Un semestre de lectures jeunesse – les séries en cours (1/3)

Voilà bien longtemps que je n’avais pas fait de point sur les lectures du jeune homme. Je pense néanmoins être encore en mesure de combler le retard petit à petit, du fait que nous avons passé près d’un mois et demi sur deux pavés, comme vous le verrez plus bas, et qu’il lui arrive maintenant régulièrement de négocier pour échanger le temps qui aurait dû être consacré à la lecture d’avant le coucher contre quelques minutes supplémentaires pour dessiner.

Je ne m’attarderai pas sur les séries récurrentes : nous en sommes maintenant au tome 27 de Beast Quest que, à mon grand soulagement, il est en train de lire seul et au tome 33 de La cabane magique.

Nous avons lu les deux derniers tomes des Chroniques de Spiderwick. Je reviendrai donc dessus à part ultérieurement.

Je vais consacrer ce billet aux séries déjà évoquées que nous avons poursuivies et je regrouperai les nouvelles que nous avons entamées ces derniers mois dans un billet ultérieur (je n’ose plus annoncer de date!).

Les enfants du Nil – tomes 2 et 3

Surget-Alain-Cesar-C-est-Qui-Livre-893953504_MLComme son nom l’indique, cette série, dont nous avions lu le premier tome il y a un an, se déroule en Egypte, sous le règne de Cléopâtre. Elle a pour héros 3 enfants : une orpheline égyptienne qui n’a pas sa langue dans sa poche, et que Cléopâtre a pris sous sa protection à la suite des événements survenus dans le premier tome,  le fils d’un tailleur de pierre égyptien et le fils d’un marchand grec. Ils sont accompagnés d’un fennec tout mignon qui adore mordiller les chevilles. Les jeunes héros doivent déjouer des complots. Chaque tome est bourré de suspense, de rebondissements et d’humour.51PVD15VPML__

Ces petits livres sont donc faciles à lire et attrayants et mon cobaye accroche bien. Outre qu’elle est plaisante à lire, j’aime bien cette série parce que, même si elle est très très romancée, elle donne un petit aperçu et de la vie quotidienne dans l’Egypte d’il y a 2 000 ans et de ce qu’était le monde antique. En effet, Jules César débarque en Egypte dans le second tome et, à partir du quatrième tome, les trois héros vont se retrouver entraînés grâce à lui dans un tour de la Méditerranée, qui ne se limitera pas seulement à la Grèce et à Rome mais évoquera aussi, par exemple, la Gaule ou Carthage. J’ai donc hâte d’aborder la suite. J’ai d’ailleurs acheté le quatrième tome il y a peu.

Chroniques du marais qui pue – tomes 3 et 4

‚Tion¢üT‡T X÷T¦Dans le premier tome, Jean-Michel et son chien se trouvent projetés dans un monde étrange, le marais qui pue. En effet, Randalf, sorcier raté qui avait besoin d’un super-guerrier, a invoqué le chien de Jean-Michel par erreur. Qu’à celà ne tienne, Randalf rebaptise le garçon Jean-Mi le barbare et le charge des sales besognes qui lui étaient confiées. Celui-ci accepte, voyant en Randalf son seul espoir de pouvoir rentrer chez lui. Le jeune garçon se retrouve donc aux prises avec des ogres qui ont perdu leurs doudous, des armoires volantes et, surtout, le sinistre docteur Câlinou. C’est drôle, inventif et déjanté. On adore!

Les trois premiers tomes forment un ensemble, et l’histoire prend une nouvelle direction dans les trois suivants. Dans le quatrième tome, Randalf, on ne sait par9782745957269-couverture_tailleNormale quel miracle, a été promu directeur de l’école de Cochonlard et a besoin d’urgence d’un centre-balai pour compléter son équipe de quiquiche. Twilight aussi est parodié dans ce tome, qui comprend également des clins d’oeil à des classiques de la littérature jeunesse tels que Le monde de Narnia. De ce fait, si la bestiole a bien ri lors de sa lecture, j’ai dû lui expliquer pas mal d’allusions et je pense qu’il l’aurait mieux goûté s’il avait quelques années de plus et une culture littéraire plus étendue. Pour ma part, la description des règles du quiquiche m’a valu plusieurs gros fous rires. J’adore cette série et j’ai hâte de connaître la suite.

