Journal de lecture – avril 2013

Je suis toujours à fond dans mon MMORPG, et je pense que ça s’est senti… Je profite d’ailleurs, pour faire une réapparition sur ce blog que j’ai honteusement délaissé ces dernières semaines, de ce qu’il ne me reste qu’une quête à faire pour terminer une région, que je suis déjà morte 4 fois en tentant de l’accomplir, que, pour y retourner, il me faut suivre un long chemin fréquenté par moult créatures hostiles, et que la nécessité d’une petite pause s’est imposée d’elle-même, pour éviter découragement et énervement.

Côté lectures, le début de ce mois-ci n’a pas été plus productif que le mois précédent, même s’il y a eu une légère amélioration depuis, et le choix de mes lectures a, cette fois encore, été dicté par les priorités… et les retards les plus criants :

– Le défi Images du Japon de Kaeru a normalement pris fin le 31 mars dernier, mais je suis toujours dans le dernier livre que j’avais prévu de lire pour ce challenge, Mille ans de manga. Il est très beau et très intéressant mais, du fait de son format, fort peu transportable. Et comme je lis essentiellement lors de mes déplacements en ce moment…

– Je suis également toujours dans A l’ombre des jeunes filles en fleur, alors que la LC était prévue pour il y a des siècles (je désole!). Non seulement mon livre est, là aussi, peu transportable, car plus tout jeune et, de ce fait, un peu fragile, mais en plus j’ai besoin d’être au calme pour le lire. Autant dire qu’un escargot avancerait plus vite que moi.

– Pour la LC de L’ensorcelée, j’ai publié mon billet avec près de 10 jours de retard…

– Miraculeusement, j’arrive à peu près à tenir le rythme pour le challenge Ecrivains japonais d’Adalana : j’ai réussi à poster ma participation du mois d’avril, avec La déchéance d’un homme, en milieu de mois. Quel exploit!

– Pour le challenge Edith Wharton de George, qui se terminait normalement le 30 avril (mais je vois que George n’a pas [encore] fait de billet de bilan?), il y a eu un petit loupé, mais, pour une fois, ce n’est pas de ma faute! J’avais convenu de lire Le temps de l’innocence avec Jérôme qui m’a d’abord oublié et semble maintenant peiner sur le roman. Mon billet est donc toujours dans mes brouillons. (Comment mettre la pression à deux personnes l’air de rien… Ceci dit, Kaeru non plus n’a pas fait de billet de bilan pour son challenge…)

Une fois le roman d’Edith Wharton terminé, j’ai consulté la liste de mes challenges pour voir quel était désormais le plus urgent… dans l’espoir de réussir à en terminer au moins un dans les temps! Il s’avère que le plus pressé est encore un challenge créé par George, Le nez dans les livres, qui arrive à échéance le 28 juillet, et que je suis fort loin des 6 lectures que j’avais prévues!

C’est ce qui a motivé ma lecture du Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates. Bien que celle-ci se soit revélée assez décevante, j’ai trouvé dans mes investigations pour chercher ce qui pouvait coller pour le challenge un regain de motivation pour la lecture. Il s’avère que j’ai encore 2-3 titres dans ma PAL qui peuvent convenir, très différents les uns des autres, et qui me font tous envie, et qu’il y en a de nombreux et forts alléchants dans ma LAL. Le choix sera rude…

Enfin, mon rythme s’est considérablement accéléré cette semaine, du fait que la bestiole participe à un stage de manga à Perpète-les-oies et que j’ai deux heures à tuer tous les matins en l’attendant. En 3 jours, j’ai donc lu Bleu presque transparent, pour ma participation de mai au challenge Ecrivains japonais (pour une fois, je m’offre même le luxe d’être en avance!) et la moitié de Lydia Cassatt lisant le journal du matin, encore pour le challenge Le nez dans les livres… et je m’interroge sur ce que je vais lire après. J’ai envie d’autre chose, mais de quoi? C’est une incertitude délicieuse et, paradoxalement, le champ des possibles qu’elle m’offre est très stimulant.

Et ça me contrarie de ne plus parler d’autre chose que de livres sur ce blog. Il faut que j’arrive à me dégager du temps pour revenir un peu… Pourquoi les journées ne font-elles pas 48 heures?

Publicités
Cet article, publié dans Lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Journal de lecture – avril 2013

  1. Pour te rassurer un peu, le challenge Edith Wharton va être prolongé, je n’ai pas lu tout ce que j’avais prévu pour ce challenge, je vais donc faire un bilan et le relancer :) !

  2. jerome dit :

    Merci pour le petit coup de pression sur Wharton ;) J’ai beaucoup de mal. Les turpitudes de la haute société New Yorkaise au 19e siècle me tombent des mains mais je m’accroche. Pour tout t’avouer je lis un chapitre chaque soir juste avant de dormir (le coté soporifique aide beaucoup^^). Comme chaque chapitre fait une douzaine de pages et que j’approche de la page 200 (sur 300), il doit me rester une dizaine de jours. Je vais aller jusqu’au bout promis et je te tiens au courant dès que je suis prêt.
    Sinon tu as aimé Bleu presque transparent ? Je confonds toujours avec La guerre existe aussi… Je me rappelle que j’avais adoré l’un et détesté l’autre mais je ne sais plus dans quel ordre. De toute façon chez Murakami mon préféré reste Les bébés de la consigne automatique.

    • Marie dit :

      Je suis désolée de t’avoir embarqué dans cette galère… Je ne t’en voudrai pas si tu craques et si tu déclares forfait.
      Non, je n’ai pas trop aimé Bleu presque transparent. C’est le premier Murakami que je lis pour lequel l’écriture ne parvient pas à me captiver suffisamment pour que j’en oublie que je n’adhère pas au fond! Il m’en reste encore beaucoup de lui à découvrir mais, pour le moment, Les bébés de la consigne automatique est mon préféré à moi aussi.

  3. jerome dit :

    Non, non je ne craquerais pas. D’ailleurs je ne peux pas nier que ce roman a beaucoup de qualités d’un point de vue littéraire. C’est juste le sujet qui ne m’intéresse pas du tout. Mais j’irai jusqu’au bon et on fera cette lecture commune ! C’est moi qui suis désolé de décaler autant la publication de ton billet.

    • Marie dit :

      Ca n’a aucune importance que mon billet soit décalé. D’autant plus que George va prolonger le challenge. Bon courage pour la dernière centaine de pages. :-)

  4. Mo' dit :

    En attendant que tu trouves la solution à ces fichues journées trop courtes, je te mets au travail : http://chezmo.wordpress.com/2013/05/05/ach-liebster/ :P

  5. Ping : Challenge Edith Wharton, bilan et prolongation ! |

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s