Blablatage de retour de vacances

Toujours adepte des courts séjours, je suis déjà de retour d’une première escapade campagnarde. Evidemment, mon retard dans la lecture de vos blog est encore plus catastrophique qu’avant mon départ. Alors que j’étais à jour sur Netvibes, je me retrouve avec plus de 300 billets à lire. Quant à Hellocoton, que je n’avais pas consulté depuis le 15 juin, 478 actualités m’y attendaient lorsque je me suis connectée hier. Je me suis bravement attelée à la tâche entre le remplissage du frigo et le vidage des valises, en commençant par Hellocoton, et j’en suis pour le moment au 18 juin… Je ne pense pas réussir à rattraper tout mon retard avant mon prochain départ dans quelques semaines!

Pour en revenir aux livres, si j’oublie souvent très vite le contenu de ceux que je lis, il m’arrive en revanche régulièrement de garder une impression forte d’une lecture : circonstances de lecture, lieu, atmosphère, parfois une odeur… ce qui est le comble pour quelqu’un qui a un aussi piètre odorat que moi! Nous sommes repartis cette semaine dans un coin de paradis bourguignon que nous avions découvert l’année dernière. Et, comme la fois précédente, le grand jardin fleuri entouré de champs et de collines nous a invités à lézarder plutôt qu’à visiter les environs. Si je n’avais gardé qu’un souvenir assez vague de la maison, je revoyais précisément le jardin et je l’associais à deux genres bien différents (comme j’aime!) : fantasy et histoire, puisque j’y avais lu les deux derniers tomes d’Eragon, et relu Le monde d’Ulysse de Moses I. Finley. En préparant ma valise de lecture (toujours beaucoup trop grosse, comme d’habitude, des fois que je vienne à manquer de munitions…) pour cette année, il m’est apparu comme une évidence qu’il fallait que je reste dans le même ton.

J’ai donc occupé la semaine à finir le premier tome, entamé avant mon départ, d’Artemis Fowl et enchaîné avec les deux suivants. Je me suis bien régalée et hésite entre enchaîner avec les 5 tomes restants et les garder pour en avoir encore à découvrir plus tard.

En parallèle, j’ai repris mon gros Bouquins sur Les capétiens, que j’avais déjà un peu évoqué l’été dernier. Compte tenu du fait que je l’ai attaqué avant la naissance de la bestiole, et que je n’en suis qu’à la page 320, je risque d’en avoir encore pour quelques décennies, mais je suis très contente d’avoir réussi d’avancer d’une centaine de pages en une semaine. Rien de glorieux a priori, mais vu la quantité de notes que j’ai prises, je trouve que c’est un bon rythme!

51PEHE4M36L__SL500_AA300_J’ai ainsi achevé la lecture du règne de Louis VII… en pestant souvent intérieurement, car j’ai eu l’impression de découvrir le personnage, alors que j’ai pourtant lu la biographie de Marcel Pacault qui y est fréquemment citée et qui, c’est bien dommage, semble ne plus être éditée.

J’ai poursuivi avec celui de Philippe Auguste. Là j’ai pesté un peu moins, car ce que je lisais avait souvent un air de déjà vu, grâce à la biographie de Baldwin elle aussi abondamment citée dans le livre.

Louis VIII sur son lit de mort, à Montpensier

Louis VIII sur son lit de mort, à Montpensier

Puis j’ai découvert Louis VIII le Lion (je ne sais pas vous, mais moi je n’arrive jamais à prononcer ça), roi tombé dans l’oubli du fait de la brièveté de son règne et, sans doute, de la flamboyance de son père Philippe Auguste et de son fils Saint Louis. Louis VIII n’a régné que 3 ans, de 1223 à 1226, avant de mourir à 39 ans de la dysenterie. En retrait du vivant de son père, qui l’a volontairement tenu écarté du pouvoir, Louis VIII a cependant quelques hauts faits à son actif. Appelé par les anglais révoltés contre Jean Sans Terre (qui était aussi impopulaire dans la réalité que dans Robin des Bois), il se lança en 1216 à la conquête de l’Angleterre, mais échoua à cause de la mort de Jean Sans Terre, qui ramena le calme Outre-Manche. Par ailleurs, Philippe Auguste, dans les dernières années de sa vie, ayant arrêté de guerroyer, c’est Louis qui a dirigé les troupes françaises qui ont pris part à la croisage contre les albigeois. Devenu roi, Louis VIII s’illustra par une campagne victorieuse dans le Poitou et une autre dans le Midi, qui permirent de renforcer l’influence française dans ces régions. Un chroniqueur contemporain du roi disait qu’il ambitionnait d’agrandir la France jusqu’aux Pyrénées. On pourrait en effet y voir la motivation de ces campagnes.

