Iacobus

Au début du 14e siècle, les Templiers furent arrêtés et emprisonnés, leurs biens confisqués, leur ordre dissout. Leur grand-maître, Jacques de Molay, en mourant sur le bûcher en 1314, aurait lancé une malédiction à l’adresse des responsables de cette persécution : Philippe le Bel, Guillaume de Nogaret et Clément V, les citant tous trois à comparaître devant le tribunal de Dieu avant la fin de l’année. Sauf que Guillaume de Nogaret était mort l’année précédente, mais bon… Bref, admettons que la malédiction s’est accomplie et que tous trois sont morts de façon suspecte dans les mois qui ont suivi le décès de Jacques de Molay. Quelques années plus tard, en 1319, le nouveau pape, inquiet quant à son propre sort, charge Galceran de Born, un moine hospitalier réputé pour ses talents d’investigation, d’enquêter sur la mort des trois éminents personnages, afin de déterminer s’ils sont morts de causes naturelles ou s’il faut y voir une vengeance templière.

 Que dire? C’est une histoire sympathique. Galceran de Born voyage avec un adolescent aux humeurs et enthousiasmes très changeants, ce qui ajoute une note d’humour au roman. C’est un point que j’ai bien aimé. L’histoire n’est pas mal faite, je ne me suis pas ennuyée, mais je n’étais pas suspendue au livre et j’aurais pu laisser l’histoire en plan et en ignorer le dénouement sans que ça m’empêche de dormir.  J’ai bien aimé la petite touche d’ésotérisme, et les interprétations que Galceran doit faire des oeuvres d’art et décorations qui ornent différentes églises. Néanmoins l’enquête m’a paru un peu courte et pas très fouillée. C’est un livre agréable à lire mais qui ne casse pas trois pattes à un canard et qui ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Iacobus
Matilde Asensi
Folio Policier

Cet article, publié dans Lectures, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Iacobus

  1. D. dit :

    C’est le souci avec ce genre littéraire, il y eu un tel succès autour des enquêtes historico-religieuses que de nombreux auteurs ont foncé dessus ce qui donne des livres comme celui que tu viens de lire : on peut s’en passer et la forêt serait contente de ne pas filer ses arbres pour ce genre de livres !

    • Marie dit :

      Oui, ce n’est pas faux. Les engouements pour un genre semblent souvent donner naissance à une littérature qui n’est pas forcément de qualité, loin s’en faut. Ceci dit, j’ai malheureusement déjà lu bien pire que ce livre. Il n’est pas franchement mauvais. Il est juste gentillet et ne sort pas du lot.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s