Un mois de lectures jeunesse – février 2013

Pour une fois, je vais faire court, l’essentiel du mois ayant été consacré à quelques-unes des séries habituelles.

J’ai été tout émue qu’il ait sa première lecture imposée par l’école, et sa première fiche de lecture à faire (mon fils devient un grand!). Fort heureusement, il a beaucoup aimé le livre. Il m’a avoué avoir lu les dernières pages à l’école dans les moments de pause… et même s’être fait prendre à lire en classe!

41MCYuiU6YL__SL500_AA300_Il s’agissait de Minusman, de Nathalie Brisac, un auteur que je ne connaissais pas du tout. De mémoire, le héros, Isaac, est un garçon à qui il arrive plein de petites misères : sa mère l’emmène toujours en retard à l’école et il se fait gronder, son grand-frère termine toujours le petit déjeuner préféré d’Isaac avant que celui-ci ait eu le temps de se servir, et caetera. Un jour, la maîtresse demande à la classe de faire une rédaction. Il s’agit de répondre à la lettre d’une sorcière dont le balai est en panne et qui demande de l’aide. Isaac, qui croit que c’est une vraie lettre d’une vraie sorcière, envoie sa réponse par la Poste.

On retrouve dans ce petit livre deux ingrédients qu’il aime beaucoup, l’humour et le fantastique. Néanmoins, j’ai trouvé cette histoire plus ancrée dans le réel et le quotidien que ce qu’il apprécie d’habitude. Je pense donc qu’il arrive à un moment où il va être possible de l’encourager à ouvrir un peu plus ses horizons. Je me suis rendu compte qu’il existe plusieurs volumes des aventures d’Isaac, alias Minusman. Comme il m’a dit qu’il les lirait avec plaisir, je pense que nous voilà partis pour une nouvelle série!

Nous avons également découvert les premiers tomes de deux bandes dessinées. J’ai essayé de le faire développer un peu son ressenti à leur sujet, mais n’ai rien pu en tirer de plus que : « j’ai adoré ». Alors, une fois de plus, je vais me débrouiller toute seule!

album-cover-large-12541La première, Mangetrouille, est assez classique. Là encore, le héros est un petit garçon, Timothée. Celui-ci a la particularité d’héberger dans un petit coin de son cerveau un gros monstre qui peut se matérialiser. Le monstre en question, Mangetrouille, donc,  se nourrit de toutes les peurs qu’il peut trouver, et principalement celles de son hôte. Après avoir un peu fait mariner Timothée, histoire d’avoir une frousse bien goûteuse à se mettre sous la dent, il lui vient en aide et l’aide à surmonter l’obstacle. Au début je pensais qu’il s’agissait d’un ami imaginaire, mais, comme Mangetrouille semble causer pas mal de dégats dans le monde réel, je m’interroge.

Sont ainsi abordés dans un contexte humoristique et positif certaines des craintes classiques auxquelles peuvent être confrontés les enfants : cours de natation avec l’école, brimades infligées par des garnements, obligation de porter des lunettes… C’est sympathique, mais, de mon point de vue d’adulte, je trouve ça un peu trop cousu de fil blanc et pas franchement original. Lui a, visiblement, beaucoup plus apprécié que moi.

51AHaQWdEML__SL500_AA300_J’ai préféré de loin Je suis pas petite, parce que son contenu est beaucoup moins politiquement correct et, à mon avis, plus intéressant. J’ai eu, pour ces mêmes raisons, plus d’interrogations quant à la façon dont il allait percevoir la BD : autant j’étais sûre de mon coup avec Mangetrouille, autant je me demandais comment celle-ci serait reçue.

Cette fois, on suit les aventures d’une petite fille, sommairement prénommée Bibi. Cette gamine est, le plus souvent, assez affreuse. Elle fait plein de bêtises, prend plaisir à maltraiter le bébé des voisins, ainsi que des animaux. Elle est cependant également capable d’empathie et d’élans de grande gentillesse. On la suit tantôt dans de petites anecdotes de sa vie quotidienne, tantôt dans les voyages qu’elle fait dans différents endroits du globe.

Je suis pas petite est une BD drôle, mais pas seulement. J’ai bien aimé les informations distillées à propos des pays visités et je trouve que, l’air de rien, à partir de mots et de situations simples, elle soulève des questions intéressantes, quasiment philosophiques. J’ai donc eu le sentiment qu’elle pouvait apporter quelque chose à la bestiole, et ça j’aime bien. En revanche, lui a aimé pour une raison bien différente. Dieu sait pourquoi, il déteste les bébés et avait été très frustré que, dans Le panier, la méchante sorcière se prenne d’affection pour celui qu’elle trouve par hasard. Il a donc été ravi que le bébé soit maltraité dans cet album. Mon fils est un monstre!… Je vous rassure, le bébé s’en sort bien malgré tout, la morale est sauve!

Cet article, publié dans Littérature jeunesse, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Un mois de lectures jeunesse – février 2013

  1. Jérôme dit :

    Je me rappelle avoir lu Je ne suis pas petite pour Lire pour le plaisir (http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/blog_petits_lecteurs/?p=3208). Un album assez atypique finalement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s