Mais Louis VIII n’était pas qu’un guerrier. Homme cultivé, il appréciait les arts. Marié adolescent à Blanche de Castille, avec qui il avait grandi, il formait avec elle un couple amoureux et heureux, ce qui n’était pas forcément chose courante à l’époque dans la noblesse!

J’ai même eu le temps d’entamer la biographie de Saint Louis, que je pense poursuivre lors de mes prochaines vacances.

Pour ce qui est des lectures de la bestiole, j’envisage de changer un peu de formule, au moins pour quelques semaines. Je ne vais pas faire de bilan du mois de juin à la mi-juillet, ni cumuler deux mois fin juillet, les vacances étant toujours une période intensive de lecture pour lui. Dans l’idéal, j’aimerais intercaler entre les billets de mes lectures des billets consacrés à des romans jeunesse et conserver des billets de bilan pour faire un point sur les séries et BDs. Celà suppose, évidemment, que j’aie/je prenne le temps d’écrire, d’où la formule « dans l’idéal »…

Cet article, publié dans Lectures, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Blablatage de retour de vacances

  1. Wouhaaaa, mais tu assures, dis moi! :) c’est bien intéressant tout ça… moi je vais bientôt partir en Vendée une semaine, par contre j’emporte que deux bouquins: celui de Donna Haraway que j’ai pas terminé et « Du monde clos à l’univers infini » d’Alexandre Koyré (c’est un philosophe historien des sciences, qui tente de montrer comment le passage à une nouvelle vision de l’univers, après copernic et galilée, implique une nouvelle vision de la science, de la place de l’homme dans l’univers, etc)
    sinon, merci pour toutes ces infos sur louis 8, qu’effectivement je ne connaissais pas

    • Marie dit :

      Le deuxième a l’air très intéressant.
      Bonne lecture et bonnes vacances!

      • ça y est, j’ai fini Alexandre Koyré! mes impressions: l’écriture est très fluide, c’est bien vulgarisé sans être simplificateur, il n’y a pas d’érudition inutile (tous ses propos sont insérés dans une argumentation, étayés et liés au contexte de l’époque) il maîtrise son sujet à 250 pour 100. C’est très intéressant, notamment sur les implications métaphysiques de la théorie de la gravitation universelle de Newton (qu’est ce que c’est, cette force de gravitation mystérieuse dont les corps seraient dotés? la marque de l’action de dieu dans la nature? une sorte de miracle perpétuel? une force qui serait immatérielle, inexplicable de manière purement mécanique, au-delà des corps eux-mêmes, donc de nature spirituelle? n’oublions pas qu’à l’époque, sciences et philosophie, théologie n’étaient pas des domaines strictement séparés, la science physique était appelée philosophie naturelle) et de la pensée de l’univers comme infini, ou au contraire, borné par des limites (si l’univers est infini, dieu est-il l’univers lui-même? mais si l’univers est purement matériel, alors où est dieu, s’est-il retiré du monde, n’est-il plus nulle part? si la terre n’est plus au centre de l’univers, et que l’univers n’a plus de centre, sommes-nous entourés d’un pur néant, sans aucun sens possible à y trouver, aucune transcendance?) il y a juste certains paragraphes traitant de physique appliquée qui me sont un peu passé au dessus, mais c’est tout. Et j’ai appris un nouveau mot: l’hylothéisme, qui est le fait d’identifier totalement dieu à l’univers matériel qu’il a créé (une sorte de version matérialiste du panthéisme) a mon sens, ça pourrait bien t’intéresser (d’autant que c’est pas ta période préférée ça, 16e-17e siècle?)

  2. jerome dit :

    Hâte de te lire sur Artemis Fowl que j’avais beaucoup aimé. De mon coté je termine le second Enola Holmes…

  3. Mo' dit :

    Pas simple de trouver un article me permettant de venir t’embeter avec un tag. J’ai jeté mon dévolu sur celui-ci… :oops:
    Bon réveillon à toi ;)
    http://chezmo.wordpress.com/2013/12/31/tag-blogueur-convivial/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s