Journal de lecture – juin 2013 et chroniques express (ça devient une habitude…)

Encore un mois que je n’ai pas vu passer… J’ai eu l’impression, quand je n’étais pas occupée à réviser, de passer mon temps à courir partout. Et le fait que je sois toujours accro à mon MMORPG n’aide pas. C’est seulement la première fois depuis près d’un mois que je suis à jour sur Netvibes, et je dois avoir au moins 2 ou 3 semaines de retard sur Hellocoton. C’est l’horreur! Je ne vous surprendrai donc pas en vous disant que je n’ai pas encore lu grand-chose ce mois-ci.

Outre Deux ans de vacances et Notes de Hiroshima, ma principale lecture aura été mon polar historique en allemand.

51OC9X6Kr3L__Je suis très fière de pouvoir annoncer que je l’ai terminé! Comparé aux 400 pages d’Anne Perry en italien qui m’ont occupée pendant 5 ans, 600 pages en moins de 6 mois me semble un bel exploit. J’ai retrouvé avec plaisir les personnages de Sandra Lessmann dans ce livre qui est le deuxième volume d’une série qui a pour cadre Londres au XVIIe siècle, même si j’ai regretté que le livre soit un peu trop didactique et l’intrigue policière trop diluée. Je développerai tout ça dans mon billet, même si celui-ci risque fort de ne pas passionner les foules, cet auteur n’étant pas traduite en français, ce qui est regrettable.

Passant d’un challenge linguistique à l’autre, j’ai aussitôt embrayé avec un autre polar historique, en italien cette fois.

31+gdjVzNIL__Là encore l’affaire a été menée rondement, puisque j’en ai déjà lu une quarantaine de pages, sur environ 400. Je ne désespère pas de parvenir à le finir avant l’échéance de notre challenge in italiano, fin octobre (l’espoir fait vivre!). Il s’agit encore d’une série, dont c’est le premier tome, et, comme le titre l’indique, le détective n’est autre que le philosophe Aristote. Celui-ci ne fera son apparition qu’au prochain chapitre, si bien que je me demande ce que ça peut donner. Pour le moment, ce qui me perturbe c’est que, à cause de la langue, je veux absolument que l’intrigue se déroule à Rome, ce qui fait que je me sens déboussolée chaque fois que l’auteur me rappelle que nous sommes à Athènes! Et, cette fois, il existe une traduction française de ce roman, qui traînait dans ma PAL depuis le retour de mon dernier voyage en Italie, il y a bientôt 10 ans (snif!).

???????????????????????????????Toujours désireuse d’avancer dans le challenge Le nez dans les livres de George, je me suis souvenu que j’avais dans ma bibliothèque En lisant en écrivant de Julien Gracq. Je m’étais essayée à cet auteur à la fin du lycée. Ma meilleure amie de l’époque et ma prof de français étant fans, j’avais pensé que ça devait être bien. Les livres de Julien Gracq sont publiés chez José Corti, et j’aime beaucoup cet éditeur, car il m’a fallu, en les lisant, couper les pages comme on le faisait autrefois. C’est le principal point positif que j’ai trouvé à Julien Gracq à l’époque, ses écrits m’ayant prodigieusement ennuyée… J’ai relu il y a quelques années Le rivage des Syrtes et, à défaut d’être emballée, j’ai néanmoins beaucoup plus apprécié ma lecture que la première fois. J’ai donc voulu profiter du challenge pour réessayer mon autre Julien Gracq. Mais ça n’a pas du tout marché. J’ai lu une vingtaine de pages, ai feuilleté plus loin, puis ai reposé définitivement le livre dans ma bibliothèque. Là où j’aurais voulu lire des choses un peu personnelles, ou au moins de l’ordre de l’affectif ou du ressenti, les propos de Julien Gracq sont compliqués et assez techniques. Ce n’est pas ce que j’avais envie de lire. J’ai quelques remords d’abandonner, mais il y a tellement d’autres lectures qui m’attendent…

Je vais donc à la place faire d’une pierre deux coups et profiter de ce que l’écrivain de juillet du challenge Ecrivains japonais est Miyabe Miyuki pour lire La librairie Tanabe. Les échos que j’ai pu en lire sur les blogs ne sont pas très enthousiastes et j’ai peur d’être déçue, mais je ne pouvais pas laisser passer un livre avec un titre pareil et un thème pareil! Affaire à suivre!

5121A0AqQbL__SY445_J’ai craqué récemment pour un roman jeunesse repéré chez je ne sais plus qui, La plume de Marie. Je l’ai aussitôt lu pour voir si je pouvais le proposer à la bestiole ou s’il valait mieux attendre un peu, et je pense que je vais attendre 2-3 ans, notamment en raison du vocabulaire compliqué pour un enfant qui ne connaît pas grand-chose à la vie des gens au XVIIe siècle.

