Longue vie aux dodos

61KA6NYK97L__Dick King Smith revisite à sa façon, dans ce roman, le destin tragique des dodos. Il raconte comment ceux-ci vivaient heureux et tranquilles sur une île, petit coin de paradis inconnu, jusqu’à ce qu’un jour accoste un bateau pirate. Les marins se régalèrent des volatiles trop confiants, avant de repartir au bout de quelques jours. Mais ils laissèrent derrière eux une féroce famille de rats, avide d’oeufs de dodos.

Un autre passager du bateau était resté sur l’île, le perroquet du capitaine. Celui-ci se lia d’amitié avec un couple de dodos, Béatrice et Bertie, et leur apporta son aide dans leur lutte contre les rats. Qui sait si leurs efforts conjugués ne leur ont pas permis de parvenir à conduire quelques dodos rescapés jusqu’à un nouveau petit coin de paradis ignoré jusqu’à ce jour?

Nous avions découvert Dick King Smith il y a 2 ans, avec Le dragon des mers qui nous avait séduits tous les deux. J’ai donc voulu tenter un autre roman. Néanmoins, lorsque nous avons entamé la lecture de celui-ci, l’été dernier, j’étais un peu inquiète. En effet, je sais que la bestiole n’aime pas les histoires tristes. Or celle-ci est assez sombre : le premier volatile rôti par les humains est l’oncle des héros et les rats sont vraiment méchants et cruels. J’espérais malgré tout que le ton léger et l’humour omniprésent compenseraient. Cela n’a malheureusement pas été le cas. Comme je l’appréhendais, la bestiole a très vite demandé à abandonner la lecture du livre.

En dépit de cet échec, je tenais à parler de Longue vie aux dodos, car je l’ai, pour ma part, beaucoup aimé. Comme pour Le dragon des mers, j’ai apprécié l’écriture assez littéraire. J’ai tremblé pour les héros et je me suis beaucoup amusée.

De ce fait, j’ai bien envie d’essayer de ne pas rester sur un échec et de refaire une autre tentative, ne serait-ce parce que j’ai envie pour moi de découvrir les autres oeuvres de Dick King Smith. Si j’ai beaucoup aimé certains albums lus quand la bestiole était tout petit, plus il grandit et plus je me délecte de nos lectures communes. Je regrette d’avoir cru tant d’années que la littérature jeunesse n’était que pour les enfants.

Longue vie aux dodos
Dick King Smith
Folio cadet

Advertisements
Cet article, publié dans Littérature jeunesse, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Longue vie aux dodos

  1. hoooo! ça remonte ce livre! j’ai lu ça… je sais plus quand! (j’ai des racines mauriciennes, donc du coup…) hé non la littérature enfant n’est pas que pour les enfants! (comme les petits écoliers! :)
    ça fait plaisir de lire ton plaisir à lire ;) j’ai dû lire d’autres livres de Dick King Smith, mais je sais plus exactement, faut que je retrouve tout ça…

  2. nathalie dit :

    Je me souviens avoir reçu le numéro de Wapiti (j’avais une dizaine d’années) sur les animaux disparus et être en larmes avant même de l’ouvrir… Je comprends ta bestiole !

    • Marie dit :

      On a un superbe livre sur les animaux disparus. Il est en fin de compte assez déculpabilisant parce que, pour certaines espèces, l’homme n’y est pour rien dans leur disparition. Reste la fascination pour ces bêtes qu’on ne pourra jamais voir. Là Dick King Smith est beaucoup plus cru, et je comprends que ma bestiole ait coincé, même si je le regrette.

  3. jerome dit :

    Ben non, la littérature jeunesse n’est pas que pour les enfants, ça se saurait depuis le temps. Je dis ça mais je n’ai jamais lu l’auteur dont tu parles. Je pense pourtant qu’il a tout pour me plaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s