Journal de lecture – mai 2013 et chronique (pas franchement) express

Mai est encore un mois où j’ai très peu lu et je n’aurais pas fait de billet mensuel si je n’avais pas eu envie d’écrire quelques (!) lignes à propos du manga Cesare, dont Camille m’a prêté les deux premiers tomes.

51PHJ8P4BEL__SY300_J’ai tout d’abord rapidement terminé Lydia Cassatt lisant le journal du matin, dans lequel je m’étais lancée pour le challenge Le nez dans les livres de George, puis j’ai refait un inventaire de mes challenges en cours pour l’année 2013. Hormis le challenge Badinage et libertinage de Minou, qui ne concerne pas ce blog mais pour lequel je suis également très en retard, la situation est loin d’être aussi tragique que je ne pensais. Je me suis donc fiée, pour le choix de ma lecture suivante, à mon inspiration plutôt qu’à l’urgence.

51VIkddRp2L__Parmi les challenges arrivant à échéance en 2013 et pour lesquels il me reste des lectures à faire se trouve le pari hellène de Nathalie. La catégorie à laquelle je suis inscrite prévoit la lecture d’un auteur contemporain. J’avais trouvé cette contrainte intéressante : les seuls auteurs grecs que je connaisse sont les antiques et j’y ai vu la possibilité d’une découverte. J’ai donc noté sagement, pendant quelques mois, les références des lectures grecques sur les différents blogs que je suis, sans qu’aucune ne déclenche de réel enthousiasme chez moi, jusqu’à ce que je lise enfin sur 3 ou 4 blogs des billets chaleureux à propos d’un livre étrange et intrigant, Qu’a-t-elle vu, la femme de Loth? Il n’a pas fallu longtemps pour que je l’achète et, lorsque j’ai fait ma revue des challenges en début de mois, la tentation a été trop forte et je me suis jetée dessus. Vous pourrez constater, quand je trouverai le courage de m’atteler à mes billets en retard, que j’ai moi aussi été emballée. Je pense même pouvoir affirmer sans me tromper que c’est mon premier gros coup de coeur de l’année.

drugstoreJ’ai succombé ensuite à une autre tentation. J’avais eu l’occasion, peu après l’avoir acheté, de feuilleter Sur la piste des dragons oubliés avec la bestiole et j’étais restée complètement admirative devant les illustrations. Pour prolonger le plaisir de la perspective de la découverte, je m’étais juré de le laisser parvenir au sommet de ma PAL, sans l’en extraire prématurément, mais j’ai trouvé l’excuse idéale pour changer d’avis : j’ai vu, en regardant le programme de Geekopolis, que son auteur, Elian Black’mor y serait présent et, si l’occasion se présentait de faire dédicacer mon exemplaire, je m’en serais voulu de ne pas savoir ce qu’il racontait.

En fait, nous n’avons pas eu le temps de visiter l’étage où il se trouvait. La bestiole s’est fait embarquer pour tirer avec une catapulte. Nous sommes restés trois plombes sur le stand du Donjon de Naheulbeuk, où une gentille dame lui a donné une chaise pour qu’il puisse grimper dessus et mieux voir la reconstitution du donjon en Playmobil. [Il n’était pas le seul enfant présent sur le stand qui connaissait la série, je me suis sentie moins mère indigne.] Puis il a voulu assister à un spectacle de cosplay et nous avons enchaîné sur la conférence que donnaient les Noob.

