Un mois de lectures jeunesse – mars 2013

Ce mois-ci, il y a beaucoup plus à dire sur ce chapitre que sur celui de mes propres lectures, grâce notamment aux vacances scolaires.

Je continue à lui faire lire quelques pages (ou plus si affinités) tous les soirs. Pour commencer le mois, je lui avais proposé Princesse pas douée de Christian Oster, dont nous avions beaucoup aimé Le chevalier qui cherchait ses chaussettes. Mais ce détournement des contes de fées sur un mode humoristique ne l’a pas intéressé et, comme mon but n’est pas de le dégoûter de la lecture, je l’ai laissé abandonner le livre assez rapidement.

51t83rI0mCL__SL500_AA300_Il a enchaîné sur quelque chose qui lui a beaucoup plus plu : Le trésor de la momie. Le grand frère de Paul, le jeune narrateur, lui joue toujours des tours et essaie de lui prendre son argent. Un jour, le grand frère, Fred, et un de ses amis proposent à Paul de les accompagner au cinéma. Celui-ci découvre sur place qu’il s’agit d’un film d’épouvante, Le trésor de la momie. Sur le chemin du retour, les deux frères se retrouvent face à face avec une momie semblable à celle du film qui leur demande de lui rendre son trésor. Fred conseille à son frère de donner à la momie le contenu de sa tirelire, mais Paul a reconnu l’ami de son frère déguisé. Aussi, il téléphone en cachette à son oncle pour lui demander son aide afin de jouer un bon tour aux deux garnements. La bestiole a adoré, parce que ça fait peur. L’histoire l’a passionné, si bien qu’il l’a lu d’une traite (il est vrai que le livre n’est pas bien gros). Il a également été séduit par les illustrations, qu’il a trouvé très bien faites. Il s’est longuement arrêté sur chaque dessin, s’extasiant à chaque fois. Si jamais vous avez d’autres titres dans le même genre à lui conseiller, je suis preneuse!

4181N74B81L__SL500_AA300_Je lui ai ensuite proposé le premier tome, je crois, de la série des Grignotin et Menthalo, comme il avait bien apprécié le dernier. Il a, en effet, été ravi d’en voir un nouveau. Au début, il m’avait semblé réagir de façon assez critique en le lisant, mais il a déclaré après coup que c’était trop bien. Et il a ajouté que le livre risquait de beaucoup plaire à sa mémé, qui aime les petites histoires gentilles. Il est vrai que les quatre petites aventures du lapin et de la grenouille que contiennent ce petit livre sont très gentilles, tournant pour une bonne partie autour des sentiments. J’avais donc peur qu’il les trouve trop naïves. Visiblement ça ne l’a pas dérangé.

41VoVZPfzdL__SL500_AA300_Changement d’horizon ensuite avec La sorcière aux trois crapauds, un conte qui met en scène la célèbre sorcière russe, Baba Yaga, qui impose une série d’épreuves, a priori insurmontables,  à une petite fille. Il a tout de suite accroché et, cette fois encore, a tout lu d’une traite. Certains passages l’ont étonné et amusé et il a été séduit par les dessins, s’arrêtant, là encore, longuement sur chacun. Sa conclusion est que l’histoire lui a plu, et qu’il a apprécié que ça se termine bien, ainsi que le sort qui est réservé aux deux méchantes soeurs de la petite fille à la fin.

516V9A70T7L__SL500_AA300_Enfin, il a terminé le mois avec un auteur qui me semble être une valeur sûre, Claude Ponti. Une petite fille rêve à une poupée, et elle aime tellement fort  cette poupée que celle-ci se matérialise et prend vie. La poupée, Broutille, va vivre des aventures étonnantes avant de pouvoir rejoindre la petite fille. Il s’est montré très sarcastique en lisant les premières pages : ces histoires de fille qui rêve d’une poupée, ce n’était pas pour lui. De toute façon, les poupées, c’est nul (je ne ferai aucun commentaire sur le nombre de peluches qu’il a dans son lit…) Mais, très vite, il a, comme d’habitude, été happé par l’univers de Ponti. Il s’est attardé sur la perspective des toits de la ville, sur les couleurs du poisson-silence, et s’est amusé de toutes les bizarreries de l’histoire. Même à son âge, Ponti c’est toujours un succès!