Les dragons de Nalsara – tome 3

511qTlz8HsL__Voilà encore une série qui me plaît beaucoup, mais avec laquelle j’avais rencontré jusqu’à présent peu de succès. Pour le premier tome, lu il y a deux ans, il devait être trop jeune, si bien qu’il l’a trouvé trop long et s’est un peu ennuyé. Le second tome, lu l’année dernière, dans lequel les héros découvrent sur leur île un dragon déprimé de sentir son dragonnier proche de la mort, était trop triste pour lui. Je plaçais néanmoins un peu d’espoir dans ce troisième tome, c’est pourquoi je lui ai demandé de bien vouloir laisser une dernière chance à la série.

En effet, dans le troisième volume de cette série de fantasy qui a pour héros les deux enfants d’un éleveur de dragons, un garçon qui rêve de devenir dragonnier, et une fille qui a élevé une étrange créature marine, l’action commence à démarrer : on découvre qu’il y a des méchants et on assiste à un combat avec de la magie. Et, cette fois, ça a marché, il a accroché… A moins qu’il ait juste voulu me faire plaisir? Je me sens donc autorisée à faire une nouvelle tentative avec le quatrième tome. C’est que, là encore, j’ai envie de connaître la suite, moi!

Le Noël du chat assassin

41vORN7JQ2L__C’était la quatrième fois que nous retrouvions Tuffy, chat odieux qui rapporte benoîtement les bêtises et méchancetés qu’il commet et les catastrophes qu’il provoque, en se donnant des airs de victime et en quêtant l’approbation du lecteur. Si lui semble avoir autant apprécié cette histoire que les précédentes, je me suis pour ma part moins amusée, et je trouve que ça s’essouffle un peu.

Je pense donc qu’on va en rester là avec Tuffy, que je vais faire l’impasse sur L’anniversaire du chat assassin, pour lequel les critiques que j’ai pu lire étaient assez mauvaises, et que je vais plutôt m’intéresser à ce que Anne Fine a écrit d’autre.

Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban

51j9qtFNEKL__Il a vu le début du film chez son père l’hiver dernier. Juste le début, car voir la méchante tante gonfler comme un ballon l’a effrayé plutôt qu’amusé, si bien qu’il n’est pas allé plus loin. Mais il me parlait régulièrement du film, et des détraqueurs qui le fascinaient. Ces conversations m’ont poussée à glisser le roman dans son « sac – PAL », juste pour voir. Et j’ai été très étonnée de le voir le sortir dudit sac très rapidement.

Nous avons passé pas loin d’un mois dessus. Bien que ce soit moi qui lisait, rester concentré sur un livre aussi longtemps n’est pas évident pour lui, du fait de son TDA/H. Il y a eu des moments où ça lui paraissait un peu long, et où il a dû, je pense, s’accrocher. Néanmoins il a aimé l’histoire et, une fois la dernière page refermée, s’est senti très fier de son exploit : c’était la première fois qu’il dépassait les 150-200 pages pour « lire » un roman de 350 pages. Pour ma part, je me réjouis des perspectives que ça ouvre : j’adorerais lui lire Percy Jackson et découvrir avec lui quelques classiques de la littérature jeunesse que je ne connais pas. Ca me semble désormais possible, en alternance avec des ouvrages plus courts. Je ne commenterai pas mes propres impressions de lecture : c’était la quatrième fois que je lisais le roman, je pense que ça veut tout dire!