Après un petit laïus de présentation, ils ont demandé s’il y avait des questions dans le public… et voilà mon bestiau, qui se demandait seulement une heure avant s’il oserait leur demander une dédicace et leur parler, parce qu’il était tout intimidé, qui se met à agiter les mains tant qu’il peut. J’ai vécu un grand moment de solitude quand on lui a tendu le micro : il s’est présenté… et puis plus rien. Inquiète, je lui ai demandé s’il avait une question. Et voilà mon petit bonhomme qui répond dans le micro : « Non, je n’ai pas de question. Je voulais juste dire que j’étais très content de vous voir. » Ils ont alors été super gentils : ils l’ont fait monter sur scène avec eux. Il y est resté au moins 10 bonnes minutes pendant lesquelles, tandis que Fabien Fournier répondait aux questions, ils se sont tous passés son appareil pour se prendre en photo à tour de rôle avec lui. Après la conférence et un passage sur leur stand pour obtenir une dédicace, il a voulu rentrer. Entre le trac et une grande joie, il avait eu son lot d’émotions. Il n’en est pas revenu d’avoir parlé avec Couette et Ystos, d’avoir été porté par T-man et Meumeuh, d’avoir pu faire un bisou à Gaea et d’avoir trouvé plus bavard que lui en la personne de Fabien Fournier!  Et il a très envie de les revoir.

IMG_0005

Pour ma part, je suis restée un peu sur ma faim : il y avait plein de conférences et d’activités qui avaient l’air super intéressantes, mais qui auraient été très ennuyeuses pour lui. J’espère qu’il y aura une nouvelle édition de Geekopolis l’année prochaine, et qu’il tombera un week-end où la bestiole est chez son père!

Et j’ai terminé tranquillement le mois avec Deux ans de vacances, que je suis toujours en train de lire, et pour lequel Jérôme et moi avons prévu une LC pour le 15.

51JI0Z+VkAL__Et puis, comme je le disais plus haut, j’ai également lu les deux premiers tomes de Cesare, manga sur César Borgia dont il a déjà été beaucoup parlé sur les blogs. Autant je n’ai pas envie de voir la série, dont rien que les affiches me donnent déjà des boutons (vous me connaissez, je suis psychorigide, notamment pour tout ce qui touche à l’histoire!), autant j’étais curieuse de lire le manga : les quelques mangas touchant à l’histoire européenne que j’ai pu lire sont tellement exotiques et extravagants que je ne suis pas tentée de faire de lien avec ce que je connais et que je peux les aborder d’un oeil neutre. Je m’attendais donc à pouvoir faire preuve du même détachement avec celui-ci. Néanmoins, j’ai commencé à m’inquiéter quand j’ai vu que beaucoup de blogolectrices qui ne sont pas forcément amateurs de mangas à la base s’y étaient mises, voyant dans Cesare un moyen de mieux connaître le personnage en raison du caractère sérieux auquel le manga prétendait… et j’ai été bien plus inquiète encore quand j’ai remarqué sur le premier tome l’autocollant « recommandé par Historia »! J’ai donc entamé ma lecture avec un sérieux a priori négatif, et j’ai été très agréablement surprise.

Les deux premiers tomes se déroulent en 1491. César et Jean (Giovanni) de Médicis, futur pape Léon X, ont 16 ans et étudient tous deux le droit à l’université de Pise. Ils sont rejoints par Angelo da Canossa, jeune homme d’origine modeste et complètement ignorant des usages et des enjeux politiques de la société de son temps, pour qui César se prend d’amitié.

Le manga est supervisé par un japonais spécialiste de la littérature et de l’histoire italienne et la mangaka indique à la fin de chaque tome une longue bibliographie. Y figurent notamment de nombreux ouvrages sur la civilisation de l’époque : un effort visible a été apporté à l’étude des oeuvres d’arts, de l’ameublement, de la vie quotidienne, des costumes… Les différentes factions, leurs ambitions, les relations qu’elles nouent entre elles, les enjeux, ont été plutôt bien compris et sont expliqués clairement. J’ai apprécié ce sérieux. Et j’ai apprécié le fait que le récit soit suffisamment prenant pour que les informations passent naturellement.