Ce petit roman est paru chez Talents hauts, une maison d’édition que j’aime bien qui a pour cheval de bataille le respect de l’égalité, notamment entre sexes, ce qui fait qu’ils proposent souvent des romans avec des héroïnes fortes.

Ici il s’agit d’une jeune servante élevée avec les enfants d’une famille noble et qui a eu la chance d’être instruite avec eux. Alors que ceux-ci se désintéressent des études, la passion de Marie est l’écriture. Aussi est-elle la seule à se réjouir lorsque le père annonce la visite de Corneille au château familial… même si, en raison de sa position sociale, elle ne pourra pas rencontrer le dramaturge.

J’ai bien aimé ce petit roman. L’histoire est prenante, les personnages sympathiques, l’écriture est agréable, il y a de l’humour. Le seul bémol est que les idées de féminisme et d’égalité prônées par le roman sont montrées comme triomphantes au dénouement, ce qui fait que la conclusion du livre semble anachronique et invraisemblable. Néanmoins, j’ai hâte que la bestiole soit en âge de lire ce livre qui le transportera dans cette époque que j’aime tant.

51xA0zZR2DL__SY445_Et j’ai également craqué pour un nouveau manga (je ferais pourtant mieux de finir mes séries en cours…), Les enfants loups, dont le premier tome vient de sortir. Il s’agit d’une adaptation en trois tomes du film de Mamoru Hosoda (Summer wars, La traversée du temps), Les enfants loups, Ame et Yuki, qui m’avait enchantée l’année dernière.

Habituellement je suis déçue quand je vois l’adaptation cinématographique d’un livre que j’ai aimé, tandis que l’inverse passe bien. Aussi j’ai été tout étonnée d’être déçue en lisant ce manga.

La mangaka a été très fidèle au film et les dessins sont mignons. Mais on ne fait pas passer la même chose avec 1 minute de vidéo qu’avec 3 ou 4 images. Là où, au cinéma, les mots sont superflus, le manga a besoin d’expliquer, par des paroles qui peuvent sonner mièvres. Les passages amusants sont présents, mais ne rendent pas pareil. Le mot qui me vient pour qualifier le manga est définitivement mignon. Je n’ai pas ressenti en lisant ce premier tome la palette d’émotions qu’a suscité en moi le film, allant du rire à la gorge serrée en passant par l’attendrissement. Je pense néanmoins poursuivre ma lecture, la série étant très courte. Si vous ne connaissez ni l’un ni l’autre, le manga est sympa et tout à fait recommandable, mais, si vous en avez la possibilité, ne passez pas à côté du film!

J’espère, avec l’arrivée des vacances scolaires, courir un peu moins et avoir le temps de diminuer un peu mon énorme pile de livres à chroniquer. Néanmoins, comme je risque de faire du bestiole-sitting la majeure partie de l’été, que je compte bien en profiter pour faire des trucs sympas avec lui, et que je continue par ailleurs à nourrir quelques projets professionnels (si si, je vais finir par faire immatriculer ma société, j’y crois!), je crains d’être, encore une fois un peu optimiste. On verra bien…

Pour le moment, désireuse de ne pas encore augmenter le nombre de mes chroniques en retard, et sachant que je lis généralement beaucoup en vacances (et, en plus, je ne compte pas emporter de carte 3G cette année, ce qui me laissera encore lus de temps pour lire), je compte privilégier ce mois-ci les pavés et les séries. C’est ainsi que je viens d’attaquer le premier tome d’Arthemis Fowl et, pour le moment, ça me semble bien sympathique!

Cet article, publié dans Lectures, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Journal de lecture – juin 2013 et chroniques express (ça devient une habitude…)

  1. en allemand je sais dire guten tag et en italien arrideverci. Impressionnant, hein? je viens de terminer « L’antiquité territoire des écarts », et je suis désolé de te le dire vu le nombre de bouquins que tu as a lire, mais il est vraiment très bien, faut que tu le lises! certains passages parfois un peu techniques, mais dans l’ensemble facile à lire et très instructif. Sinon, je viens aussi de terminer « Psychologie et psychanalyse en France, l’impossible rencontre (1919-1969) » d’Annick ohayon, très bien aussi, mais moins dans tes centres d’intérêts à priori. C’est mignon de te voir choisir avec soin les lectures de ton fils, ça me rappelle ma mère à une certaine époque :)

    • Marie dit :

      Chacun ses domaines de prédilections, moi j’aimais beaucoup les langues à l’école. Ma LAL étant encore beaucoup plus conséquente que ma PAL, L’Antiquité territoire des écarts attendra quelques temps, je crois!

