a quelques années ;) …)

    • Marie dit :

      Et je n’ai pas fini! J’ai attaqué Hésiode dans la foulée!
      Effectivement, j’ai relevé qu’il critique à plusieurs reprises les livres de Guyonvarc’h et Leroux. Ca pourrait être intéressant d’avoir une autre approche et un autre point de vue pour comparer, surtout si tu les as appréciés. Je note le titre de Brunaux, j’ai vu qu’il en a écrit plusieurs. j’ai bien envie de découvrir le sujet.

  3. nathalie dit :

    Si tu es branchée par la mythologie (enlève le « si », je sais que tu l’es), je fais une Lecture Commune Approximative en mars autour de l’Énéide de Virgile. Moi je veux lire la traduction de Paul Veyne mais les autres versions sont acceptées. En tous cas, ce livre sur les druides a l’air très intéressant !

    • Marie dit :

      J’aimerais bien, mais comme je te le disais chez toi, ça me fait trop juste : j’ai déjà 2 LC prévues en mars, je ne me sens pas capable d’en assurer une troisième, d’autant plus que ce sont des textes pour lesquels je voudrais prendre mon temps. Ca aurait été avec plaisir si ça avait été à une échéance un peu plus lointaine.

  4. Kroustik dit :

    Ton article est intéressant et ce livre a tout pour me plaire. Je le note dans ma lal mentale. Très intéressant de relever le fait qu’on se trompe et qu’on se répète de scientifique à scientifique ..

    • Marie dit :

      On le constate dans toutes les disciplines mais je trouve que c’est toujours intéressant de voir comme la science progresse petit à petit.

  5. grillon dit :

    Bonne année 2013, et bonne lecture !
    Les druides, un sujet dru ! Fort intéressant. De la philosophie sous un chêne, les arbres sont de grands sages de la nature !

  6. Ping : Journal de lecture – 24/12/12 – 06/01/13 | Et puis…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s