Et puis il y a ce que je lui ai lu. Ce mois-ci, une fois de plus, ce sont les mêmes noms qui reviennent : nous progressons dans les BDs de Noob, dans celles des P’tits diables, dans la série Beast quest dans laquelle nous sommes arrivés (ô joie!) au tome 24. Je me suis d’ailleurs rendu compte avec étonnement que je les lis maintenant en « roue libre » : par moments, sur de longs passages, je ne suis pas consciente de ce que je lis et serais incapable de le répéter, mais, apparemment, même si mes pensées s’envolent ailleurs, je lis bien ce qui est écrit puisque je n’ai pas de protestations et qu’il comprend l’histoire! Ca m’évite de trop m’ennuyer ou de pouffer de rire en lisant les passages les plus consternants.

51DanAKWJxL__SL500_AA300_Nous en sommes au troisième tome des Chroniques de Spiderwick. J’ai toujours l’impression, en lui lisant cette série, que je l’ennuie profondément, mais il semble au contraire qu’il m’écoute religieusement, chose assez inhabituelle chez ce petit agité. Il dit qu’il adore, et moi j’aime toujours autant cette série. J’ai déjà acheté le quatrième tome dans ma hâte à connaître la suite!

Suite à ma relative déception le mois dernier, à la lecture de L’île du crâne d’Anthony Horowitz, je lui en ai lu le premier chapitre, pour voir ce qu’il en pensait, sans lui dire mon opinion. Il a été intéressé par « le sang », mais n’a pas trouvé cette introduction pleine d’humour noir particulièrement drôle et n’a pas eu envie connaître la suite. Mais peut-être est-ce simplement qu’il est encore trop jeune?

5184ZF4V2CL__SL500_AA300_J’ai eu l’idée de lui proposer le premier tome de la BD Chasseurs de dragons, comme il avait adoré le film « dans sa jeunesse », comme il dit souvent.  Je n’ai pas été particulièrement séduite. L’histoire est assez sommaire. Les deux héros doivent tuer un dragon monstrueux. En parallèle, un homme mystérieux est à leurs trousses. Et voilà. Lui, en revanche, a été à la fois horrifié et ravi : la BD regorge de sang, d’organes et de squelettes. Moi qui avait peur au départ qu’il se trouve trop grand pour la lire, j’ai craint ensuite que ce ne soit au contraire un peu limite pour son âge. Mais lui a trouvé ça génial et réclame le deuxième (et dernier?) tome. A voir…

514uBtC5QfL__SL500_AA300_Enfin, il attendait avec impatience depuis des mois le troisième tome d’Où es-tu Léopold? qui est enfin sorti, chez un nouvel éditeur, dans un nouveau format et avec plus de pages. Si lui dit qu’il a adoré, j’ai, pour ma part, été assez déçue par ce nouveau volet des aventures de ce petit garçon qui a le pouvoir de se rendre invisible. En effet, le schéma grande soeur – petit frère qui font des bêtises ensembles fait que la comparaison avec Les p’tits diables s’est automatiquement imposée dans mon esprit. Il faut dire qu’il est à fond dans Les p’tits diables en ce moment, BDs et DVDs. D’ailleurs lui aussi avait fait spontanément la comparaison et lui aussi préfère Les p’tits diables. Personnellement, je trouve que les personnages d’Olivier Dutto ont une fraîcheur et un dynamisme que n’a pas Où es-tu Léopold ?, qui paraît assez plat et fade à côté. Par ailleurs, on y trouve dans certains gags un humour assez ras des paquerettes (pêts) qui plait souvent aux enfants mais que j’apprécie peu et dont Les p’tits diables se passe parfaitement bien.

