Life of Pi – L’histoire de Pi

life-of-piComme la bande annonce et les affiches du film ont largement spoilé, et qu’il me semble qu’il a été difficile d’y échapper le mois dernier, je me permets, pour une fois, de spoiler moi aussi. Pi Patel est le fils du directeur du zoo de Pondichéry. Lorsqu’il a 16 ans, son père décide de fermer le zoo pour émigrer au Canada. Toute la famille s’embarque donc sur un bateau, avec ceux des animaux qui ont été vendus à des zoos américains. Mais le navire fait naufrage et, rapidement, il ne reste plus que deux survivants sur un petit canot de sauvetage : Pi et un tigre.

Je dis que je spoile parce que la première partie du roman (et aussi celle du film, je crois) se déroule en Inde et raconte les grandes lignes de l’enfance de Pi. Ce n’est qu’après une centaine de pages sur les 400 que compte le roman que le projet de migration est évoqué.

Le début du livre est assez amusant puisque l’auteur s’y met en scène : il raconte comment il est allé en Inde, cherchant l’inspiration pour son nouveau roman, comment il y a rencontré un vieil homme qui lui a raconté l’histoire de Pi, et comment, de retour au Canada, il a rencontré Pi lui-même, à qui il donne la parole dans certains chapitres. Comme je me suis demandé si c’était du lard ou du cochon, j’ai consulté Wikipedia, qui m’a appris que l’histoire est purement fictive et que, même, Yann Martel a brièvement été accusé de plagiat.

Comme je l’avais dit dans mon « journal de lecture », c’est la visualisation de la bande annonce qui m’a donné envie de le sortir de ma PAL très vite mais, malheureusement, le livre ne s’est pas révélé à la hauteur de mes attentes, loin de là. Dès le début, quand le vieil homme indien dit à l’auteur qu’il va lui raconter une histoire qui va le faire croire en Dieu, j’ai su que c’était mal engagé! Et, il est, en effet, beaucoup question de religion dans le roman, mais également de spiritualité au sens plus large. J’ai eu, plus d’une fois, l’impression d’avoir entre les mains un récit initiatique à la Paulo Coelho… Est-il utile de préciser que, si je compare un auteur à Paolo Coelho, c’est tout sauf un compliment!

Mais il y a quelque chose qui m’a encore plus agacée. Pi Patel, dès son enfance, nourrit deux passions : les animaux et les religions, ayant adopté à la fois les religions hindoue, catholique et musulmane. On pourrait logiquement s’attendre à ce qu’il soit d’une grande tolérance, mais il n’en est rien. L’auteur nous gratifie ainsi d’un passage qui m’a hérissé le poil dans lequel son héros dit qu’il peut admettre toutes les religions, et même l’agnosticisme, mais pas l’athéisme. En ce qui concerne les animaux, Pi nous explique carrément quoi penser. En effet, un long passage est consacré à prouver que, contrairement à l’opinion générale, les animaux sauvages sont tout aussi heureux, si ce n’est plus, dans les zoos et les cirques qu’en liberté. Je veux bien changer d’opinion si l’on m’explique que ma conviction initiale reposait sur des bases fausses, mais j’ai horreur qu’on me donne des leçons. Pour toutes ces raisons, j’ai plus d’une fois eu envie d’abandonner ma lecture au cours de la première centaine de pages.

Ensuite le ton du livre change, puisqu’on se retrouve plongé en plein récit d’aventure. Celui-ci a tout pour être passionnant : le caractère extraordinaire de la situation, la façon dont Pi trouve la volonté de survivre, la façon dont il s’organise pour y arriver, les bricolages qu’il réalise, la cohabition délicate avec son compagnon de naufrage et l’immensité changeante de la mer et du ciel. Et pourtant, il manquait un je ne sais quoi, qui faisait que je n’ai pas réussi à accrocher comme je l’aurais souhaité et que j’ai été plus d’une fois au bord de l’ennui. Le ton change encore dans la dernière partie du livre. Et je me demande toujours si l’auteur a voulu représenter son personnage, affaibli par les privations, sombrant en plein délire ou si c’est lui-même qui a sombré dans le n’importe quoi. Je reste donc malheureusement sur une grosse déception.

Cet article, publié dans Lectures, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Life of Pi – L’histoire de Pi

  1. Adalana dit :

    Je n’ai pas non plus aimé le livre, je me suis beaucoup ennuyée…

    • Marie dit :

      Oui, je me souviens que ton article m’avait bien refroidie, mais j’ai eu peur, si je ne me lançais pas tant que j’étais motivée, de ne plus trouver l’envie de le sortir de ma PAL.

  2. jerome dit :

    On a failli aller le voir au cinéma et puis au dernier moment on a choisi Les 5 légendes. Pour notre dernier film en famille (je veux dire tous les 4 ensemble) avant un bout de temps, les filles ont préféré le dessin animé. Finalement je n’étais pas mécontent parce que l’histoire de Pi ne me disait rien de rien.

    • Marie dit :

      Et vous avez rudement bien fait, parce que, au départ, le garçon et le tigre ne sont pas les seuls occupants du canot et, si le film suit le livre, certains passages doivent être bien gore et bouleversants. J’avais envie de voir Les 5 légendes, mais on n’a pas eu le temps d’y aller. Peut-être plus tard en DVD.

  3. L'Irreguliere dit :

    Oulà, je passe mon chemin, je pense que ce livre risquerait de faire plus que m’énerver…

  4. kimysmile dit :

    Malgré tout il me tente sans savoir pourquoi :)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s