Evidemment, je n’aurais pas été contente si je n’avais pas trouvé matière à ronchonner, et je n’ai tout de même pas eu à chercher bien loin! Si la mangaka semble avoir bien potassé le sujet de la Renaissance, on ne peut pas en dire autant pour ce qui est du Moyen Age : le texte du préambule et les dialogues impliquant le chef de la faction française m’ont fait froncer les sourcils, mais ce n’est qu’un détail. Plus ennuyeux, en revanche, le personnage d’Angelo da Canossa est bien mignon, bien sympathique et bien pratique pour expliquer l’époque aux lecteurs, mais il ne me semble pas crédible une seconde. Plus généralement, la façon dont les personnages s’adressent les uns aux autres, leur comportement et, plus encore, leurs discours et leurs idées, comme dans beaucoup de romans historiques d’ailleurs, sonnent faux et semblent totalement anachroniques. Dans le cas présent, certains passages me semblent même très japonais dans l’esprit.

Si la bibliographie indiquée dans les deux tomes est bien fournie, je suis étonnée de n’y trouver quasiment aucun ouvrage sur César Borgia, ni sur sa famille, ni sur Léon X, et que les quelques titres mentionnés soient déjà très anciens. Certes, la mangaka s’en explique et dit que la biographie sur laquelle elle s’est fondée constitue une référence. Néanmoins, la recherche évolue vite et des ouvrages plus récents auraient certainement pu apporter des éléments nouveaux. Par ailleurs, elle indique que les chroniqueurs de la Renaissance, comme Guicciardini, donnent une vision biaisée de son héros. Néanmoins, compte tenu de ses ambitions, il me semble qu’elle aurait gagné à les lire de saisir quelque chose de l’atmosphère de l’époque, car je n’ai pas du tout retrouvé celle-ci dans le manga. Même si, bien évidemment, les impressions que j’ai retirées de mes propres lectures d’auteurs de la Renaissance sont forcément subjectives. Et si Fiyumi Soryo est sans doute handicapée par le fait qu’elle dépend de l’existence de traductions japonaises des livres européens sur son sujet.

Du fait de ces réserves, j’attends un peu la mangaka au tournant : 1492 est l’année où Rodrigo Borgia, le père de César est devenu pape. Et c’est peu après qu’il maria pour la première fois sa fille Lucrèce, qui n’apparaît pas dans les deux premiers tomes du manga. Et je me demande comment Fiyumi Soryo va se dépatouiller de la fameuse légende noire des Borgia et si son travail va rester aussi solide.

Quoi qu’il en soit, Cesare est, pour le moment, un manga de grande qualité et tout à fait passionnant, et j’ai très envie de me jeter sur le troisième tome pour découvrir la suite.

Cet article, publié dans Lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Journal de lecture – mai 2013 et chronique (pas franchement) express

  1. Minou dit :

    J’ai aperçu récemment Lydia Cassatt lisant le journal du matin, qui me tente bien, même si je n’ai pas pris la peine de le regarder plus attentivement : il t’a plu? Tu rédigeras un article à son sujet ?

    Pour mon challenge, tu n’es pas si en retard que ça, si ça peut te rassurer. Il ne te manque « que » deux romans libertins et éventuellement une lecture « nostalgique » (catégorie facultative, de même que celle des instituteurs immoraux que tu as déjà complétée avec l’affaire Sade dans La traversée du livre, que j’ai finalement gardé, malgré ma première réponse). Si ça te dit, on pourrait organiser une petite LC sur un des romans de l’anthologie de Raymond Trousson, au lieu de laisser faire le hasard cette fois.

    • Minou dit :

      * trois, pardon (j’oublie moi-même les règles de mon challenge…)

    • Marie dit :

