Les chouans

861013615Les chouans sont ces royalistes, en grande majorité des paysans, qui se sont insurgés contre les révolutionnaires en Bretagne, en Anjou et en Normandie. Alors que les chouans avaient subi de nombreux revers, l’insurrection reprit de plus belle en 1799, les défaites subies par les républicains sur les frontières de la France et les levées de troupes évoquées par Balzac dans le roman incitant les royalistes à reprendre les armes. Cette dernière phase de la Chouannerie donna lieu à de véritables batailles rangées. C’est ce cadre historique que Balzac a choisi pour le premier roman qu’il a signé de son nom, publié en 1829, mais remanié ensuite à plusieurs reprises.

Les chouans, dont l’action se passe en Bretagne, est centré sur cet affrontement entre royalistes et républicains. On y rencontre, d’un côté, le marquis de Montauran, surnommé le Gars, jeune homme envoyé par les frères du défunt Louis XVI pour commander les troupes chouannes. Il est accompagné d’une femme amoureuse et dangereuse, madame du Gua, qui semble exercer une forte autorité sur les chouans, et il s’appuie sur des personnages aussi hauts en couleurs que leur surnoms : Marche-à-terre ou Pille-miche, qui connaissent parfaitement les lieux et sont des combattants redoutables. De l’autre côté, les troupes républicaines sont commandées par le commandant Hulot, homme de valeur et d’honneur, dont c’est ici la première apparition et dont l’on peut suivre la carrière militaire dans d’autres romans de Balzac. A son grand déplaisir, Hulot se voit contraint de se mettre aux ordres d’une jeune femme envoyée de Paris. Celle-ci, qui se fait appeler Marie de Verneuil, est aussi mystérieuse que belle et, au départ, ses intentions sont troubles pour le lecteur qui en ignore tout. Elle est cependant soupçonnée d’être envoyée par Fouché pour faire tuer le Gars. Elle est escortée par un jeune homme, Corentin, qui nous est présenté dès le départ comme un espion au caractère méprisable, et qui fera ensuite carrière dans la police et dans les mauvais rôles dans d’autres romans de Balzac.

J’avoue que, si je me suis volontiers inscrite à la LC, ce n’est pas le roman de Balzac que j’aurais spontanément choisi de lire au départ, et que j’ai un peu renâclé en m’y mettant. J’en avais gardé le souvenir d’une femme qui combattait avec les chouans, d’une histoire d’amour entre le chef des chouans et je ne savais plus qui, et c’était tout. C’était donc pour moi une totale redécouverte. Et comme la révolution française et l’empire font partie des périodes historiques qui m’inspirent le moins, et que je préfère les romans de Balzac dans lesquels il y a des spéculations financières, qui parlent à ma fibre comptable, je ne me sentais pas d’un enthousiasme débordant. Mais, à ma grande surprise, je me suis trouvée très vite complètement happée dans le récit et j’ai beaucoup aimé.

Les chouans est une belle histoire d’amour, pleine de suspense et de rebondissements qui m’ont fait trembler pour les héros jusqu’à ce que je devine le dénouement de l’histoire. Je trouve que c’est une oeuvre intéressante, car elle détonne un peu par rapport à l’image qu’on peut avoir des romans de Balzac. En effet, on y sent encore l’influence qu’ont exercée sur lui, dans sa jeunesse et dans ses premiers romans, les oeuvres de Walter Scott. Il n’y manque aucun ingrédient pour faire un roman d’aventure passionnant : de l’amour, de la jalousie, du mystère, de la vengeance, des héros courageux et plein d’honneur, des ennemis dangereux et dénués de scrupule, et même des passages secrets et un fantôme, le tout de la plume toujours aussi belle de Balzac, qui fait que j’ai relu certains passages pour mieux m’en délecter. Néanmoins, j’ai tout de même lu le roman très vite, d’une part parce que j’avais peur d’être en retard pour la LC, et d’autre part parce que les pages se tournaient toutes seules et que j’étais pressée de connaître la suite.

Ce qui m’a amusée, c’est que Balzac donne le beau rôle aux troupes républicaines et tend à présenter les chouans comme un ramassis de brigands. Alors que Balzac était royaliste et fut même candidat, seulement quelques années après la publication des Chouans, à la députation sous l’égide du parti légitimiste, on lui sent une admiration et une certaine tendresse pour les soldats de la république, peut-être parce qu’ils sont les prémices de l’armée de Bonaparte, personnage qui, visiblement, le fascinait.

Je suis donc ravie de cette lecture qui m’incite à revenir plus volontiers vers les oeuvres de Balzac qui ne m’ont pas particulièrement marquée, et qui seraient peut-être l’occasion de belles redécouvertes.

J’ai partagé cette lecture, qui s’inscrit naturellement dans le challenge Balzac, avec Cléanthe, Nathalie, Céline et maggie (je rajouterai les liens au fur et à mesure).

CB

Cet article, publié dans Lectures, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Les chouans

  1. Cleanthe dit :

    Je partage ton impression: sans cette LC j’aurais sans doute remis bien longtemps la lecture de ce Balzac, me sentant plus attiré par d’autres de ses romans. J’aime bien la période révolutionnaire, mais je gardais un excellent souvenir de « Quatrevingt-treize » de Hugo qui, à propos des mêmes événements, me semblait indépassable. Et là alors, quelle découverte! C’est vraiment un excellent roman.

