Daytripper

51Gg8nem6OL__SL500_AA300_Pour une fois je vais faire court! Je ne m’estime, en effet, pas en position pour parler de cette BD, parce que je l’ai lue dans de mauvaises conditions : c’est un cadeau que j’ai fait à Noël et je l’ai lue à toute vitesse avant de l’emballer. Néanmoins, j’avais quand même envie d’en dire quelques mots.

Le héros de cette BD brésilienne aspire à être écrivain. Il est écrasé par son père, lui-même écrivain à succès, et, dans le premier chapitre, on le découvre gagnant sa vie à écrire des notices nécrologiques pour un journal. Daytripper raconte son histoire, mais d’une façon très déroutante. L’album est découpé en une dizaine (douzaine?) de chapitres, qui portent chacun sur une époque de sa vie. Seulement, ils ne sont pas présentés dans l’ordre chronologique. Et chaque chapitre se termine par la mort du héros.

Même si la mort est omniprésente dans Daytripper, j’ai plutôt le sentiment que c’est une BD qui parle de la vie. De la famille, de l’amitié, de l’amour. De ce qu’on aspire à faire de la vie et de ce qu’on en fait. De la difficulté à trouver sa voie ou à suivre son chemin et des moments où, au contraire, ça semble facile. Des échecs, et des moments où on se rend compte que, finalement, on ne s’est pas débrouillé si mal.

Si j’ai été un peu désarçonnée au départ, en dépit de ce que j’avais pu lire au sujet de cette BD, très vite tout m’a plu dedans : le dessin (alors que je me trouve souvent difficile en la matière), les couleurs et les atmosphères qu’elles créent, l’histoire, surtout, par laquelle je me suis sentie concernée et qui m’a laissée la gorge serrée lorsque j’ai refermé l’album. J’ai très envie de le racheter un jour pour moi, et de le relire comme il le mérite, en prenant mon temps.

Daytripper a reçu en 2011 le Will Eisner award de la meilleure série limitée, ce qui permet d’ajouter une participation au challenge Roaarrr de Mo’.

pictosingelionpetit

Publicités
Cet article a été publié dans BD / Mangas. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Daytripper

  1. Lunch dit :

    C’est pour moi la meilleure BD parue en 2012. Tu as raison quand tu dis que c’est une histoire sur la vie, chaque « mort » représente un moment clef de la vie de Brás si tu regardes bien. Comme le dit son pote Jorge : la vie est belle ! :)

    • Marie dit :

      Oui, c’est exactement ça, chaque mort correspond à un moment clé de sa vie. Merci de me rappeler les noms des personnages. Avec ma mémoire de poisson rouge, je n’ai pas été foutue de les retrouver… :-(

  2. jerome dit :

    Tout pareil que Lunch, meilleure BD 2012 dans mon modeste palamres personnel. J’ai envie de dire, « ça ressemble à une vie » et c’est un vrai tour de force que les auteurs ont réalisé. Juste superbe !

  3. Ping : Roaarrr : Will Eisner Awards « Bar à Bd

  4. Mo' dit :

    Moi aussi j’ai été touchée par ce récit. Je m’étais laissée influencée par les copinautes de kbd pour lire l’album et comme souvent, je ne regrette pas d’être parfois si influençable ^^ Je relirais tôt ou tard ;)

  5. Kroustik dit :

    Suite à tout ce que j’en ai lu de positif je ne manquerai pas de la lire !

  6. Yuko dit :

    La couverture est très belle en tout cas :)

  7. saxaoul dit :

    Je l’ai sélectionnée dans le cadre de l’opération « La bd fait son festival » organisée par Priceminister et j’ai hâte de la découvrir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s