      Pour Lydia Cassatt, il m’a plu sur le moment et, oui, il y aura un billet… Faut juste pas être pressé avec moi. Toutefois, s’il y aura un billet, c’est uniquement parce que je garde le livre sur mon bureau en attendant, parce que sinon je l’aurais déjà oublié!
      Qu’est-ce qui t’a fait changer d’avis pour L’affaire Sade? J’avais plein de projets de lectures pour les nostalgiques et, surtout, les instituteurs immoraux, mais ça va être chaud! Je vais essayer de lire au moins une BD pour la lecture nostalgique et je suis soulagée de savoir que L’affaire Sade peut compter si je n’arrive pas à prendre le temps de lire autre chose.
      Les romans libertins peuvent se lire très vite, mais, comme je le disais dans mon billet, j’ai toujours du mal à me poser pour lire en ce moment. Peut-être que ça ira mieux si le beau temps se décide à venir?
      Pour le Trousson, il me semble de mémoire que tu as lu Godard d’Aucour, Voisenon et Denon, que dirais-tu de Thérèse philosophe ou de Félicia, soit pour la deuxième quinzaine de juin, soit pour la deuxième quinzaine de juillet?

      • Minou dit :

        Je ne suis pas pressée. ;) Merci pour le petit résumé déjà, ça me donne déjà quelques indications.
        Pour l’affaire Sade, j’ai changé d’avis assez vite, puis ai oublié de te le dire en fait. :s Je crois que je m’étais dit qu’après tout, puisque tu avais quand même fait un article spécifique pour cette partie du livre, il était intéressant de le garder et de le mettre en avant. J’ai fait d’autres compromis (musées, films) pour les catégories bonus ensuite, donc un de plus ou de moins… (Ca compense bien la fausse joie ? ^^) Pour la catégorie nostalgique, j’avais aussi quelques idées et ne les ai toujours pas lues non plus.
        Si je suis motivée en août, je pourrais peut-être prolonger le challenge (si ça t’intéresse du moins ; tu es une des rares vraiment motivées et à ne pas avoir oublié ton inscription) Je te souhaite le retour du beau temps et de l’envie de te poser pour lire. :)

        Tu as meilleure mémoire que moi, c’est bien ce que j’ai lu. Thérèse philosophe me tente plus que Félicia, pour la période ton choix (ce sera une relecture pour moi aussi cette fois).

        • Marie dit :

          Oui, ça compense. :-)
          Et oui oui oui j’aimerais bien que tu prolonges le challenge! Avec tout ce que j’ai encore à lire et mon allure d’escargot… Je me demande si ce n’est pas un peu le lot de tous les challenges : beaucoup d’enthousiasme au départ, puis une bonne partie des gens oublie et passe à autre chose? Même s’il y a peu de monde à l’arrivée, ça reste un bon moyen pour partager une passion, un intérêt ou une curiosité et susciter des découvertes.
          Je n’ai pas une bonne mémoire, j’ai triché en regardant la liste de tes anciens billets sur Netvibes. Va pour Thérèse philosophe. Pour le 30 juin, par exemple, ça t’irait?

          • Minou dit :

            Je le prolongerai de quelques mois alors. ;) J’avais déjà remarqué le phénomène sur d’autres challenges, mais c’est particulièrement flagrant sur celui-ci ; mon autre challenge tient mieux la route du moins. J’aurai au moins partagé cette passion avec toi.
            Le 30 juin est parfait pour moi !

          • Marie dit :

            Cool! Et je vais noter pour le 30 juin.
            Encore une fois, je ne pense pas que ce soit propre à ton challenge. Par exemple, j’ai été aussi à peu près la dernière à m’accrocher pour le challenge Images du Japon de Kaeru, alors qu’on pourrait penser que le Japon serait beaucoup plus susceptible de passionner les foules que la littérature classique. Pour l’autre challenge, peut-être est-ce parce que tu prêchais plus de convaincues à la base et que tu es plus active dessus, à travers les livres voyageurs, par exemple? Pour ma part, ce avec quoi j’ai énormément de mal, ce sont les challenges illimités. J’ai tendance à fonctionner en traitant les urgences et, par définition, un challenge illimité n’est jamais urgent…

  2. nathalie dit :

    Bravo, quel billet ! Tout d’abord félicitations pour le roman grec contemporain, le but de ce challenge étant en effet de donner envie de la Grèce, et pas seulement de la Grèce morte ! Ce que tu dis sur Geekopolis m’a aussi intéressée, même si je ne suis pas vraiment geek, je trouve qu’il y a tout un tas de mondes (romans, bd, jeux, films) des plus passionnants qui sont regroupés là-dedans !