Il a tout de suite voulu enchaîner sur le quatrième tome, peut-être parce que je lui avais dit que mes préférés de la série étaient le troisième et le cinquième. Cette fois j’étais réticente, car je trouve que, avec le quatrième tome, le ton devient plus sombre et commence à s’adresser à un public plus adolescent. J’ai donc insisté lourdement sur le nombre de pages et le poids du livre, et sur le fait qu’il faut 150 pages pour arriver à Poudlard. Rien n’y a fait. Nous nous sommes donc lancés dans l’aventure, qui nous a encore occupés pas loin de deux semaines. Néanmoins, il a craqué peu après la centième page : c’était trop long, et parfois un peu compliqué. Il a donc demandé à ce qu’on le range dans le « sac – PAL » jusqu’à l’année prochaine. Ca me semble une sage décision!

Publicités
Cet article, publié dans Littérature jeunesse, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Un semestre de lectures jeunesse – les séries en cours (1/3)

  1. J’adore les chroniques du marais qui pue – cette série m’a fait découvrir l’univers de Chris Riddell ! Quant aux dragons de Nalsara, j’ai décroché après le tome 16.

    • Marie dit :

      Oui, on dirait que Les dragons de Nalsara traîne en longueur. Mais j’ai encore de la marge!
      Comme toi j’ai découvert Chris Riddell avec les Chroniques du marais qui pue, et j’ai bien envie de poursuivre, notamment avec Appolline que j’ai vu chroniqué chez toi.

  2. Disons-le tout net: Marie, je t’admire :) non pas seulement parce que ton deuxième prénom, marie, est le même que celui de ma soeur: mais comment fais-tu pour être aussi régulière dans l’alimentation de ton blog? Tu habites dans une dimension parallèle inconnue de moi? ton enfant à bien de la chance. D’Anne Fine, j’avais adoré « Comment écrire comme un cochon », l’histoire d’un enfant dyslexique qui se révèle être un génie. Cette histoire m’avait pas mal parlé car j’ai moi-même une écriture assez particulière (et non, je ne suis pas un génie! quoi que, sait-on jamais…) je l’ai lu vers 12-13 ans. Et pour moi, « Le prisonnier d’Azkaban » est le meilleur Harry Potter (mais j’avoue que n’ai lu que jusqu’au 4e, donc le 5e tome m’a échappé!) « Les chroniques du marais qui pue » me donne envie!

    • Marie dit :

      C’est surtout que j’ai eu un week-end tranquille, parce que je suis au contraire très irrégulière dans l’alimentation de mon blog depuis plusieurs mois.
      Je note le Anne Fine, pour aller y jeter un oeil lors d’un prochain passage en librairie.
      Il faut continuer Harry Potter. Ce n’est pas possible d’en rester sur le quatrième!

      • oui, mais j’ai une circonstance atténuante: à l’époque où j’ai voulu lire harry potter ( j’étais en prépa, et je voulais faire une pause) j’ai demandé à ma cousine (qui était à fond dedans) de me passer tout les bouquins, et le 5e n’était pas encore sorti en france. Du coup après, je suis passé à autre chose. Mea culpa, j’avais pas encore remarqué ton irrégularité, tu fais bien de m’en informer alors :))))

  3. jerome dit :

    Le troisième tome de Nalsara est celui qui lance véritablement l’histoire je trouve, tu fais bien d’essayer de poursuivre un peu (je crois que je me suis arrêté au 6).
    Sinon ma grande va attaquer la semaine prochaine le dernier Harry Potter. A peine onze ans et elle les aura tous dévorés. Le problème c’est que je ne sais pas ce qu’elle va lire après, je crains qu’elle mette du temps à retrouver quelque chose qui lui plaise (je vais peut-être lui proposer Eragon…).

    • Marie dit :

      Félicitations à elle pour Harry Potter. Je ne saurais pas trop quoi te conseiller pour la suite. Eragon c’est bien, au moins au début, mais la fin est nulle. A voir…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s