      • ben moi aussi en fait, mais moi j’ai fait espagnol et anglais à l’école. Et du latin, mais pas très longtemps :) sinon je connais un peu de grec moderne parce que mon père habite en Grèce. Voila, en gros. J’en profite pour te demander la différence entre une PAL et une LAL?
        A part ça, j’ai commencé « Des singes, des cyborgs et des femmes » de Donna Haraway (théoricienne féministe) c’est super puissant, je t’en dirais peut être un mot une fois terminé

        • Marie dit :

          PAL = Pile A Lire
          LAL = Liste A Lire
          La différence entre les deux étant la possession, la seconde peut être infiniment plus conséquente que la première!
          Bonne lecture!

          • ha, ok, je crois comprendre pourquoi je distinguais pas les deux: elles sont quasiment équivalentes pour moi, je dois avoir à peu près 460 livres dans ma LAL et 450 dans ma PAL

          • Marie dit :

            La différence principale que je vois est que la PAL doit être contenue dans certaines bornes, plus ou moins (dé)raisonnables, tandis que la LAL peut s’étendre à l’infini.

  2. George dit :

    Je suis épatée par tes lectures, une en allemand, l’autre en italien et t’attaquer à Gracq… D’ailleurs le Gracq fait parti de ma bibliothèque critique depuis mes années fac, j’en ai lu des passages mais je ne suis pas sûre qu’il se lise de la première à la dernière comme un roman. Les écrits critiques sont souvent complexes et j’en ai eu un peu ma dose, même si parfois j’ai envie d’y remettre un peu mon nez !
    Le romans jeunesse « la plume de Marie » me tente beaucoup, j’aime ces histoires de jeunes filles qui s’émancipent !
    Je te souhaite de bonnes vacances, je pars ce matin en ce qui concerne !

    • Marie dit :

      Gracq, je me suis arrêtée très vite! Je pensais en effet le lire par petits bouts. J’avais le souvenir que les textes, assez denses, étaient regroupés en thèmes, ce qui est propice à une lecture morcelée. Mais je ne me suis pas senti le courage. Dommage.
      Je pensais que c’était chez toi que j’avais repéré La plume de Marie. Je trouve que c’est un roman qui te correspond bien et il me semble qu’il devrait te plaire.
      Bonnes vacances!

  3. Tout un livre en allemand ? Félicitations ! Je trouve que l’allemand est beaucoup moins intuitif que l’italien, même si j’adore autant ces deux langues.

    • Marie dit :

      J’ai fait allemand première langue au collège et l’ai étudié 10 ans. Pour l’italien je n’ai fait que suivre pendant 2 ans des cours du soir en dilettante et, si ce n’est que j’ai d’énormes lacunes en grammaire, je le comprends quasiment mieux que l’allemand. Ca craint…

  4. jerome dit :

    Ah, Artemis Fowl, j’ai lu les premiers tomes il y a fort longtemps et c’était très sympa. De mon coté je viens d’attaquer le second Enola Holmes mais comme d’hab je lis 7 ou 8 romans en même temps du coup je ne suis pas certain de le finir avant la rentrée… Quant à mon seul et unique pavé de l’été (tu sais que je préfère largement la forme courte^^) ce sera Un pays à l’aube de Denis Lehane.
    Et sinon La plume de Marie, on en avait parlé sur Lire pour le plaisir, c’est peut-être là que tu l’avais aperçu…

    • Marie dit :

      Oui, Arthemis Fowl c’est très sympa. J’ai quasiment fini le premier tome et j’ai profité de ce que je faisais une razzia sur les mangas sortis cette semaine pour me prendre les deux tomes suivants.
      Pour Enola Holmes, tu abuses! C’est un livre qui se lit en 2-3 heures, tu ne vas quand même pas le faire traîner tout l’été! :-D
      Puisque George n’a pas lu La plume de Marie, ça doit donc effectivement être sur Lire pour le plaisir que je l’avais repéré. (Des fois je me dis que je devrais mettre en commentaire dans ma LAL chez qui je repère les trucs mais vu qu’il se passe des fois des années entre le moment où un livre passe de ma LAL à ma PAL et celui où je le lis, je ne suis pas sûre que ça soit réellement efficace.)

  5. Je suis impressionnée par ta capacité à finir un livre en allemand et en italien (qu’importe le temps, la réussite étant de terminer) !! Moi qui n’arrive même pas à finir un livre en anglais…

    • Marie dit :

      Malheureusement, quand on ne pratique pas une langue, on perd très vite. J’essaye de m’entraîner un peu pour ne pas complètement tout perdre… bien que, entre lire un livre et tenir une conversation, il y a une énorme marge!
      La difficulté dépend aussi du choix du livre : Agatha Christie, par exemple, est facile à lire dans toutes les langues. En revanche, quand j’ai commencé à lire en anglais pendant mes études, je me souviens que Stephen King était super dur à lire, alors que Michael Crichton passait tout seul, par exemple. Je choisis souvent pour mes lectures en langue étrangère des polars historiques parce que c’est un genre que j’aime bien et que j’espère que l’envie de connaître le dénouement arrivera à contrebalancer suffisamment les difficultés de la lecture pour que j’arrive à aller jusqu’au bout.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s