    • Marie dit :

      Merci de m’avoir donné l’occasion de découvrir Ioanna Biourazopoulou. V’est ce que j’apprécie dans les challenges.
      Pour Geekopolis, oui c’était très varié et très riche. On m’a même fait goûter de la confiture préparée selon une recette du Moyen Age! Il y avait plein de jeux de société à essayer, des auteurs de romans, films, webséries… et des scientifiques (astrophysiciens, paléontologues…) qui sont intervenus sur toutes sortes de sujet loufoques ou sérieux. J’aurais aimé en voir plus.

  3. Shelbylee dit :

    Je suis contente de voir qu’au final Cesare t’a plu ! D’après ce que j’ai compris des interviews de l’auteure, au départ, elle est partie sur cette idée, mais c’est grâce à sa rencontre avec l’historien qu’elle a voulu approfondir ce travail de recherche, mais ce n’était pas son idée de départ. Elle a été contaminée par sa passion pour la Renaissance.
    J’ai le tome 3 dans ma PAL, mais je n’ai pas encore trouvé le temps de le lire.

    • Marie dit :

      Oui, en lisant son interview c’est ce que j’ai compris aussi. Je trouve ça bien qu’elle ait su aller au-delà de ses préjugés et ait creusé avec un tel sérieux. Je pense m’acheter le tome 3 très bientôt, il faut que j’aille faire main basse sur le tome 28 des Gouttes de Dieu qui est sorti hier. Et, à mon avis, il ne traînera pas longtemps dans ma PAL manga!

      • Shelbylee dit :

        Désolée pour mes formulations répétitives, je me suis arrêtée au milieu de mon commentaire pour faire autre chose et je ne me suis pas relue avant d’écrire la suite.
        Je voulais aussi dire que je partage ton avis sur le Lydia Cassatt, j’ai relu mon billet de lecture vu que tu en parlais et je me rends compte que je ne m’en souviens pas vraiment du livre, pourtant fort plaisant sur le moment.

        • Marie dit :

          Oui, c’est tout à fait ça. Sauf que, une semaine après l’avoir terminé, j’aurais déjà omis de le citer dansla liste pourtant courte des derniers livres que j’ai déjà lus. Je trouve ça ennuyeux.

  4. jerome dit :

    Géniale l’après-midi de ton petit bonhomme au salon, ça restera sans doute un grand souvenir pour lui ! Bon sinon je serai prêt pour notre LC et concernant les mangas, je viens de lire Mes petits plats facile by Hana, titre le plus lu par les japonaises en 2012. C’est sympa mais très répétitif, je ne crois pas que je lirai des dizaines de tomes supplémentaires.

    • Marie dit :

      Je devrais aussi être prête pour notre LC, j’en ai lu plus de la moitié. Je n’ai pas encore été lire ton billet (ni même ceux des jours précédents, je suis encore à la bourre sur tout. Désolée si je n’ai pas encore pris le temps de te répondre non plus!). Vu ce que tu me dis, je risque de retirer le manga de ma LAL après t’avoir lu!

  5. Mo' dit :

    J’ai un autre Black’mor à la maison et j’hésitais à le proposer à Monsieur mon fils. Je vais me lancer je pense. Je me note celui que tu présentes également. L’ambiance graphique est superbe. J’avais bien apprécié également

    • Marie dit :

      J’ai ajouté dans ma LAL celui que tu avais présenté sur ton blog il y a quelques mois, comme c’est la suite de cleui que j’ai. Bien que je ne sois pas tellement sûre que l’ordre ait une grande importance.
      Le mien traîne toujours dans mon salon, car je ne sais pas encore trop où le ranger. Du coup je vois régulièrement mon loustic se poser pour le feuilleter. L’histoire ne l’intéresse pas, mais il est admiratif devant les dessins.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s