    • Marie dit :

      Je n’ai pas lu ce roman de Hugo, je suis un peu fâchée avec lui… Ce que je retire de cette LC en tout cas, c’est que ça vaut parfois la peine de se faire un peu violence. Peut-être faudrait-il que je réessaye Hugo. :-)

  2. Aaliz dit :

    Il me faisait un peu peur mais ton enthousiasme m’a convaincue et tu m’as même bien donnée envie ! Et encore un Balzac à ma liste à lire ^^

    • Marie dit :

      Tu devrais lire aussi les avis de Cléanthe et Nathalie qui sont très intéressants. Avec ça, tu devrais avoir du mal à résister. :-)
      Du coup, j’attaque A l’ombre des jeunes filles en fleur ce soir!

      • Aaliz dit :

        Je risque d’avoir du retard pour Proust. Comme tu sais, je l’avais commencé en novembre mais depuis je n’arrive pas à m’y remettre. Et je ne suis pas là une bonne partie du mois de février. Je vais essayer de le terminer pour début mars ( je suis désolée !! J’ai très mal géré mes lectures …)

        • Marie dit :

          Ca m’arrange bien. J’ai été assez prise ces dernières semaines et, sur mon temps libre, j’avais plus envie de progresser dans le jeu vidéo dans lequel je me suis lancée que dans Proust, ce qui fait que j’ai lu à peine une petite centaine de pages. Va pour début mars!

  3. nathalie dit :

    Je ne partais pas non plus avec un grand enthousiasme car la période révolutionnaire m’est toujours vaguement incompréhensible (enfin, moins que les spéculations financières auxquelles je ne comprends rien du tout). D’ailleurs 93 ne m’a pas laissé un souvenir si indépassable… faudrait que je m’y remette visiblement.

    • Marie dit :

      C’est amusant qu’on y est tous allés en traînant un peu les pieds et qu’au final on a tous été conquis. Il est trop fort, Balzac!
      Ma dernière tentative avec Hugo date de L’homme qui rit, à la fac. Je n’avais pas été emballée.

  4. J’ai avec ce roman une histoire un peu particulière. Tout d’abord je me souviens de l’exemplaire de mon frère (mon aîné de 4 ans) qui le lisait au lycée et avait, blague de lycéen changer le O et U en un I : les chouans devenant les chians ;) ! Mais j’ai toujours été fascinée par les livres de grands que lisaient mon frère et ma soeur, donc malgré ce sous-titre j’avais très envie de le lire et de comprendre ce qu’il y avait de chiant dans les chouans ! Plusieurs années plus tard, j’étais aux alentours de Quiberon où se trouve un Musée de la Chouannerie et là, va savoir pourquoi car ce n’était pas la première fois que je me rendais en vacances dans ce coin, il m’est devenu impérieux de lire « Les chouans », j’ai donc dû faire 3 maisons de Presse avant de le trouver et de pouvoir enfin le lire ! Et j’ai adoré justement pour tout l’aspect romanesque dont tu parles très bien et aussi sans doute parce que j’étais dans un lieu qui avait connu ces instants historiques !
    Ton billet m’a donc permis de me souvenir de ce moment de lecture très particulier !

    • Marie dit :

      C’est une jolie histoire, merci de l’avoir partagée. Certains livres comme ça ont toute une histoire et en gardent une signification particulière pour nous. C’est quelque chose que je trouve très chouette.

  5. jerome dit :

    Je connais très mal l’histoire des chouans mais il me semble qu’un roman de Barbey d’Aurevilly dans lequel je vais bientôt me plonger en parle beaucoup. Ce sera l’occasion de combler quelques lacunes.

  6. Eliza dit :

    Comme George, j’ai une histoire particulière avec ce roman, que j’ai lu très jeune alors que j’étais passionnée par les guerres de Vendée (pour cause de maison de vacances dans la région et de longues promenades entre les croix et les marais…). Par son rythme échevelé, les courses dans les bois, les embuscades et le magnifique couple principal, c’est devenu l’un de mes romans préférés !! Quand je le relis aujourd’hui, c’est toute une époque qui me revient en mémoire ;-) Dans le même genre, je conseille vivement Une ténébreuse affaire, de Balzac aussi, et si la période vous a plu, les Mémoires de la marquise de La Rochejaquelein sont très bien :)

    • Marie dit :

      J’imagine que, lu dans de telles circonstances, il a dû te laisser un souvenir particulier. J’ai aussi quelques livres qui me font revenir tout une ambiance à la mémoire. Pour le coup, je ne me souviens plus du tout de Une ténébreuse affaire. Pour les Mémoires de la marquise de la Rochejacquelein, ça fait longtemps que je me dis qu’il faudrait que je les lise.

  7. Céline dit :

    Je suis d’accord avec toi : c’est très loin du Balzac classique ! Mais j’ai aussi beaucoup aimé ce roman plein de rebondissements.

    • Marie dit :

      Ce que j’aime bien avec Balzac, c’est qu’il s’éloigne très souvent du Balzac classique en fait. C’était un peu ce que je voulais montrer en changeant ce challenge. Ce roman semble avoir fait l’unanimité, c’est chouette.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s