Milady de Winter

Le nom de Milady de Winter est familier aux lecteurs des Trois mousquetaires et c’est bien d’une adaptation de ce roman, présentée du point de vue de Milady, qu’il s’agit.

Pour une fois, je ne résumerai pas l’intrigue, parce que la BD suit l’histoire de façon chronologique et non selon la progression du roman. Ceux qui voudraient lire le roman et pas la BD perdraient beaucoup du plaisir de la découverte puisque ce premier album s’ouvre sur ce qui n’est révélé qu’à la fin du roman de Dumas. Je me bornerai à dire que la belle et intelligente Milady est la méchante des Trois mousquetaires, celle dont d’Artagnan et ses trois amis s’efforcent de déjouer les plans.

La forme m’a bien plu. En dépit de ce que pourrait laisser penser la couverture, tout l’album est en noir et blanc. Cependant, les dessins au lavis sont très jolis. J’ai beaucoup aimé les décors minutieux. La composition de certaines cases et le découpage (j’imagine qu’il existe des termes techniques plus appropriés…) de certaines planches m’ont semblé intéressants. Et puis l’héroïne est plutôt mignonne.

Sur le fond, en revanche, je suis plus partagée. Il faut dire que s’inspirer d’une oeuvre de Dumas expose à être comparé à lui et qu’il est loin d’être évident de rivaliser avec succès avec un tel génie.

J’ai été étonnée de voir qu’Agnès Maupré suit fidèlement la trame du roman, même si elle le fait parfois dans le désordre. En revanche, cette trame est extrêmement synthétisée, d’une part parce que cette BD de 130 pages couvre environ 400 pages de roman (soit à peu près la moitié – il y aura un deuxième album), et d’autre part parce qu’elle a ajouté des scènes qu’elle a imaginées sur des aspects qu’elle voulait développer. Si quelqu’un qui a lu le roman sait de quoi elle parle et ne sera pas perdu, je me demande si un lecteur qui ne l’a pas lu peut facilement parvenir à suivre l’enchaînement des événements et surtout saisir les motivations des personnages et les enjeux.

Agnès Maupré a également considérablement simplifié la personnalité des personnages, les réduisant souvent à un trait de caractère et les rendant assez caricaturaux. De façon générale, elle n’a pas été tendre avec eux. Tous, hommes comme femmes, sont dans l’ensemble assez antipathiques. Seuls sont épargnés Richelieu, qui est tellement ambigu que je ne sais pas trop ce que l’auteur voudrait nous faire penser de lui et lord de Winter, le mari de l’héroïne, seul personnage qui soit bon sans être ridicule.

Le personnage de Milady, en revanche, est assez dur à cerner. Agnès Maupré la montre dans toute sa noirceur et ne fait pas mystère de ses crimes, mais elle en fait aussi une victime. Alors que, dans le roman, Milady est uniquement motivée par la vengeance, dans la BD elle frappe aussi pour ne pas être elle-même frappée. Ca me semble plus intéressant.

J’ai également trouvé la personnalité qu’elle attribue à d’Artagnan intéressante. En effet, celui-ci n’est pas toujours tout blanc et certaines de ses actions sont discutables, mais Dumas en minimise le côté négatif et fait ressortir en guise d’excuse sa jeunesse, sa fougue et sa naïveté, incitant ainsi le lecteur à l’indulgence. l’ambiguïté du personnage apparaît beaucoup plus clairement sous les crayons d’Agnès Maupré, et j’ai trouvé ça pas mal.

 Néanmoins, du fait que je lis et relis Les trois mousquetaires depuis près de 30 ans et que j’ai une grande tendresse pour Athos, à qui Agnès de Maupré semble particulièrement en vouloir, j’ai eu du mal avec cette interprétation des personnages. Et je regrette qu’elle ait fait de la plupart d’entre eux des personnages grotesques. Je n’aime pas le grotesque.

Le dernier point qui m’a gênée, c’est que, alors que Dumas fait revivre le 17e siècle, Agnès Maupré semble totalement anachronique. Il n’y a rien qui colle avec l’époque, ni le langage, ni les attitudes, ni les comportements des personnages et, de ce fait, c’est toute l’histoire qui en devient invraisemblable. Peut-être est-ce dans un but humoristique? Peut-être que je m’arrête sur des détails sans importance? Mais ça m’a franchement dérangée.

Comme vous pouvez le voir, si certains aspects m’ont plu, d’autres choses m’ont pas mal agacée, sans doute du fait que le roman sur lequel la BD est basée compte beaucoup pour moi. En fait, ce qui m’a paru intéressant, c’est l’interprétation personnelle qu’a fait Agnès Maupré du roman et certaines idées personnelles qu’elle a mises en oeuvre. Il m’aurait semblé (évidemment, c’est facile à dire!) à la fois plus intéressant et moins risqué qu’elle s’éloigne plus du roman, soit en présentant des épisodes de la vie de Milady qui ne figurent pas dans le roman (les événements antérieurs, par exemple), soit en transposant l’histoire à notre époque ou dans un autre univers, pour éviter les soucis de vraisemblance, soit en proposant carrément une autre version des faits, et pourquoi pas en justifiant ou en réhabilitant Milady par exemple? Toujours est-il qu’il y avait matière à faire quelque chose de plus creusé et de plus subtil (moi, en tout cas, j’aurais préféré) et je regrette qu’elle n’ait pas plus exploité certaines de ses idées que j’ai bien aimées. Je serais intéressée de découvrir d’autres oeuvres d’Agnès Maupré, mais je n’achèterai pas la suite de Milady de Winter.

Cette BD a été lue dans le cadre du challenge Dumas organisé par Ankya.

Publicités
Cet article, publié dans BD / Mangas, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Milady de Winter

  1. Ping : D’Artagnan – Journal d’un cadet | Et puis…

  2. Ping : Point sur mes challenges en cours | Et puis…

  3. Ping : Synthèse de mes lectures autour des Trois mousquetaires | Et puis…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s