Mais surtout, j’ai bloqué sur le nouveau personnage qui fait son apparition dans le troisième tome et lui donne son titre : Alice. Cette Alice est une élève de la classe de Léopold qui, par hasard, le voit une fois disparaître et qui décide de mener son enquête pour s’assurer qu’elle a bien vu. L’introduction de ce personnage me semble judicieuse et salutaire, car, sans le nouveau souffle qu’elle insuffle au récit, celui-ci aurait fini par s’enliser. Néanmoins, je ne comprends pas pourquoi les auteurs ne se sont pas simplement contentés de créer une gamine curieuse et casse-pieds, mais en ont fait une accumulation de clichés idiots. Alice est très intelligente, donc, forcément, moche. Alice est la première de la classe, donc, forcément, personne ne l’aime et les seuls enfants qui lui parlent sont ceux dont elle fait les devoirs, contre rémunération. Rien qu’avec ça, le portrait aurait déjà été bien chargé. Mais les auteurs ont cru bon d’en rajouter une couche. Alice est surdouée, et Léopold et sa soeur ne sont délivrés d’elle que lorsqu’elle quitte leur école pour intégrer une école de surdoués. Dans la société actuelle où être bon élève est mal vu et où le mot intellectuel est devenu une insulte, était-il bien nécessaire et judicieux de produire une telle caricature? Heureusement, la bestiole n’a vu en Alice qu’une petite fille très méchante (ce qu’elle n’est pas vraiment, elle est plutôt très casse-pieds, et je supposerais volontiers qu’elle se sentait seule) et n’a pas eu l’idée de faire le rapprochement avec lui. Mais moi, après la lecture de la BD, j’ai passé une sale soirée à ressasser, une fois de plus, mes appréhensions quant à ce qu’on va bien pouvoir faire de la bestiole quand viendra le temps de quitter le cocon protecteur de son école pour aller au collège…

Cet article, publié dans Littérature jeunesse, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Un mois de lectures jeunesse – mars 2013

  1. Effectivement, cette Alice fait grincer des dents … C’est tellement dommage de ne présenter qu’ainsi les gens doués à l’école !

  2. jerome dit :

    J’ai tenté Spiderwick avec ma grande mais j’ai fait chou blanc. Pourtant elle avait beaucoup aimé le film. Sinon ce mois-ci la grande nouvelle chez nous c’est qu’elle a avalé le 1er Harry Potter en quelques jours, un véritable exploit alors que jusqu’alors elle n’avait jamais lu un roman de plus de 200 pages. Et elle est déjà dans le second, c’est vraiment bon signe, elle découvre enfin la lecture plaisir. A quelques mois du collège ça ne pouvait pas mieux tomber !

    • Marie dit :

      Et toi, as-tu essayé de le lire? Le problème de ta grande est peut-être justement qu’elle a déjà vu le film. Le premier tome est un tome de présentation, il installe l’ambiance et pose l’intrigue. les enfants ne sont confrontés à des créatures réellement dangereuses que dans le deuxième. Peut-être ne présente-t-il donc pas beaucoup d’intérêt pour quelqu’un qui connaît déjà l’histoire.
      C’est cool pour Harry Potter. Il faudra voir si elle enchaîne sur le troisième, qui est encore un peu plus gros. :-) il faut espérer qu’elle ait attrapé le virus en tout cas.

      • jerome dit :

        Oui j’avais lu le 1er avant de lui proposer et j’avoue que ça m’avait moyennement emballé. L’arrivée dans la maison et l’installation traînent un peu en longueur mais c’est la même chose avec les 100 premières pages d’Harry Potter et pourtant ça ne l’a pas dérangée. Je retenterai le coup un peu plus tard. Et puis je pourrais aussi le proposer à la pépette n°2 d’ici quelques temps…

        • Marie dit :

          Je ne dirais pas que ça traîne en longueur, mais c’est vrai que l’arrivée et l’installation prennent du temps. C’est quelque chose qui m’a plu, de même que le ton et l’aspect désuet du roman, mais j’avais peur que ça ne passe pas avec le loustic. Je dirais qu’il est plus descriptif qu’Harry Potter où, s’il faut compter une centaine de pages avant d’être dans le vif du sujet, il se passe quand même des trucs dès le départ.

  3. Mo' dit :

    Bon ensuite, il faut reconnaitre que ces histoires de « prout » récurrents dans Léopold, c’est aussi de leur age ^^

    • Marie dit :

      C’est vrai, et ça amuse encore un peu mon bestiau. Mais je peux pas m’empêcher de trouver ça un peu facile. Mais bon, je pense qu’il aurait fallu le lire sans avoir Les p’tits diables en tête.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s